Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Fin du mois de juillet de cette formidable année imaginée par Stephen King… Heureusement qu’il nous reste la littérature pour mettre notre cerveau sur pause : ma seule façon d’être totalement immergée dans un autre univers que le nôtre que je trouve quand même très anxiogène. Douze romans lus ce mois-ci : du très bon et du moins bon, mais comme d’habitude, vous vous ferez votre propre idée. Chacun doit trouver le roman, puis le moment parfait pour le lire, une sorte de conjonction parfaite des astres…Je vous souhaite à tous un très bon mois d’août que vous partiez ou que vous ayez décidé de rester sagement chez vous. Lire la suite

Vous connaissez maintenant le principe et mon obsession des sorties à venir. Voici donc ma liste non exhaustive des sorties notées pour la rentrée littéraire du mois d’août 2020. Plus que jamais, il me paraît indispensable de soutenir les auteurs après un premier semestre très difficile pour la chaîne du livre. N’hésitez pas à précommander  à partager les infos autour de vous et surtout à acheter des livres et en parler. Je ne sais pas ce que donnera cette fin d’année pour mon blog qui aura bientôt 3 ans. Je discute, je réfléchis, j’en parle autour de moi. Je remercie d’ailleurs les amis, lecteurs ou auteurs avec lesquels j’ai pu échanger, de leurs remarques et conseils avisés. Pour la plupart, ils ont une vision très pertinente de ce qui se passe actuellement dans la blogosphère, qu’ils comparent avec les analyses des lecteurs rencontrés au fil de leurs pérégrinations. Force est de constater que les lecteurs de chroniques ne sont pas aussi nombreux qu’on aime ou voudrait le penser. J’ai toujours eu comme but de partager une passion, de promouvoir des romans qui ont su m’émouvoir. Peut-être est-il temps de réfléchir à un nouveau moyen de continuer sur ce chemin… Merci aux auteurs et aux maisons d’édition de leur confiance durant l’année écoulée. Bonne rentrée à tous. Lire la suite

Nous sommes peu de choses… Si peu de choses… Tellement peu de choses que lorsqu’un auteur utilise le prétexte d’un roman pour remercier son mentor, je ne peux qu’adhérer. La vie est faite de rencontres, de choix, de croisées des chemins. Parfois, elle met sur notre route une personne qui va tout changer, une personne qui nous fait (re) naître, grâce à laquelle nous devenons meilleurs : plus bienveillants, plus mesurés, plus compatissants. Parfois, cette rencontre nous fait devenir ce que nous sommes réellement en dénouant le nœud que nous avons au fond de nous, en mettant en lumière une aptitude, en nous donnant la petite impulsion dont nous avons besoin pour y croire, pour nous lancer, pour faire ce premier pas qui nous coûte tant. Regardez autour de vous : cette personne est proche de vous, ou toujours là quand vous tournez la tête, ou encore présente au bon moment, quand vous n’y croyez plus vous-même. Cette petite voix qui ne vous laisse pas en paix, qui vous réveille le matin, qui vous chuchote des encouragements le soir est souvent une invitation à voir plus loin. Je dédie cette chronique à René Manzor qui est ma petite voix stimulante des matins gris. Lire la suite

Nice, 2018. Anthony joue avec son fils Maxime dans le jardin. Il aura fallu quelques minutes pour que Maxime soit enlevé, en plein jour, sans que personne ne voie rien. Quelques minutes pour que la vie d’une famille entière bascule dans l’horreur. Le couple formé entre Anthony et sa femme Estelle est fragile. La sphère familiale élargie est régie par Claude Cerutti, un homme d’affaires puissant, respecté, parce que craint, qui gère ses affaires comme son cercle privé d’une poigne de fer. Qui a enlevé le petit Maxime ? Qui cherche-t-on à atteindre à travers lui ? Cet enlèvement a-t-il quelque chose à voir avec les assassinats d’une famille entière en 1986 ? Lire la suite

Arlington, nord de la Virginie. Ory et Max vivent dans un « monde depuis longtemps (…) nettoyé jusqu’à l’os ». Il ne reste rien : très peu à manger, très peu à voler. Chaque journée est une nouvelle bataille qu’il va falloir livrer pour survivre. Tous ces hommes, les derniers, possèdent une chose inestimable, de ces choses qui n’ont pas de prix : les souvenirs, ce qui reste quand on a tout oublié. Et pourtant… Comme le reste, les souvenirs sont amenés à disparaître. Peu à peu, les hommes perdent leurs ombres, et avec elles, leurs souvenirs, comme si celles-ci étaient le réceptacle de tout leur être. Il ne reste alors que deux catégories d’humains : les indemnes, et les sans ombre. Ceux qui se souviennent et ceux qui ont tout oublié. Comment se transmet cette « curieuse maladie » ? Est-elle contagieuse ? Comment s’en préserver ? Peut-on en guérir ? Est-ce une bénédiction ou au contraire une malédiction ? Lire la suite

Dix tout rond ! Voilà le nombre de livres lus ce mois-ci. Comme d’habitude, vous trouverez le lien vers chaque chronique sous la couverture. Ce mois m’a sortie de ma zone de confort : trois romans sortis de l’imaginaire débridé d’auteurs qui en ont sous le pied (« Mothercloud », « L’ami imaginaire » et « Le livre de M »), un roman inclassable ( «  Mauvaise graine »), un recueil de nouvelles formidable ( «  Regarder le Noir »)  Ajouté à cela, le talent imaginatif de Thilliez et de Ellory, la douceur d’Adèle Bréau. Un très bon mois de lecture qui a permis de passer un cap un peu difficile. Quelques mots cependant pour vous parler du jour d’après : le jour post-pandémie. Vous avez peut-être remarqué qu’il n’est pas toujours facile de se procurer certains romans en cette période un peu trouble : les romans parus avant le confinement ont beaucoup souffert, mais il faut savoir que ceux parus après souffrent aussi beaucoup. La patience est donc de mise, il devient de plus en plus difficile de se rendre en librairie et d’en sortir avec le livre souhaité. Cependant, n’hésitez pas à passer une commande, votre libraire reste un interlocuteur privilégié. L’heure est à la patience pour découvrir des ouvrages passionnants, ne baissez pas les bras ! L’été s’annonce calme de mon côté, donc propice à dégommer ma PAL qui déborde. N’hésitez pas à me faire part de vos coups de cœur. Je vous embrasse. Lire la suite

La quatrième de couverture de « L’ami imaginaire » en dit très peu. De toute façon, c’est un roman impossible à résumer, encore moins à « genrer ». Je suis bien en peine de vous dire ce que j’ai réellement lu… Juste vous dire que c’est un des ovnis les plus incroyables qui me soit tombé entre les mains ces dix dernières années. Christopher et sa mère Kate fuient le Michigan pour échapper à Jerry, le conjoint violent de Kate. Ils atterrissent dans une communauté de Pennsylvanie, Mill Grove où Kate trouve rapidement un emploi. Près de leur maison, la forêt est un merveilleux terrain de jeux pour ce petit garçon qui a des difficultés d’apprentissage à l’école et des problèmes de socialisation. Un jour, après l’école, alors qu’il attend sa mère, un événement un peu particulier va l’amener à pénétrer dans cette forêt. Il va y disparaître et ne réapparaître que 6 jours plus tard sans pouvoir expliquer ce qui lui est arrivé. Cependant, quelque chose a changé. Il le sait. Des voix dans sa tête lui dictent une mission. Lire la suite

Qui est donc Alexis Laipsker ? Vous pouvez aller voir sa biographie sur Wikipédia, vous ne serez pas déçu du voyage, le monsieur a un CV long comme le bras. Ce qu’il faut retenir avant tout, c’est qu’il a fondé en 2007 une agence de communication spécialisée dans le domaine des jeux en ligne et qu’il s’est consacré exclusivement au poker à partir de ce moment-là. Journaliste, joueur, commentateur, il a aussi été animateur d’émissions télévisées durant presque 10 ans. Ambassadeur de la ligue française de poker, puis directeur de la communication de PokerStars, il écrit maintenant pour le Point. Jusqu’a aujourd’hui où … « Et avec votre esprit » sort chez Michel Lafon sous la forme d’un roman qui a, pour toile de fond, le monde scientifique. Pourquoi je vous raconte tout cela ? Parce que l’un des enquêteurs principaux est un ancien champion de poker, comme son créateur, et que l’intelligence d’Alexis Laipsker est d’avoir utilisé ces cartes pour construire son roman. Pas de panique concernant le domaine scientifique, l’auteur ne va pas vous abreuver de tout un tas de notions nébuleuses qui vous donnera envie de raccrocher les éprouvettes à la troisième page. Lire la suite

Si vous êtes mère d’une fille, vous avez forcément vu « LOL », un film réalisé en 2009 par Lisa Azuelos qui traite des relations mère-fille. Elle récidive en 2019 avec « Mon bébé » qui décortique la même thématique. « La vie en ose » laissait présager une continuité des thèmes, mais cette fois-ci Lisa Azuelos va plus loin : elle dissèque le syndrome du nid vide. Alice, 53 ans a consacré toute sa vie à son foyer. Son mari l’a plaquée pour une plus jeune, et ses enfants ont quitté le nid. Seule, face à elle-même, elle doit réinventer sa vie. En n’étant plus ni épouse ni mère, Alice ne sait plus qui elle est. « Qui est-on, à quoi sert-on quand on n’est plus la femme ou là mère de quelqu’un ? » Lire la suite

Julie est une fille sympa, un peu barrée, originale, mais sympa : institutrice sympa, copine sympa, sa vie est sans histoire. Elle va bosser, de temps en temps boire des verres avec ses potes, rien d’extravagant. Jusqu’au jour où, elle apprend qu’elle est enceinte. Mais de qui ? Impossible de s’en souvenir… Promis, elle arrête l’alcool. En attendant, elle se met en quête du père : avec qui a-t-elle pu passer la nuit, et qui a osé planter cette Mauvaise Graine dans son ventre sans lui demander la permission ? « Pas d’erreur possible. Un signe » plus », ça veut dire « positif ». Deux signes… Ça veut dire : superpositif. Superenceinte. Jouez hautbois, résonnez musettes. Youpi youpi yay tchéketchéké yum yum. Tu ne t’es même pas fait sauter, et tu as réussi à te mettre en cloque. Bravo. Big up pour Julie. La conne du siècle. « Tous les gars de son cercle d’amis vont passer l’épreuve de l’interrogatoire et inutile de mentir, Julie sent quand on la balade. La grossesse déclenche des choses très bizarres dans son corps, notamment un profond sentiment d’invincibilité. Il s’avère que le petit polichinelle qui pousse dans son ventre génère l’arrivée de super pouvoirs : Julie devient alors une super Mum. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :