Aude Bouquine

BLOG LITTÉRAIRE

Comme chaque fin de mois, voici mon bilan lecture. Quinze livres lus en ce mois d’avril et une écoute audio. Dans l’ensemble, une très belle période de lecture, une panne de plusieurs jours quand même, quelques soucis de santé, beaucoup de lectures de romans noirs/thrillers/polars. J’ai décidé de ne pas tous les chroniquer par manque de temps, je me concentre sur les retours des services presse. Je ne sais pas vous, mais moi je n’ai jamais eu autant de retard dans mes lectures. Sans doute est-ce dû à l’arrivée tardive de certains romans, deux-trois jours avant la sortie ou carrément après la sortie, ce qui bouleverse chaque fois mes intentions de lecture. Je suis sincèrement désolée si vous m’avez envoyé un livre et qu’il n’a pas encore été lu. Je fais au mieux dans le temps qui m’est imparti et je reste sur ma ligne de conduite : chacun son tour et en savourant. Il est hors de question d’ingurgiter à la va-vite ou de lire en diagonale. Le nombre des sorties va se calmer, je vais donc avoir le temps de rattraper mon retard. 

Il faut dire que je suis juré dans deux prix cette année et que clairement, cela met beaucoup de pression. Il y a un timing dont il faut tenir compte et des dates limites pour voter. Sans parler des envies… qui ne vont pas toujours de pair avec les romans qu’il faut lire. 

Je ne cache pas que le mois d’avril a été teinté de quelques frustrations. Sans doute en faut-il pour se remettre en question, changer certaines choses et relativiser. Il y aura quelques changements dans ma vie personnelle à la rentrée et ceci devrait amplement améliorer mon quotidien. Je vous raconterai tout ça en temps voulu. 

Mes lectures de mai sont prêtes. Et les vôtres ? Je vous embrasse. 

LES FÊLURES, Barbara Abel – Plon, sortie le 31 mars 2022.

LEONIE, Marlène Charine – Calmann-Lévy, sortie le 23 mars 2022.

DANS LES BRUMES DE CAPELANS, Olivier Norek – Michel Lafon, sortie le 7 avril 2022.

BLACKWATER « LA CRUE », Michael McDowell – Monsieur Toussaint Louverture, sortie le 7 avril 2022.

LE SILENCE DES REPENTIS, Kimi Cunningham Grant – Buchet Chastel, sortie le 31 mars 2022.

TOUT CE QUI EST À TOI BRÛLERA, Will Dean – Belfond, sortie le 24 mars 2022.

LES DOMINOS DE LA VIE, Laure Manel – Michel Lafon, sortie le 7 avril 2022.

« Gaïa » a décidé de se débarrasser de ses occupants, tempêtes, chaleur extrême, maladies diverses, tout est bon pour se faire entendre. Deux sœurs témoignent du changement climatique, de la « vie » avant les grandes mesures gouvernementales arrivées trop tard, et de leurs existences dans un futur non daté, mais qui résonne comme notre avenir.
Un roman éclairant signé Valérie Cho en cette veille d’élection où l’écologie ne fait pas réellement partie du « programme ».
Suffisamment réaliste pour me bousiller ma nuit ! A lire ❤️

Une 4e de couverture était alléchante, jugez plutôt :

« Bobby Nock, un professeur afro-américain, est accusé d’avoir assassiné une de ses élèves. Alors que le procès débute, personne ne doute de sa culpabilité. Mais la jeune Maya Seale persuade le jury, dont elle fait partie, de l’innocence de Nock, lequel est acquitté.
Dix ans plus tard, une chaîne de télévision décide d’adapter l’affaire en série et convoque tous les jurés dans les lieux mêmes où ils ont délibéré. De vieilles querelles et des secrets enfouis remontent à la surface et soudain, l’un des jurés est retrouvé mort… dans la chambre de Maya. Celle-ci, devenue avocate, va devoir donner le meilleur d’elle-même pour révéler une vérité trop longtemps cachée.
Racisme, défaillances du système judiciaire américain, personnages aux motivations douteuses, Tenir est un roman dérangeant, captivant, et un véritable tour de force. »
Après 50 pages de lecture, je sens que quelque chose « cloche », après 100 pages je suis sûre que le problème vient de la traduction. Certaines phrases sont calquées sur la syntaxe américaine et semblent avoir été traduites mot pour mot, sans s’adapter à la langue française. 
Les dialogues souffrent cruellement du même type de problème avec parfois, des mots qui manquent. 
Sans doute y a-t-il eu un souci de relecture pour ce roman. Abandon à la page 120.

Un vrai plaisir de retrouver Marcus Goldman et Harry Québert qui hante ces pages, une intrigue palpitante qui provoque une lecture assidue, mais… Parce que oui, il y a un mais. D’abord, j’ai eu un gros problème d’adaptation à la construction narrative. Il y a énormément de retours en arrière, ce qui n’est pas du tout un problème sur le fond, c’est la forme qui m’a posé souci. À mon avis, ces retours pouvaient être inclus dans la narration et auraient évité des répétions, donc suscité un rythme plus fluide. Ensuite, sur la recherche du probable tueur d’Alaska, trop trop trop de twists. Quasiment tous les personnages sont suspectés à un moment ou à un autre. Les deux cents dernières pages sont une succession d’hypothèses, d’accusations et de retournements de situation, pour un final qui ne m’a pas laissée ébahie. Si vous n’êtes pas un gros lecteur de polars, vous pouvez y trouver un vrai plaisir sans être gênés par ce que je viens d’évoquer. Pour les autres, tentez-le, dans le but de vous faire votre propre avis. En ce qui me concerne, les 3/4 du roman ont été vraiment agréables à lire, mais la dernière partie m’a excédée et malheureusement, je reste sur ce sentiment d’exaspération en pensant au roman. 

LA FIN DES HOMMES, Christina Sweeney-Baird – Gallmeister, sortie le 3 mars 2022.

Je n’avais pas lu « Taches rousses », mais j’ai réparé cette grosse erreur avec « Carolina Reaper ». Dire que Morgane Montoriol écrit avec ses tripes ne serait pas assez fort. Sa plume est viscérale, et témoigne d’une habilité toute singulière à aller fouiller l’âme humaine pour en faire jaillir tout ce que l’homme possède de plus nauséabond.
Roman noir, plus noir que le noir des enfers, ce récit décortique l’abject dans une langue qui va droit au but, mais dans un style où chaque mot a sa place pour entrer dans l’intime de ses personnages. « Carolina Reaper » dérange, décape, remue, et vous envoie valser dans l’obscurité… cette noirceur où les hommes les plus abjects viennent hanter vos nuits.
Une réussite totale, une perfection narrative magistrale. Énorme coup de cœur pour ce roman qui à aucun moment ne vous laisse en paix avec vous-même. Du grand Art !

Dans le cadre du prix Le livre de Poche, catégorie littérature 

L’ANGE DE MUNICH, lu par Nicolas Matthys – Sortie Audiolib le 15 septembre 2021. Ecouté dans le cadre de la sélection pour le prix Audiolib 2022.

7 réflexions sur “BILAN LECTURE AVRIL 2022.

  1. Ça fait quand même un beau bilan !

  2. Comme je te comprends pour le retard de chroniques ! Comme toi, je me concentre sur les services presse en priorité. Je ne me souviens pas que tu aies chroniqué « Ohio » de Stephen Markley. Je viens de lire le résumé, et il me tente pas beaucoup ! J’ai pris la version audio du dernier Dicker, mais je n’arrête pas de repousser ma lecture. J’ai l’appréhension d’être déçue, je crois.

    1. Aude Bouquine dit :

      Ohio fait partie de la sélection du prix livre de poche. Pour voter, pas de chronique obligatoire, juste quelques mots. Je n’arrive plus à suivre avec toutes les chroniques donc tu as raison, je ne l’ai pas chroniqué par manque de temps. Cette année il y a trop de pression… ça provoque de grosses pannes de lecture chez moi. Juré de deux prix c’est trop chronophage. Je suis très emballée par le prix Audiolib, pour le prix du livre de poche beaucoup moins. C’est un énorme contrainte. Tu me diras pour le dernier Dicker. Peut-être que la version audio passe mieux.

  3. laplumedelulu dit :

    Il est beau ce bilan Aude. Il faut que la lecture reste un plaisir et ne devienne pas une pression.
    Des bisous à toi ❤️😘

    1. Aude Bouquine dit :

      Ce n’est malheureusement plus le cas…

      1. laplumedelulu dit :

        Si tu as besoin de quoique ce soit. Suis là. ❤️

  4. brindille33 dit :

    Haha, je l’ai en attente de lecture 🤗😴💤

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils