Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Vous avez remarqué la propension qu’ont les gens à vous proposer un verre d’eau quand vous n’allez pas bien, quand vous faites une crise de panique ou que vous vous mettez à fondre en larmes ? Comme si boire ce verre d’eau allait résoudre tous vos problèmes d’un simple coup de baguette magique ? Juliette, l’héroïne de ce roman va en boire des litres, puis décider d’arrêter les verres d’eau, car figurez-vous que boire un verre d’eau ne change rien à son destin tantôt tragique, tantôt euphorique. Juliette n’a pas la vie de Madame Tout-le-Monde. Sa vie à elle est étroitement liée à des évènements de l’Histoire avec un grand H, sans qu’elle le veuille… Une certaine prédétermination d’une fée malhabile penchée sur son berceau qui associerait volontairement évènement heureux et évènement malheureux pour l’empêcher d’oublier. Joies et poisses font donc partie de son quotidien : quand elle est heureuse, il survient un évènement catastrophique, quand elle subit une perte terrible, le pays est en liesse. Allez donc comprendre pourquoi le destin décide de s’acharner ainsi dans son devoir de mémoire. Lire la suite

Laurent Loison est l’homme des titres de romans en C : Charade, Cyanure, Chimères, et maintenant Coupable. La couverture du roman, que je trouve très réussie pour son atmosphère glaçante, met en lumière la Chaise électrique. Le premier mot qui me traverse l’esprit en regardant cette photo est Clémence… Est-ce de cela que l’auteur va nous parler ? Va-t-il aborder le sempiternel sujet de pour ou contre la peine de mort et des conséquences qu’elle engendre pour le condamné, mais aussi pour la victime et ses proches ? Lire la suite

Avril 1976, Phnom Penh, Cambodge. La nation toute entière vit au rythme des enlèvements, tortures et crimes commis par le régime en place. L’Angkar, organisation révolutionnaire demande fidélité, respect et obéissance au parti. Janvier 2019, Brest, Champey est en proie à de terribles cauchemars qui la transportent au Cambodge. Elle rêve de bombardements, de sang, de tortures. Pourtant, adoptée dès son plus jeune âge, elle n’a jamais connu le pays qui l’a vue naître. Le mystère de ses origines reste entier. Mère d’une petite Mau âgée de 6 ans, Champey lui ment sur ses origines. Elle dissimule avec beaucoup de détermination l’identité de son vrai père et lui en invente un plus honorable. « Peut-on vivre dans le mensonge ? Dans une mystification idyllique de son passé ? Ou bien doit-on se confronter à la vérité, si terrifiante et cruelle soit-elle ? » Lire la suite

Un vent de folie souffle sur le monde de l’édition… Chaque mois de mars, c’est la même histoire ! À croire que les statistiques mettent en lumière une sorte de dépression hivernale préprintanière qui les poussent toutes à sortir des romans fort attendus en même temps ! Comme vous le savez maintenant, je bouscule un peu mes habitudes et je me décide à ouvrir mes horizons et mes chakras vers des lectures différentes. La panoplie de mauvaises nouvelles depuis ce début d’année me pousse à sortir un peu de la littérature noire, pour aller vers des romans plus contemporains où l’on pleure pas mal, mais pour de bonnes raisons (vous avez le droit de vous marrer…) Je vous casse les pieds, mais s’il vous plaît, lisez «  Il est juste que les forts soient frappés » de Thibault Bérard. Je ne cesse d’y penser depuis ma lecture. Trêve de bavardages, j’ai sélectionné 28 titres. Pour certains, je n’ai ni couverture ni résumé : j’alimenterai cet article au fur et à mesure. C’est parti pour une sélection non exhaustive, la mienne, en espérant ne pas devoir en rajouter trop 😉 Lire la suite

Un tueur un peu particulier sévit dans la capitale : si la torture est son mantra, la sentence finale n’est pas la mort, trop douce à ses yeux. Il préfère laisser ses victimes vivantes, sévèrement amputées, enfermées en elles-mêmes par une lobotomie. Franck Sommerset, commissaire à la crime est chargé de l’enquête. Très vite, ses investigations l’amènent à entrer dans le monde des GAFAM, ces géants d’internet qui maîtrisent nos vies en créant des besoins dont nous n’avions même pas conscience. En plongeant dans l’enquête de Franck, le lecteur devient lui aussi le témoin privilégié des arcanes obscurs de ce monde fait de manipulations et de comportements clandestins. Lire la suite

Île de Bréhat dans les Côtes-d’Armor, 1925. Martial de la Boissière enquête sur la mort de son ami d’enfance, Alain. Le bateau de ce dernier s’est écrasé sur les rochers après une sortie en mer. Même si cela ressemble à un banal accident, notre enquêteur en herbe, proche d’un Hercule Poirot dans le style soupçonne des raisons bien plus mystérieuses. En effet, Alain était un excellent navigateur… Cet accident a surgi après la présence des deux amis à une séance de spiritisme où le nébuleux maître Collas leur avait fait de bien étranges prédictions… Martial, membre honoraire du cercle Cardan qui s’est fixé comme mission de déjouer les élucubrations de pseudo voyance se charge de l’enquête. Lire la suite

Je ne vous raconterai rien du dernier roman de Stephen King… Ou alors, pas grand-chose… Ou alors, juste un petit quelque chose pour vous donner envie de l’acheter, si ce n’est pas déjà fait ! Lui et moi, c’est comme une relation de couple : parfois, c’est l’hôtel du cul tourné, parfois c’est love me tender. C’est plus souvent l’un que l’autre, mais c’est vrai qu’on a passé quelques années sans se voir, lui et moi. C’est l’année dernière que l’histoire folle a repris, avec la sortie de « l’outsider ». Comme dans tous les couples, parfois on s’engueule… et parfois la communication est rompue. Il faut savoir se quitter pour mieux se retrouver. Il met une année à nous écrire un roman, j’ai mis 3 jours pour lire 600 pages. Les calculs sont pas bons Stephen, mais je te rassure, tu mets bien des paillettes dans ma vie. Lire la suite

C’est déjà l’heure du bilan ! Je n’ai pas vu passer ce mois de janvier. Heureusement d’ailleurs puisque j’ai une sainte horreur de ce mois triste à pleurer…. Le moins que l’on puisse dire c’est que mois a été faste et que j’ai eu la main heureuse dans mes choix de lectures. Rappelez-vous : j’avais relevé 27 titres qui me faisaient envie. Finalement, j’en ai lu 15. Il me reste 7 livres à lire déjà achetés et 7 tomes de retard avant d’attaquer le dernier Jussi Adler-Olsen ! Je peux vous dire que j’ai eu de sacrés beaux coups de cœur ! Par exemple, je n’avais pas prévu de lire « Il est juste que les forts soient frappés » de Thibault Bérard et je suis ressortie de cette lecture complètement chamboulée. Vraiment, lisez-le, il est sublime. Parmi mes lectures du mois, je vous recommande particulièrement : « Nos rendez-vous » de Éliette Abecassis, « Et toujours les forêts » de Sandrine Collette, « Disparaître » de Mathieu Menegaux, « Les corps conjugaux » de Sophie de Baere, « Cinq cartes brûlées » de Sophie Loubière, et « La deuxième femme » de Louise Mey. Ne ratez pas non plus le dernier opus des aventures de Tomar Khan, Niko Tackian y fait la part belle aux femmes. Je suis entrain de terminer « L’institut » de Stephen King et vraiment, on ne l’appelle pas le maître pour rien : ce roman vous emmène réellement ailleurs… Tout simplement fascinant. Lire la suite

Neuf parfaits étrangers se retrouvent dans un centre de remise en forme pour une cure de 10 jours, loin des vicissitudes de la vie quotidienne, des informations anxiogènes, et des portables à portée de main. Dix jours pour faire le point et remettre sa vie sur les rails. Chacun a un motif différent d’être là. Frances est un auteur de littérature rose qui a été victime d’une arnaque sentimentale sur internet, Tony un ancien sportif de haut niveau qui vit mal sa retraite, Lars un avocat réputé pour défendre la cause des femmes dans les divorces, mais aussi en couple avec un homme qui veut un bébé quand lui n’en souhaite pas, Carmel est obsédée par son poids, persuadée que c’est à cause de cela que son mari l’a quittée, Napoleon, Heather et Zoé sont là en famille suite à un deuil dont ils ne se remettent pas, Jessica et Ben ont gagné au loto et leur fortune soudaine a pulvérisé leur couple. Ces neuf parfaits étrangers vont devoir composer les uns avec les autres, accepter de se livrer et de se dévoiler sous la houlette de Masha, directrice charismatique de « Tranquillum House » et de ses deux bras droits Yao et Dalila. Lire la suite

Grosse, laide, grosse vache. Ainsi se décrit Sandrine. Conditionnée depuis l’enfance par un père toxique et malaisant, qui pouvait éructer pendant des heures sur son physique, son attitude, ses notes, Sandrine a appris à ne pas répondre, à se pelotonner « sur ce qui n’était pas encore totalement brisé, essayant de préserver quelque chose, quelque chose qui s’amenuisait, d’année en année, dont il ne restait plus rien maintenant. » Sa vie professionnelle est sa chance pour sortir de ces griffes en l’obligeant à quitter la maison, pour s’éloigner, définitivement. Elle rencontre alors l’homme qui pleure. Un homme dont l’épouse a disparu. Un homme qui élève un enfant seul. Lors de la rencontre, quelque chose de difficilement explicable se passe entre eux. Rapidement, elle va vivre avec lui. Mais, la première femme réapparaît… Quelle place Sandrine va-t-elle désormais pouvoir occuper ? Devra-t-elle reprendre un aller simple pour cette solitude honnie, mais programmée ? Sera-t-elle définitivement la deuxième femme ? Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :