Aude Bouquine

BLOG LITTÉRAIRE

01/01/2021, voici donc « Mes indispensables 2020 », ceux sans lesquels mon année de lecture n’aurait pas été tout à fait la même. Ce classement s’organise au fur et à mesure de l’année dans un article qui reste à l’état de brouillon. Je l’alimente au fur et à mesure. Les quelques phrases écrites sous chaque couverture témoignent de mon attachement à chaque récit. Cette année, mon trio de tête est venu spontanément, presque logiquement, tant j’ai aimé ces 3 romans, chacun à sa manière, chacun pour d’autres raisons, mais éperdument.

Je remercie chacun d’entre vous pour les idées lecture, les échanges, la bienveillance, et la fidélité. Je vous souhaite d’excellentes lectures en 2021, d’être heureux, de rêver et de profiter de ceux qui comptent. Je vous embrasse.

Premier roman d’une beauté rare et troublante, d’une justesse touchante. L’histoire d’une urgence de vivre à travers une histoire d’amour passionnée où l’un fait à l’autre le cadeau du rire, de la tendresse, des souvenirs vécus et du geste d’amour ultime. Le combat est âpre, la souffrance présente, mais le rire sincère et sans artifice offre plus de bonheur que de désespoir. Il n’y a pas eu un seul instant en 2020 où je n’ai pas pensé à ce sublime récit, je l’ai porté en moi comme un trésor, comme le témoignage d’une guerre livrée par deux amoureux fous. Ce roman restera mon coup de cœur absolu de l’année, de ces romans qui résonnent au fond des tripes et font trembler nos certitudes. Merci, Thibault d’avoir écrit ce livre-là… de cette façon-là… avec tant d’humanité, de rires et de tendresse.

IL EST JUSTE QUE LES FORTS SOIENT FRAPPÉS, Thibault Bérard – Editions l’Observatoire, sortie le 8 janvier 2020,

 

Ma petite indienne, j’emporte avec moi la connaissance de tes racines pour pousser droit. Toi seule sais que nous avons vécu des évènements identiques à la violence inouïe. Tu m’as montrée ce que c’était de vivre dans les traces d’un père bienveillant qui crée tout un monde, ouvre le champ des rêveries par des histoires ancestrales, prend à cœur de te faire comprendre qui tu es pour t’aider à prendre le bon chemin. Le réel si soporifique devient une étoile qui brille de mille feux. Ton père t’a donné les clés de l’imaginaire qui sauve, en toute circonstance. Il a contribué à rendre cette vie supportable parce qu’il t’en a offert mille autres.

BETTY, Tiffany McDaniel – Gallmeister, sortie le 18 août 2020.

 

Quand le monde a totalement disparu, que tout a brûlé, qu’il ne reste que quelques êtres vivants qui luttent pour leur survie, il subsiste la plume de Sandrine Collette. Tout est sombre, obscur, sans espoir, noir, poussiéreux et terrifiant, mais dans cette atmosphère, un phare brille sans relâche. Un homme qui sous la plume de Sandrine devient l’espérance de toute l’humanité. L’animalité de l’homme est son territoire, les maigres existences s’axent sur le tolérable, l’intolérable, l’acceptable, l’inacceptable, le bien et le mal. Dans ce monde silencieux, la plume de Sandrine Collette exulte.

ET TOUJOURS LES FORÊTS, Sandrine Collette – JC Lattès, sortie le 2 janvier 2020.

 

Buveurs de vent

L’écriture de Franck Bouysse, précise, musicale et visuelle, cette force des mots ouvre les portes d’un monde romanesque où les émotions bien vivantes dansent sous un pont. L’amour puissant reste la pierre angulaire de ce roman, offert ou refusé, recherché ou nié. Cette fratrie lumineuse, unie, aux liens indestructibles évolue au rythme du vent et du torrent qui se déchaîne. « La vie, il faut la laisser déborder tant qu’il y en a. »Franck Bouysse est un conteur hors pair, à la sensibilité exacerbée qui offre des récits d’une grande qualité.

BUVEURS DE VENT, Franck Bouysse – Albin Michel, sortie le 19 août 2020.

 

Maud se fait rare, trop rare… Mais quand elle sort un roman, il a pour vocation de vous laisser KO debout. Maud a ses démons, ses monstres qui deviennent les vôtres. Son écriture est un brasier rougeoyant qui vous marque au fer rouge. Elle a ce don précieux de transmettre des émotions fortes, de mettre en scène des personnages emblématiques qui vous touchent au plus profond de vos tripes. Une plume authentique et touchante.

LES MONSTRES, Maud Mayeras – Anne Carrière, sortie le 2 octobre 2020.

 

Que de discussions, d’avis et de critiques sur « Impact » ! Aux « rien de nouveau sous le soleil » je réponds qu’il fallait l’écrire ce bouquin ! Cette onde de choc est certainement le roman qui m’aura le plus fait cogiter cette année. Un texte de premières nécessités, une nourriture spirituelle essentielle qui risque de vous heurter de plein fouet par la force du propos, pas parce que vous ne savez rien sur notre planète en danger, mais parce que l’angle choisi est bien trouvé, original et sous la plume romanesque, se cachent de douloureuses vérités sur l’avenir de notre terre. Je salue le courage d’Olivier Norek d’avoir osé vouloir réveiller les consciences. Quelqu’un devait avoir assez de témérité pour le faire.

IMPACT, Olivier Norek – Michel Lafon, sortie le 22 octobre 2020.

 

Une mélodie graphique exceptionnelle, un art singulier pour unir les mots, un sens de l’humour éclatant, une virtuosité précieuse dans la création de personnages profonds, lumineux et denses. Vous trouverez tout cela dans « Joueuse», de Benoît Philippon. J’ai aimé ce parallèle que l’auteur fait entre le poker et la vie : un jeu de départ avec lequel il faut composer, éventuellement le transformer à coup de bluffs, de mensonges, de vérité. Benoît Philippon est un auteur résolument féministe, mais aussi un auteur qui aime les femmes. Les fortes, les déterminées, mais aussi celles qui se cherchent et s’affrontent elle-même. Je me souviens avec grande émotion de ce final qui a forcé mon admiration. Il en faut peu pour être heureux, un Philippon et c’est bon !

JOUEUSE, Benoît Philippon – Les Arènes, sortie le 4 mars 2020.

 

« De grandes ambitions » sillonne notre Histoire à travers différents personnages en quête d’eux-mêmes. Quarante années pour assouvir leur soif de réussite et leur droit au bonheur. Un véritable tableau de notre société qui donne le pouls d’une génération aux rêves sans limites. Antoine Rault a écrit un livre formidable, trop court malgré ses 589 pages, d’une remarquable clairvoyance, d’une extrême justesse, d’une absolue tendresse. Il laisse un joli témoignage, la cicatrice de ce qui a été, l’espoir de ce qui reste à venir en mettant le lecteur face à sa propre existence : Et vous ? Où en êtes-vous de vos rêves de jeunesse ? Un roman absolument divin qu’on n’a aucune envie de refermer !

DE GRANDES AMBITIONS, Antoine Rault – Albin Michel, sortie le 19 août 2020.

 

« Un vrai roman est un jeu d’illusions, tout est aussi vrai que faux, et l’histoire ne commence à exister qu’au moment où vous la lisez. » Ce n’est pas moi qui l’affirme, c’est Franck Thilliez dans « Il était deux fois », formidable thriller à tiroirs dans lequel l’auteur montre un formidable enthousiasme d’écriture. À chaque fermeture de roman, je me dis qu’il ne pourra pas faire mieux. Et devenez ce qui se passe avec le suivant ? Il fait encore mieux. C’est Franck Thillez qui m’a redonné le goût du thriller, moi qui croyait au début, qu’il travaillait au Furet du Nord. Ces récits me faisaient peur, aujourd’hui je les lis comme je démarre une partie d’échecs : lui ou moi. Il me surprend à chaque fois !

IL ÉTAIT DEUX FOIS, Franck Thilliez – Fleuve, sortie 4 juin 2020.

 

La rentrée littéraire de septembre s’est ouverte sous de très bons auspices avec ce roman d’une justesse remarquable et d’une sensibilité rare.« Ce qu’il faut de nuit » pour retrouver les couleurs repose sur l’amour et le pardon. 
Laurent Petitmangin explore toute la difficulté de l’intimité des mots…
Père et fils ont leur musique propre et même sans la force de la rhétorique, ils savent se lire. Cette aptitude réellement perçue comme un don en début de roman, devient vite une prison cruelle où chacun s’enferme peu à peu, car si le silence peut être synonyme de compréhension tacite, il peut rapidement devenir un fossé qui s’apparente à une tombe creusée à coup de non-dits. L’étouffement généré par ce manque de communication se répand tel un brouillard opaque fermant les bouches et les âmes par la force du mutisme. Le roman démontre combien les différences d’opinions brisent définitivement le chemin de la quiétude, de la communication, et peut sévèrement égratigner l’amour que l’on porte à son enfant. Une très belle réussite.

CE QU’IL FAUT DE NUIT, Laurent Petitmangin – La Manufacture de livres, sortie le 20 août 2020.

 

« Les désossés », raconte la lente mais irrémédiable glissade d’une situation d’opulence indécente au dénuement le plus total. 
Sur fond d’isolement provoqué par une neige qui tombe sans discontinuer, François d’Épenoux interroge les contradictions de notre monde et la superficialité de nos agissements actuels. 
Un roman puissant, noir, anxiogène qui décrit notre société qui fond comme « une véritable omelette norvégienne. »L’auteur ne m’avait pas habituée à ce genre de récit, un virage à 180 degrés par rapport à ses écrits habituels. Quelle excellente idée il a eu de changer de direction. François fait partie de ces auteurs les plus doués de sa génération et je trépigne à l’idée de le rencontrer un jour.

LES DÉSOSSÉS, François d’Epenoux – Anne Carrière, sortie le 9 octobre 2020.

 

Une voix s’élève pour dire la révolte de ce que fut l’école rebaptisée « Nickel Boys » pour les besoins du roman. 
Un texte dense, vibrant, révoltant dont la puissance narrative est à rapprocher de l’Amérique d’aujourd’hui, une Amérique gouvernée par un suprémaciste blanc, qui continuer à véhiculer l’idée qu’une vie noire vaut bien moins qu’une blanche. 
Colson Whitehead rédige ici un roman tiré d’un fait réel, mais un roman politique, engagé et essentiel qui trouve une belle résonance dans le mouvement Black Lives Matter.  
Une manière de dénoncer cette « ségrégation passive », toujours d’actualité…. Les années 60 de l’histoire américaine restent un terreau fascinant qui me passionne. Colson Whitehead signe un roman d’une remarquable finesse.

NICKEL BOYS, Colson Whitehead – Albin Michel, sortie le 19 août 2020.

 

« Entre fauves » questionne l’ (in)/humanité et notre société. Un titre bien choisi pour décrire l’atmosphère du roman. Qui est prédateur ? Qui est proie ? Peut-on être chasseur et être chassé ? La puissance du roman, dans sa construction, dans l’écriture de Colin Niel réside dans cette inversion, oh combien intelligente, précise et subtile, des forces en présence. Faisons un point sur notre humanité : que reste-t-il de beau ? De respectable ? De défendable ? À quoi conduit la haine lorsque nous sommes poussés par un idéal ? Défendre la nature, prôner la nécessité d’une harmonie entre l’homme et la terre peut-elle se faire sans devenir un écoterroriste ? La lutte silencieuse est-elle suffisante ? Ce roman éclaire les consciences et compare les points de vue, intensifie les réflexions sur notre monde actuel. Un autre récit citoyen qui confronte aussi nature et culture, évolution et déclin de notre civilisation. Une nourriture spirituelle indispensable dans un monde où le « mieux » est l’ennemi du « juste ». Notre monde se résume bien à devoir demeurer « Entre fauves ».

ENTRE FAUVES, Colin Niel – Éditions du Rouergue, sortie le 2 septembre 2020.

 

 « De mort lente » est un roman citoyen, une photographie de notre époque, un chant moral et éthique, et surtout, un roman au cours duquel le lecteur réfléchit et s’interroge.Michael Mention y livre une déclaration de guerre par la prise de conscience. Il fait partie de ces livres nécessaires et vitaux qui devraient tomber entre toutes les mains. Il donne une bonne idée de notre monde de demain, à coup de lobbying, de consommation aveugle, d’apparition de nouvelles maladies.Comme il le dit si bien : « Le pire dans la vie, ce n’est pas le temps perdu, mais le temps gâché. » Lisez ce roman.

DE MORT LENTE, Michaël Mention – Stéphane Marsan, sortie le 11 mars 2020.

 

« Le dernier message » va vous envoûter par son atmosphère,
« Le dernier message » vous fera tomber en amour pour Grace, nouvelle héroïne féminine de Nicolas Beuglet.
« Le dernier message » va vous questionner par ses thématiques glaçantes, mais réelles. Ce thriller est tel que je les aime : sous couvert d’une enquête liée à un meurtre, le lecteur peut en tirer une « substantifique moelle » essentielle à un éveil des consciences, témoin des problématiques de notre époque, soucieux de provoquer de profondes réflexions sur notre futur. Nicolas Beuglet m’a happée avec ce récit et il a réussi à écrire un excellent roman noir tel que je les attends : sociétal, engagé, éclairant. C’est bien vu, très bien amené, et formidablement abouti. 

LE DERNIER MESSAGE, Nicolas Beuglet – XO Éditions – sortie le 17 septembre 2020.

 

Après « Écouter le Noir », voici enfin « Regarder le Noir ».
Douze auteurs de talent ont mis leur imagination et leur énergie au service d’un recueil qui dégage une formidable énergie, noire. Sous la houlette d’Yvan Fauth, ces auteurs de talent et à l’imagination fertile se sont mis au boulot. Cela donne un recueil original, dense, captivant, conçu à l’image du maître de cérémonie, selon des valeurs humaines et des amitiés auxquelles il tient.
Angoisse, frissons, et frayeurs sont au rendez-vous. De quoi rendre vos nuits sombres à souhait. Un beau projet varié et réussi.

REGARDER LE NOIR, sous la direction d’Yvan Fauth – Belfond, sortie le 11 juin 2020.

 

Du haut de ses 72 ans, Stephen King en a encore sous le pied. 
« L’institut » en est une formidable démonstration, si besoin est. Ses romans sont de plus en plus ancrés dans notre réalité tout en développant un extraordinaire imaginaire. Je n’ai pas besoin de m’étaler sur le talent du maestro, il se débrouille très bien sans moi.

L’INSTITUT, Stephen King – Albin Michel, sortie le 29 janvier 2020.

 

L'ami imaginaire

En voilà un qui se rapproche de très près du King. « L’ami imaginaire » de Stephen Chbosky est un roman inclassable, mais singulier, qui va déployer ses racines dans les synapses de votre cerveau pour y prendre toute la place en déclenchant des émotions rares et puissantes. Je salue ici la création de ce monde imaginaire totalement immersif qui provoque une émotion de lecture ensorcelante.
Un choix éditorial culotté et courageux à ne manquer sous aucun prétexte !

L’AMI IMAGINAIRE, Stephen Chbosky – Calmann-Lévy, sortie le 17 juin 2020.

 

Le livre de M

Mon premier livre dans la collection Albin Michel Imaginaire, une approche vers la science-fiction post-apocalyptique. Si le début du roman demande un certain investissement personnel, les portes s’ouvrent ensuite vers un magnifique ciel étoilé.« Pourquoi avait-il fallu que les ombres soient ce lieu du corps où gisent les souvenirs ? » Dans ce premier roman brillant, Peng Shepherd ouvre les portes de son imagination pour livrer un texte profond, dense, et intime. « Le livre de M » doit absolument s’inviter dans vos bibliothèques, son absence fermerait dramatiquement les portes vers un imaginaire rarissime. 

LE LIVRE DE M, Peng Shepherd – Albin Michel Imaginaire, sortie le 17 juin 2020.

 

 

La surprise est venue de « Elle a menti pour les ailes », un roman que je n’avais pas vu passer et que je n’avais pas prévu de lire. « Quand c’est moi qui poste un truc, y a tellement personne qui réagit que ça me fait douter de ma propre existence. »
Ainsi s’exprime Garance, 15 ans, « internée sur internet », dans ce roman noir sociétal. 
Grandeur et décadence d’une adolescente adoptée par une meute de loups affamés, adulée puis honnie par l’intermédiaire des réseaux sociaux. 
Ce premier roman, brillant, éclairant, touchant écrit par Francesca Serra a obtenu le prix littéraire 2020 du journal Le Monde. Il a mis mon cœur en miettes tant l’auteur y parle si justement des émotions adolescentes, de l’engrenage des réseaux sociaux et des conséquences qui défient l’entendement.

ELLE A MENTI POUR LES AILES, Francesca Serra – Anne Carrière, sortie le 21 Août 2020.

 

 

 

 

 

 

10 réflexions sur “MES INDISPENSABLES DE 2020…

  1. Yvan dit :

    J’en reconnais certains 😉

  2. Yvan dit :

    T’as d’bons goût, tu sais ! 😉

    1. Aude Bouquine dit :

      J’ai un bon guide 😉

  3. Lord Arsenik dit :

    Belle sélection, sans surprise nous avons plusieurs « élus » en commun.
    Bizz à toi et à toute ta petite famille.

    1. Aude Bouquine dit :

      Gros bisous à toi aussi
      Nous sommes en phase 😉

  4. Yvan dit :

    Bonne année et merci pour toutes ces belles lectures partagées !!! 🎉🎉🎉

  5. Quelques coup de coeur communs et d’autres en attente dans la PAL !

  6. Sandrine V. dit :

    Entre fauves sera ma prochaine lecture et il y a en a d’autres de ces titres dans ma PAL ou ma wish list 😊

  7. Anthony dit :

    Belle sélection! J’en ai quelques uns en commun!
    Je te souhaite une belle année littéraire 2021!

    1. Aude Bouquine dit :

      Très belle année à toi aussi. J’espère que nous aurons de beaux coups de cœur littéraires ❤️

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils