Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Arlington, nord de la Virginie. Ory et Max vivent dans un « monde depuis longtemps (…) nettoyé jusqu’à l’os ». Il ne reste rien : très peu à manger, très peu à voler. Chaque journée est une nouvelle bataille qu’il va falloir livrer pour survivre. Tous ces hommes, les derniers, possèdent une chose inestimable, de ces choses qui n’ont pas de prix : les souvenirs, ce qui reste quand on a tout oublié. Et pourtant… Comme le reste, les souvenirs sont amenés à disparaître. Peu à peu, les hommes perdent leurs ombres, et avec elles, leurs souvenirs, comme si celles-ci étaient le réceptacle de tout leur être. Il ne reste alors que deux catégories d’humains : les indemnes, et les sans ombre. Ceux qui se souviennent et ceux qui ont tout oublié. Comment se transmet cette « curieuse maladie » ? Est-elle contagieuse ? Comment s’en préserver ? Peut-on en guérir ? Est-ce une bénédiction ou au contraire une malédiction ?

Nous sommes bien dans un roman post-apocalyptique, plongés dans un futur qui détient les prémices de notre présent. La seule chose que nous possédons vraiment dans ce monde est notre histoire personnelle, notre corps et nos souvenirs. C’est ce qui fait de nous des êtres vivants, de chair et de sang. Qui sommes-nous quand notre corps ne nous appartient plus, que notre mémoire nous lâche tellement profondément que nous pouvons oublier de manger, de boire et même notre faculté de savoir lire ? Que nos souvenirs disparaissent emportant avec eux nos émotions telles que l’amour, la tendresse, l’amitié, le bonheur d’une histoire commune ?

Des personnalités emblématiques hantent ce roman : Max et Ory, Naz une femme iranienne, archer, en lice pour les JO, Hemu Joshi, indien, le premier à perdre son ombre, et « Celui qui rassemble ». Autant de fils rouges à suivre pour ne pas se perdre dans l’Oubli, dans ce monde qui souffre d’un Alzheimer géant, une pandémie qui s’attaque à tous. Toute ressemblance avec des évènements vécus récemment serait purement fortuite… et pourtant ! C’est bien grâce à cette pandémie, que mon esprit a pu s’ouvrir à un genre littéraire pour lequel j’étais totalement réfractaire, ou du moins très frileuse.

Hemu Joshi perd donc son ombre. C’est un événement international, festif, approché comme une bénédiction. Ce jour existe vraiment. C’est un jour où le soleil ne projette pas l’ombre d’un objet à midi, lorsque le soleil est exactement au zénith. Cet étrange phénomène survient une fois par an dans les pays situés entre +23,5 et -23,5 degrés de latitude. Il est intéressant de voir comment Sheng Shepherd transforme cet évènement festif en réalité effrayante, contagieuse et virulente, comment la joie devient inquiétude, et surtout combien il détruit l’humanité à l’échelle mondiale, alors qu’il était préalablement une célébration.

Si le début de roman demande un peu d’investissement personnel, à savoir se laisser prendre par la main pour plonger dans cet univers créé de toute pièce, le reste n’est que pur bonheur lorsqu’on est enclin à suivre Peng Shepherd qui ouvre grandes les portes de son ciel étoilé. Elle choisit de faire converger le monde entier vers un seul endroit que je vous laisse découvrir, un endroit qui symbolise à la fois le renouveau, la possibilité d’une île, l’espoir d’obtenir des réponses. Entre légendes indiennes, culture vaudou, personnages emblématiques, l’auteur parvient avec brio à créer cet autre monde dans lequel le lecteur n’a aucune difficulté à se plonger, comme s’il le reconnaissait pour l’avoir maintes fois frôlé du doigt sans en avoir réellement conscience.

L’ombre est le sujet principal du roman. Elle est le réceptacle, le moteur, l’âme, le centre de chaque être humain. Toute la réflexion du livre est basée sur ce postulat, ce qui revient à s’interroger sur qui nous sommes sans notre ombre. L’idée est brillante, le développement intelligent, les péripéties surprenantes, les conséquences habiles. Une fois ouvert, ce roman est difficile à refermer tant il est questionnant, mais aussi profond. Il m’est venu une réflexion très personnelle durant cette lecture, surtout après cette période très anxiogène de confinement et toutes les choses que j’aie pu voir ou lire : l’humanité mérite-t-elle d’être sauvée ? A-t-elle gagné le droit de conserver sa mémoire ?

À vous de juger… Ne passez pas à côté de ce roman phénomène qui est non seulement magnifiquement écrit, mais qui possède aussi ce supplément d’âme qui touche profondément chaque parcelle de votre être, en tant qu’humain.

5 réflexions sur “LE LIVRE DE M, Peng Shepherd – Albin Michel Imaginaire, sortie le 17 juin 2020.

  1. Yvan dit :

    Un tel avis, venant d’une lectrice aussi exigeante que toi et qui lit peu de livres de l’Imaginaire (jusqu’à maintenant), ça vaut de l’or !

    Aimé par 1 personne

    1. Aude Bouquine dit :

      Merci Yvan. Espérons que ce livre rencontre ses lecteurs !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :