Aude Bouquine

BLOG LITTÉRAIRE

Avant de partir pour quelques jours de vacances en famille, je ne voulais surtout pas oublier de vous parler des sorties de janvier 2023. Cette année, plusieurs d’entre vous m’ont écrit pour me demander quand sortait cet article, la réponse est donc aujourd’hui 😉. Comme d’habitude, cette liste est non exhaustive et reflète mes propres choix et envies. Il est évident qu’il sera difficile de TOUT lire, mais de nouvelles résolutions ont été prises pour 2023 dont je vous parlerais bientôt. Cette fin d’année a été marquée par de belles rencontres, réelles ou virtuelles. Les réseaux permettent parfois de rassembler des personnes qui ont les mêmes valeurs, la même morale, les mêmes indignations. Vous vous reconnaîtrez, je suis très heureuse de vous avoir dans ma vie. Merci pour tous ces échanges quotidiens.

Enfin, et cela devient maintenant rituel, je vous prépare mon top lectures 2022 qui sera posté en fin d’année. D’ici là, de belles lectures m’attendent encore, ainsi que de doux moments de retrouvailles familiales. 

N’hésitez pas à me dire en commentaire quels livres ont retenu votre attention dans les sorties de janvier, je suis toujours très curieuse de le savoir. Je vous souhaite de belles fêtes. Je vous embrasse. 

Sortie 4 janvier

Il y a ce qu’on vous a raconté, ce que vous avez compris, ce que vous avez toujours cru… Et puis il y a la vérité.
Lundi dernier, le père de Damien s’est jeté du haut de la baie des veuves, cette falaise d’où les femmes guettaient autrefois le retour des bateaux de pêche.
Damien se met donc en route pour régler les funérailles, tentant en vain d’éprouver de la tristesse. Durant l’été 1995, ce père qu’il aurait voulu aimer est devenu un meurtrier, les contraignant sa mère et lui à déménager à l’autre bout de la France car la ville entière maudissait leur nom. Damien n’est jamais revenu. La seule  lumière dans ce pèlerinage douloureux est qu’il va revoir Oriane, son amour  d’enfance.
Mais arrivé dans le quartier des pêcheurs désormais à l’abandon, Damien découvre dans la parka de son père une photo qui remet tout en question… Et si la vérité sur l’été 1995 était tout autre?

 

Sortie 4 janvier

Canton d’Estanville, automne 1990. Jérémie et Guilhem découvrent le collège. Dans la cour, on évoque la disparition d’un élève de 4e, survenue quelques mois plus tôt et dont seuls les vêtements parfaitement pliés ont été retrouvés au milieu d’un sentier. On parle à bas mot de « l’homme qui marche », ce croque-mitaine insaisissable qui pourrait être vu en plusieurs lieux, au même moment. Malgré la détermination glaciale du capitaine Ernevin – dépêché sur place avec sa fille, Aurore -, un nouvel enlèvement se produit.
Empruntant aux univers des séries « Stranger Things » et « Dark », « L’Horizon des événements » est un formidable roman d’apprentissage, mêlant intrigue policière, récit fantastique et chronique inquiétante et amusée des années 90.

 

Sortie 4 janvier

Durant l’épidémie de grippe espagnole, une petite ville industrielle située au cœur des forêts brumeuses du Nord-Ouest Pacifique décide de se mettre en quarantaine, mais l’arrivée d’un soldat affamé et malade aura des répercussions terribles sur la communauté.

 

Sortie 4 janvier

« Il ressentait avec une égale puissance la présence de Dieu et le besoin de tuer. »

Prêtre aux États-Unis, exfiltré à Rome, exilé en Indonésie, Patrick Hollmann a commis une série de meurtres barbares avant d’être arrêté et exécuté. Vingt ans après sa mort, un corps mutilé dans les montagnes de Californie ranime son souvenir. Est-ce une émule ou plutôt un disciple qui a commis cet acte atroce ?

L’Agent Spécial Michelle Ventura se tourne vers Nicholas Foster, célèbre écrivain et profilerdevenu consultant du FBI. Fasciné par Hollmann, il s’est nourri de la pensée du prêtre pour disséquer la mécanique du crime.

Mais jusqu’à quel point ?

 

Sortie 4 janvier

Époux aimant, père de famille attentionné et fils d’un homme de main lié à la pègre locale, Ray Carney, vendeur de meubles et d’électroménager à New York sur la 125e Rue, « n’est pas un voyou, tout juste un peu filou ». Jusqu’à ce que son cousin lui propose de cambrioler le célèbre Hôtel Theresa, surnommé le Waldorf de Harlem…

Chink Montague, habile à manier le coupe-chou, Pepper, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Miami Joe, gangster tout de violet vêtu, et autres flics véreux ou pornographes pyromanes composent le paysage de ce roman féroce et drôle. Mais son personnage principal est Harlem, haut lieu de la lutte pour les droits civiques, où la mort d’un adolescent noir, abattu par un policier blanc, déclencha en 1964 des émeutes préfigurant celles qui ont eu lieu à la mort de George Floyd.

 

Sortie 4 janvier

L’agent du FBI Kimberly Quincy, le commandant D.D. Warren et Flora Dane, les trois héroïnes de Lisa Gardner de nouveau réunies dans un thriller à couper le souffle.Macabre découverte dans un petite ville de Géorgie. Les restes d’un corps humain, puis bientôt un charnier, révélés au grand jour… Est-ce le testament de Jacob Ness, le tueur en série qui a défrayé la chronique pendant des années avant d’être abattu ? Ou l’oeuvre d’un complice ? Aux côtés de la courageuse Flora Dane, survivante de Jacob Ness devenue justicière, les enquêtrices vont unir leurs forces dans une affaire sans précédent, dont une jeune fille, témoin impuissante de l’horreur, détient la vérité. Mais comment la protéger ?

 

Sortie 4 janvier

Sarah Barry, épouse et mère en apparence comblée, a quitté les RH d’une grande entreprise pour s’accorder une année d’écriture. Mais alors qu’elle dispose enfin du temps nécessaire, le piège de la domesticité semble se refermer sur elle.
Cela commence par une fatigue inhabituelle, des chutes de cheveux, et puis il y a ces maux de tête lancinants.
Quand il n’est pas en voyage d’affaires, son mari la couve, la chahute, la questionne. Entraînant leur fils dans ce manège qui ne tourne plus très rond. À moins que ce ne soit elle qui fantasme ?

 

Sortie 4 janvier

1977. Californie du Nord. Rich est de ces bûcherons qui travaillent au sommet des arbres. C’est un métier dangereux, dont son père et son grand-père sont morts. Il veut une vie meilleure pour sa femme Colleen et son fils Chub. Pour cela, il a investi en secret toutes leurs économies dans un lot de séquoias pluricentenaires. Mais lorsque Colleen, qui veut avoir un deuxième enfant malgré de précedentes fausses couches, se met à dénoncer la compagnie d’abattage pour l’usage d’herbicides responsable selon elle de nombreuses malformations chez les enfants, le conflit s’invite au coeur de leur couple. Un premier roman âpre et dense.

Sortie 4 janvier

Agnès n’a jamais quitté la ferme de Jean, son père. Après que sa mère a disparu, alors qu’elle était adolescente, elle a peu à peu pris sa place. Et si elle rejette les avances des hommes, elle veut bien des caresses de Pàl, l’ouvrier qui travaille chez eux, un étranger qui n’a que des terres brûlées derrière lui. Mais de la forêt vient une bête qu’on croyait disparue, qui décime les troupeaux. Jean n’est pas de ces hommes qui se résignent. Il prend un fusil et suivi de son chien, Pentecôte, passe l’orée du bois, les limites du monde.
Avec ce premier roman d’une puissante poésie, Philippe Alauzet nous fait entrer dans un conte noir, l’histoire de la libération d’une enfant blessée, dans un monde clos sur ses silences et ses secrets, où les fantômes rendent l’amour impossible.

 

Sortie 4 janvier

Je suis Karelle Dia, congolaise, enfant de la République française, éloquente, forte en gueule, que mon courage soit mon talent.
Née d’un Ougandais et d’une Congolaise, Karelle a huit ans lorsque la guerre éclate à Kinshasa. Mère et fille se réfugient en France, pays de liberté, pour y vivre en paix. À ce premier exil du cœur, s’ajoute bientôt la difficulté et l’angoisse de se reconstruire et de se faire accepter.
Animées par cette fierté et cette dignité qui font leur grandeur d’âme, elles s’arment de courage. Il faut les connaître ces hôtels insalubres, où l’on fait son beurre sur le dos de la misère humaine. Il faut les endurer ces sinistres coups du sort, sans rien céder de ses rêves. Karelle en fera l’expérience. Et de ses combats naîtra la plus éclatante des victoires.
Avec Les Chemins d’exil et de lumière Céline Lapertot continue d’explorer avec justesse et pugnacité la veine sociale qui caractérise son œuvre. Inspirée de la vie d’une de ses élèves, l’auteure nous livre le roman d’une femme affrontant son destin pour mieux éblouir le monde de sa lumière.

 

Sortie 4 janvier

Hannah est une Nisei, une fille d’immigrés japonais. Si son père l’a bercée de contes nippons, elle se sent avant tout canadienne ; alors pourquoi les autres enfants la traitent-ils de «?sale jaune?»?? Jack, lui, est un creekwalker, il veille sur la forêt et se réfugie dans les légendes autochtones depuis le départ de son frère à la guerre. Le jour où l’ermite tombe nez à nez avec un ours blanc au coeur de la Colombie-Britannique, il croit rêver – la créature n’existe que dans les mythes anciens. Pourtant, la jeune femme inconsciente qu’il recueille semble prouver le contraire : marquée des griffes de la bête, Hannah développe d’étranges dons à son réveil. Des années 1920 à l’après-guerre, Marie Charrel brosse le portrait d’une Amérique du Nord où la magie sylvestre s’enchevêtre à la fresque historique. Contes japonais et légendes indigènes se lient dans une fabuleuse ode à la nature et à la fraternité.

 

Sortie 4 janvier 

Au cœur de l’Allemagne, l’International Tracing Service est le plus grand centre de documentation sur les persécutions nazies. La jeune Irène y trouve un emploi en 1990 et se découvre une vocation pour le travail d’investigation. Méticuleuse, obsessionnelle, elle se laisse happer par ses dossiers, au regret de son fils qu’elle élève seule depuis son divorce d’avec son mari allemand. 
A l’automne 2016, Irène se voit confier une mission inédite : restituer les milliers d’objets dont le centre a hérité à la libération des camps. Un Pierrot de tissu terni, un médaillon, un mouchoir brodé… Chaque objet, même modeste, renferme ses secrets. Il faut retrouver la trace de son propriétaire déporté, afin de remettre à ses descendants le souvenir de leur parent. Au fil de ses enquêtes, Irène se heurte aux mystères du Centre et à son propre passé. Cherchant les disparus, elle rencontre ses contemporains qui la bouleversent et la guident, de Varsovie à Paris et Berlin, en passant par Thessalonique ou l’Argentine. Au bout du chemin, comment les vivants recevront-ils ces objets hantés ?
Le bureau d’éclaircissement des destins, c’est le fil qui unit ces trajectoires individuelles à la mémoire collective de l’Europe. Une fresque brillamment composée, d’une grande intensité émotionnelle, où Gaëlle Nohant donne toute la puissance de son talent. 

 

Sortie 4 janvier

Atay et Abay ont toujours eu la tête sur les épaules, aussi Firuzeh et son petit frère, le turbulent Nour, ne sont-ils pas inquiets lorsque leurs parents leur annoncent qu’ils quittent Kaboul. Et puis les deux enfants ont d’autres préoccupations?: d’abord, s’écharper toute la journée, puis écouter les contes d’Abay, enfin se faire des copains dans le camp de fortune où ils sont parqués après leur traversée des mers. Mais alors que les jours deviennent des mois, que les gardes ne cessent de les abreuver d’insultes et de coups et que les médicaments semblent la seule réponse des adultes au malheur, Firuzeh comprend que l’enfance touche à sa fin. Accompagnée par la fantomatique Nasima, sa meilleure amie des fonds marins, la petite fille n’en est qu’au début d’un long voyage. Un récit d’initiation tout en beauté et fragilité, où l’âpreté de la réalité tragique rencontre la poésie et la magie d’un regard d’enfant.

 

 

Sortie 5 janvier

Ils sont frère et sœur. Quand l’histoire commence, ils ont dix-neuf et treize ans.
Cette histoire tient en quelques mots, ceux que la cadette, témoin malgré elle, prononce en tremblant :  » Papa vient de tuer maman.  »
Passé la sidération, ces enfants brisés vont devoir se débrouiller avec le chagrin, la colère, la culpabilité. Et remonter le cours du temps pour tenter de comprendre la redoutable mécanique qui a conduit à cet acte.
Avec pudeur et sobriété, ce roman, inspiré de faits réels, raconte, au-delà d’un sujet de société, le long combat de deux victimes invisibles pour réapprendre à vivre.

 

Sortie 5 janvier

Des décennies après son départ, la narratrice, une romancière de renom, revient dans le village qui l’a vue naître. Dès son arrivée, elle est en butte à l’hostilité des villageois qui l’accusent d’avoir sali dans ses livres leur réputation et leurs familles.
Tandis qu’elle retrouve les visages, les lieux et les odeurs de son enfance, son histoire la submerge. Lui revient en mémoire son passé, et un terrible secret de famille si longtemps gardé refait surface. Encouragée par la parole, testamentaire de son maître spirituel et auteur du Prophète Khalil Gibran, dont l’ombre plane sur le village, elle veut dévoiler l’indicible, s’en affranchir et rendre justice.
Réalité et fiction se mêlent dans ce roman dense, incisif et fascinant. D’une plume aussi tranchante que poétique, Yasmine Ghata parvient à créer une ambiance sensuelle et envoûtante, et révèle au lecteur la force libératrice de la littérature.

 

Sortie 5 janvier

Après avoir vécu un épisode douloureux, Mara, désemparée, fuit en direction de la mer, laissant toute sa vie derrière elle. Elle arrive dans une station balnéaire en fin de saison. La ville se vide et Mara traîne sa solitude et son chagrin dans les rues désertes et sur les plages oubliées. Elle survit. Lorsque l’argent vient à manquer, elle trouve un job dans une des rares boutiques restées ouvertes. Les mois passent, le quotidien se pose et, tandis qu’elle effleure de nouveau une certaine forme de joie, le passé la rattrape.
Mélange singulier d’intimité et de pudeur, Marées brosse un puissant portrait de femme, dans un style sensuel et imagé. Sara Freeman signe un premier roman d’une grande poésie, largement salué par la critique américaine.

 

Sortie 5 janvier

 » Le froid arriva. Et puis le froid s’installa à jamais. « 

Nord-est du Canada, 1972. Dans cette région glaciale, balayée par les vents, où l’hiver dure huit mois, la petite communauté de Jasperville survit grâce au travail dans les mines d’acier. Les conditions de vie y sont difficiles. Au-delà du village, il n’y a rien. Juste une nature hostile, quelques ours, des loups. Aussi quand le corps d’une adolescente du village est découvert aux abords de la forêt, la gravité des blessures laisse supposer qu’elle a été victime d’une bête sauvage. Ce sera en tout cas la version officielle. Et tout le monde prie pour qu’elle soit vraie. Mais, quelques temps plus tard, le corps d’une autre jeune fille est retrouvé.

Montréal, 2011. Le passé que Jack Deveraux croyait avoir laissé derrière lui le frappe de plein fouet lorsqu’il reçoit un appel de Jasperville. Son jeune frère, Calvis, est en garde-à-vue pour tentative de meurtre. De retour sur les lieux de cette enfance, qu’il a tout fait pour oublier, Jack découvre qu’au fil des années, l’assassin a continué à frapper. L’aîné des Deveraux comprend alors que la seule façon de mettre fin à cette histoire tragique est de se répondre à certaines questions, parfois très personnelles. Mais beaucoup, à Jasperville, préfèrent voir durer le mensonge qu’affronter la vérité.

Sortie 5 janvier

« Vous êtes sur le répondeur de Maxime, laissez-moi un message ! » Pour la dixième fois, la centième fois, je raccroche. Je laisse passer une poignée de secondes, et puis je rappelle. Encore. J’erre chez nous, je tourne comme un lion en cage. Il est 3 heures du matin. Mon mari s’est volatilisé en pleine nuit. La chambre de mon bébé est vide. Vide.Un roman noir aux allures de thriller qui sonde les abysses les plus profonds de l’âme humaine. Peut-on jamais vraiment connaître les personnes qui partagent notre vie ?

 

Sortie 5 janvier

Un accident de voiture au beau milieu de nulle part laisse une fillette orpheline et estropiée, Chloé, sauvée in extremis par trois hommes et une guérisseuse.Trente-cinq ans plus tard, Yves et Bernadette, un couple de tueurs en série, sillonnent les routes dans un camping-car Transporter T3 Joker Westfalia en quête d’auto-stoppeuses.Anna, une gamine témoin de leur premier meurtre de l’été, réussit à leur échapper et se réfugie au coeur d’un bois où une étrange femme boiteuse, entourée de renards, prend soin d’elle.Dans ce bois vit une communauté coupée du monde moderne, au plus près de la nature et des mythologies du lieu tout en veillant à préserver quoi qu’il en coûte sa tranquillité et sa pérennité.Quatre trajectoires, quatre histoires singulières qui se croisent, se heurtent, s’entremêlent, comme des fils qui se resserrent, comme une forêt qui avale ses visiteurs.

 

Sortie 5 janvier

C’est un clan d’humains. Ils chassent et cueillent, ils naissent et meurent, ils habitent des tentes de peau, ils peignent sur la paroi des grottes, ils perpétuent les légendes de leurs déesses et dansent autour du feu les soirs de fête. Leur univers est une forêt nourricière et, hormis les grands froids ou la maladie, ils n’ont à redouter que la Bête, qui rôde aux abords d’infranchissables Confins. Ils ignorent qu’un tout autre monde existe au-delà.
Cet autre monde, c’est le nôtre ou presque, couvert de villes grises de pollution et peuplé de Sapiens dont quelques-uns vont bientôt rencontrer leurs lointains cousins du clan Neanderthal…
Porté par un redoutable sens du suspense, Demain les ombres est un grand roman d’évasion nourri de considérations éthiques sur notre rapport à la nature, au divertissement, à l’autre, à la vie.

 

Sortie 5 janvier

 » Cette nuit, j’ai lu Célestine. Ton texte m’a bouleversée, je n’ai pas pu m’arrêter. Je te dois une nuit blanche.  » Amélie Nothomb

Années soixante, quelque part dans la France profonde. Célestine, orpheline dès sa naissance, est élevée par de lointains parents qui n’avaient jamais voulu d’enfants.
Dix-sept ans plus tard, l’adolescente se retrouve devant la Cour d’assises des mineurs. Mais que s’est-il donc passé pour que la ravissante et douce Célestine, dont l’avenir était plus que prometteur, soit jugée pour un crime dont tout semble l’accuser ?

 

Sortie 5 janvier

Son père ne veut pas d’elle, sa mère meurt en couches. Astra grandit sans restriction dans une ferme isolée de l’ouest du Canada. De cette enfance sauvage et libre, elle gardera des cicatrices physiques et mentales ainsi qu’une incroyable résilience. Qui est Astra ? Petite fille intrépide pour Kimmy, adolescente fugueuse pour Brendon, femme séductrice pour Lauren, mère adorée pour Hugo… Au fil des ans, sa vulnérabilité et son magnétisme naturel attirent ceux qui tour à tour veulent la protéger, la contrôler, la changer ou lui échapper. Pourtant, si tous croient lire en Astra, celle-ci demeure insaisissable. Après tout, peut-on jamais connaître une personne ?

 

Sortie 5 janvier

Dans la ville de Boston, la clinique de Mercy Street offre un nouveau départ aux femmes désireuses d’avorter. C’est là que Claudia travaille depuis des années. Chaque jour, elle affronte la peur et la détresse de nombreuses patientes aux destinées bouleversées. À cela s’ajoute la détermination des militants anti-avortement dont la présence quotidienne aux alentours de la clinique rend l’ambiance tendue, sinon dangereuse. Pour faire face à cette pression constante, Claudia fréquente un sympathique dealer d’herbe, Timmy, qui compte parmi ses clients un jeune homme introverti et solitaire. Sur une plateforme en ligne, ce dernier se met au service d’un gourou pro-vie qui commence peu à peu à développer une fixation sur Claudia.

 

Sortie 5 janvier

Il y a six ans, l’enfant a disparu. Zoé ne l’a quitté des yeux que quelques minutes, occupée à peindre la coque du bateau, mais voici son fils envolé. On a dragué le cours d’eau, étudié les courants, cherché en aval, la rivière n’a pas rendu le corps de l’enfant. C’est peut-être ce savoir amérindien ancestral qu’elle porte en héritage ou un instinct maternel féroce mais Zoé le sait, Nathan ne s’est pas noyé. Il vit, quelque part. Elle est persuadée que son fils se cache parmi les migrants qui ont gagné le Canada, poussés par le réchauffement climatique et la chute des États-Unis. Alors elle le cherche. Jumelles au poing, fléchettes tranquillisantes et attirail de chasse en bandoulière, elle arpente les paysages sauvages pour traquer les invisibles de la forêt. 
Sur les bords de la rivière des Outaouais, dans un monde où la nature a repris peu à peu ses droits et ne cesse de clamer sa puissance, L’Enfant rivière nous conte l’histoire d’une quête et d’un combat. Celui d’une mère prête à tout pour retrouver son enfant et comprendre qui elle est.

 

Sortie 6 janvier

Un père veut rejoindre sa femme sur une île, il est en compagnie de sa petite fille de 5 ans à laquelle il n’a pas pu consacrer autant de temps qu’il aurait voulu lors de ces premières années de paternité. Arrivés au port d’embarquement pour le dernier tronçon en ferry, tout se complique. Une foule attend. Des menaces planent. C’est la cohue. In extremis, le père et sa fille trouvent refuge dans un hôtel où tous les clients sont bientôt confinés. Face à sa fillette, dans le huis clos de la chambre, le père ressent sa profonde tendresse pour elle, mais aussi ses regrets, et une forme de culpabilité. La relation ambiguë qu’il établit avec la jeune responsable de l’établissement ne fait que raviver son sentiment de faute. Au téléphone, l’épouse et mère patiente, puis s’inquiète. Ils sont si près. Ils sont si loin. Finalement, le narrateur prend le risque de s’aventurer en bateau, malgré une mer déchaînée. À quoi tient la vie ?

 

Sortie 6 janvier

São Martinho, petit village de l’ouest du Portugal. 1965. La jeune Fernanda, enceinte, doit partir. La pauvreté de sa famille, les traditions et les commérages ne pardonnent pas à cette fille-mère. Alors, comme de nombreux Portugais à cette époque, elle prend la route de l’émigration clandestine vers la France pour O Salto, le grand saut par-dessus les frontières.
Avec un groupe d’exilés, livrée aux passeurs, elle va traverser la péninsule ibérique, traquée par les polices portugaise et espagnole. Une terrible odyssée qui mène la jeune femme jusqu’au célèbre bidonville de Champigny. Là, dans la « baraque des femmes », elle retrouve sa tante Zita. Mais après des retrouvailles affectueuses, la dureté de la vie d’exilée s’impose. C’est alors qu’elle découvre la douceur de la liberté auprès d’un homme mystérieux et solitaire, musicien, qui fera d’elle, à son insu, une légende !

 

Sortie 6 janvier

Lorsque son père part vivre sa retraite au Maroc, épouse une femme aussi jeune qu’elle, se convertit à l’islam et annonce qu’il la déshérite, Carina, la « fille préférée » sombre dans la douleur. Qui est véritablement ce père ? Quelles colères enfouies est-il en train de faire ressurgir ?

Il est des romans écrits par urgence vitale. Tempêtes et brouillards est de ceux-là. Hanté par la figure du Roi Lear, entremêlant souvenirs à vifs, conversations, réflexions sur l’héritage, l’amour filial, les gestes post-coloniaux qui s’ignorent, l’écriture et le pardon, il traverse la noirceur et la brûlure vers la réappropriation de soi. Porté par une écriture incantatoire, un suspense intime, il signe la profession de foi d’une écrivaine.

 

Sortie 6 janvier

À travers une relation père-fils conflictuelle, une réflexion très actuelle sur le défi de la transition écologique, les limites de la société consumériste, le besoin de se recentrer sur l’essentiel…

Niels, 25 ans, habite depuis des années dans une cabane sans eau ni électricité sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Il vit de dons et des produits de son potager. Un été, il débarque à l’improviste dans la maison de vacances familiale, accompagné de sa copine et de son chien. Il y a là son père, Éric, sa belle-mère, leur fils, et la grand-mère complice. La cohabitation devient vite explosive. Niels fume pétard sur pétard, dort le jour, boit de la bière… Excédé, son père finit par le chasser de la villa à grands coups de « dégage ! ».
Mais la roue tourne. Deux ans plus tard, Éric se retrouve sans emploi. À bout de forces et endetté jusqu’au cou, il décide de rejoindre le seul être qui ne le jugera pas : son fils, Niels. Père et fils vont peu à peu se réapprivoiser, travailler ensemble sur la ZAD, Niels mettant son père à l’épreuve et Éric découvrant la « vraie vie » de son fils, les raisons de ses choix, son bonheur simple de Robinson en communion avec la nature.
Chaque jour qui passe convainc Éric que là se trouve sa nouvelle vie. Jusqu’au moment où…

 

Sortie 6 janvier

Certains ont des amis imaginaires ; d’autres, des tyrans intérieurs. Celui de Thelma s’appelle l’Entraîneur. Il règne sur son quotidien, lui enjoint de compter les calories et lui impose une discipline de fer. Soumise à sa loi, la lycéenne épuise son entourage et flirte avec l’abîme. Mais avec l’appui de son amie Violette, une issue se dessine : du marathon ou de la séduction de son professeur de sport, quel projet déraisonnable saura la tirer des griffes de l’Entraîneur ?
Combative et lucide, fragile et ironique, Thelma tâche de s’inventer un chemin parmi des adultes aussi désorientés que leurs cadets.
Ce roman initiatique électrisé par la personnalité de Thelma emporte le lecteur dans les tourments de la jeunesse, sa désinvolture, sa grâce et son furieux désir d’en découdre avec la vie.
Une comédie dramatique drôle et sensible, menée tambour battant par une nouvelle plume à découvrir.

 

Sortie 11 janvier

Dans la chaleur étouffante de l’été 1995, après un énième débordement de colère de son père, Joan North trouve refuge avec sa mère et sa jeune soeur dans la majestueuse maison qui a vu les femmes de sa famille grandir. Tapissé de lierre et de chèvrefeuille où nichent colibris, abeilles et papillons, ce verdoyant havre de paix semble raconter sa propre histoire. En poussant la gigantesque porte de bois, Joan sait qu’elle va découvrir d’innombrables fantômes. Celui de son grand-père, lynché après être devenu le premier inspecteur noir de la ville. Celui de sa grand-mère qui, guidée par une rage incandescente, transforma son salon en lieu de rassemblement du mouvement révolutionnaire noir de Memphis. Et sa propre terreur, qui la submerge en même temps que ses souvenirs lorsqu’elle passe le seuil de la véranda.

Confrontée aux tragédies des générations qui l’ont précédée dans cette demeure, Joan devine intimement, du haut de ses dix ans, que la violence n’est jamais loin…

Le portrait bouleversant de trois générations de femmes noires, qui célèbre la complexité de ce qui se transmet au sein d’une famille, d’une communauté et d’une nation tout entière.

 

Sortie 11 janvier

Paris, 1967. À l’aube de la cinquantaine, Menie, mère de famille bourgeoise, est recrutée par la radio RTL qui a décidé de renouveler ses programmes. Son rôle ? Faire parler les auditrices. En quelques semaines, c’est la déferlante. Les femmes de la France entière se confient à « la dame de coeur ». Bientôt, à l’heure de la sieste, elles seront des millions à suivre l’émission avec passion. Parmi elles, Mireille et sa soeur Suzanne, qui découvrent qu’elles aussi pourraient maîtriser leur destin. Quant à la vie de Menie, partagée entre le tourbillon d’une société libérée par Mai 68 et les tourments qu’on lui livre, elle en est totalement bouleversée.
Cinquante ans plus tard, Esther, une documentariste qui peine à se reconstruire, va replonger dans ces années pas si lointaines où le sort des Françaises semble d’un autre âge.
Avec ce nouveau roman porté par la figure de Menie Grégoire, sa grand-mère, Adèle Bréau unit les destinées de femmes qui, malgré leurs différences, se tendent la main. Amour, maternité, droits, sororité… l’auteure explore sur cinq décennies les avancées, paradoxes et régressions de la condition féminine, les mettant en résonance dans une fresque résolument romanesque.

 

Sortie 11 janvier

La terre est riche. Parfois, elle y pense – la terre est riche. La boue est riche. Elle pas. Tout le monde est plus riche qu’elle, même la boue.

Catherine est pauvre. Catherine fait sale. Catherine parle peu. Elle n’aime pas qu’on la regarde – les filles qu’on regarde ont des problèmes. Au Domaine où elle travaille, elle fait partie de ces invisibles grâce à qui la ferme tourne.
Monsieur, lui, est riche. Il ne parle pas non plus – il crache ou il tonne. Et il possède tout.
Mais quand sa petite-fille de quatre ans disparaît ce jour glacé de février 1969, Monsieur perd quelque chose d’une valeur inestimable.
Dans cette vallée de champs de betterave, où chaque homme et chaque femme est employé de près ou de loin par Monsieur, deux flics parisiens débarquent alors pour mener l’enquête avec les gendarmes.
Car une demande de rançon tombe. Mais le village entier semble englué dans le silence et les non-dits.  Personne ne veut d’ennuis avec Monsieur. À commencer par Catherine. Catherine qui se fait plus discrète et plus invisible encore. Catherine qui est la dernière à avoir vu la petite.

 

Sortie 11 janvier

Le roman  bouleversant  sur la précarité 
Un père  et son fils de 8 ans tentent de survivre. Mangeront-ils aujourd’hui ? Où dormiront-ils ? Pourront-ils se laver ?  Que faire si l’un d’eux tombe malade ? Ce roman ne se passe pas au 19e siècle, mais dans l’Amérique d’aujourd’hui,  celle des villes  meurtries  par le  chômage, la pauvreté, la violence.  Pour ce duo toujours sur le fil, chaque acte et achat du  quotidien est une odyssée cruelle, pour qui n’a presque plus d’argent – et presque plus d’espoir.  Roman court inoubliable, à la fois  ultra-réaliste  et terriblement tendre,  Abondance  a été  acclamé à sa parution pour sa réalité choc et sa  finesse psychologique. Il a  été  sélectionné pour le National Book Award 2021.

 

Sortie 12 janvier

Durant un été où le ciel du monde entier s’est couvert de rouge feu, Virginia, Ianov, Asna et Olan deviennent des naufragés du feu, face à la nature, face à ce que nous lui avons fait et à ce qu’elle nous fait en retour. Ils vont traverser la planète et se retrouver à New York, où leur destin les attend…

Aux États-Unis, Virginia, éleveuse de chevaux, rescapée du premier  » méga-feu  » à avoir rasé la ville entière de Paradise quinze ans plus tôt, est à la recherche de son père qui les a abandonnés à l’époque dans une Californie aujourd’hui ravagée ; au cœur de la Sibérie, Ianov, ancien soldat revenu d’Ingouchie parti s’isoler dans une ferme que les flammes viennent de détruire, emmène sa jument réchappée et blessée pour son dernier voyage. Au fil de ce chemin, les rejoignent des animaux jusque-là sauvages. Avec eux Ianov réinvente son humanité, mais la folie des hommes le rattrape ; au Kurdistan, Asna et Olan combattent la politique de la terre brûlée des terroristes et quand leur dernier champ de blé disparaît, face à la méfiance cruelle des villageois, ils finissent par fuir.

Et quand, à New York, des enfants s’immolent devant les tours de Wall Street, tous ces naufragés aimantés par ce drame, vont s’y rendre.

 

Sortie 12 janvier

À Rome, un homme fuit une foule enragée et se jette dans un bateau à destination de l’île d’Elbe. Il se réfugie dans une grotte et y reste retranché comme une bête pendant des mois.
Cinquante ans plus tard, sa petite-fille part sur ses traces et retrouve son lieu d’exil. Entre ses mains, le journal intime de celui qui se voulait le protecteur des vieillards. Elle cherche à comprendre. Qu’a-t-il fui ? D’où venaient ses étranges inclinations ?
Sur l’île, le cycle du soleil rythme les journées : à l’aube une vieille dame se baigne nue dans la mer étincelante, au crépuscule une autre femme parcourt son verger regorgeant de citrons, d’abeilles et d’abricots tandis qu’au loin, un groupe d’hommes entonne un Gloria.

Gloria, Gloria est un hymne sensuel et poétique qui nous convainc que la vieillesse tient davantage de l’aube que du coucher de soleil.

 

Sortie 12 janvier

Zack ne marchait pas, il mesurait sa foulée. Zack ne lisait pas, il enregistrait. Zack ne randonnait pas, il grimpait. Zack ne se passionnait pas pour la NFL, il mettait au point des modèles mathématiques capables de prédire, avec une marge d’erreur infinitésimale, la composition de la meilleure équipe de football américain virtuelle. Le fantasy football… Et quelle fantaisie ! Zack incarnait la sacro-sainte technologie en marche. Zack était orange mécanique. »À Manhattan, Éléonore vit avec Zack, créateur d’une start-up en pleine ascension – une licorne. Journaliste, elle enquête sur l’entreprise d’un brillant physicien, en passe de révolutionner nos modes de communication. Son invention, un implant cérébral qui permet de « louer » la pensée des autres, attise toutes les convoitises. Projetée au coeur du système capitaliste désincarné, Éléonore découvre la cruauté d’une société qui a oublié la saveur de l’intime et l’importance des idéaux. C’est alors que surgit l’amour, tout droit venu du passé.Course à la sur-performance, dérive de l’art contemporain, folie de l’intelligence augmentée, ce roman porte sur le monde actuel un regard acéré, plein de vivacité, d’humour et d’insolence.

 

Sortie 12 janvier

Une enquêtrice de l’Office anti-stupéfiants, l’élite de la lutte anti-drogue, qui a tout à prouver.Un policier des Stups borderline qui n’a plus rien à perdre.Un clan manouche qui lutte pour son honneur et sa survie.Avec la rigueur qu’on lui connaît, DOA immerge son lecteur dans le quotidien des acteurs du trafic de came ; son indiscutable talent de romancier nous arrime à la destinée de ses personnages, à leurs relations complexes et fragiles ; son style, d’une précision presque brutale, colle au plus près de cet univers de violence et de solitude.

 

Sortie 12 janvier

La vieille femme aux yeux d’ambre a attendu que souffle le vent.
 » Approche, que je te conte les aventures d’une reine « .
Elle est venue, ses mots ont dû l’atteindre.
[…]
Joe se contint. Le nouveau roi ne pouvait sangloter. 
Le jour de l’investiture du Président des États-Unis, alors que la voiture présidentielle remonte Pennsylvania Avenue jusqu’au Capitole, une vieille femme parvient à s’approcher de Joe Biden. C’est une clocharde, il la connaît. Elle lui montre ses mains. Il pleure. Une histoire les relie. Avant de monter à la tribune où il prononcera son discours d’investiture, il doit encore apprendre d’elle une chose qu’il ignore.
Alors seulement, il pourra entrer à la Maison blanche.

 

Sortie 12 janvier

Un grand roman d’amour et de résistance situé entre Marseille, Sanary et Aix-en-Provence à travers l’histoire des Milles, le seul grand camp d’internement et de déportation français encore intact.

Jeune caricaturiste de presse juif allemand, Leonard Stein voit sa vie basculer quand Hitler arrive au pouvoir. Réfugié sur la Côte d’Azur après avoir combattu pour la liberté en Espagne, la guerre le rattrape. À l’été 40, il est arrêté par les gendarmes français et envoyé aux Milles, camp d’internement situé à sept kilomètres d’Aix-en-Provence. Une usine de tuiles qui verra passer 10 000 étrangers, en majorité juifs, un lieu de détention effroyable mais aussi un centre de vie, de culture, de création peuplé par des intellectuels et des artistes opposés au nazisme, dont Max Ernst et Franz Hessel.

Leo n’a qu’une seule idée en tête : sortir des Milles par tous les moyens, légaux ou non. D’échecs en vaines tentatives, il finit par rencontrer une volontaire marseillaise d’un réseau de sauvetage, juive elle aussi, Margot Keller, dont il tombe amoureux. Celle-ci va consacrer toute son énergie à lui procurer un visa pour fuir l’Europe. Alors que leurs efforts conjugués paraissent porter leurs fruits et annoncer la liberté, l’été 42 arrive, meurtrier et cruel, faisant vaciller leurs espoirs. Mais les deux amants semblent croire à l’impossible…

 

Sortie 12 janvier

Quatre femmes. Quatre époques. Quatre lieux. Chacune porte une boussole cassée dans le coeur. Toutes sont traversées par un irrésistible élan de liberté. Anna, hypnotisée par le lac Baïkal, immensité gelée millénaire, prête à l’avaler à tout instant ; Eleonore, jeune Californienne des années 1960, amoureuse contrariée de Youri Gagarine ; Gaby, sa nièce, photographe aux semelles de vent ; et Celle qu’on ne voit pas, qui s’infiltre dans ces histoires en recollant les fragments d’une vie.
Exploratrice de la géographie et du style, Annie Perreault signe un roman polyphonique d’une rare intensité. Porté par une plume charnelle, Les Grands Espaces embrasse la nature, le froid et les silences, et déploie une sublime variation du courage.

 

Sortie 13 janvier

“Le monde magnifique et horrible de Mariana Enriquez, tel qu’on l’entrevoit dans Les Dangers de fumer au lit, avec ses adolescents détraqués, ses fantômes, les miséreux tristes et furieux de l’Argentine moderne, est la découverte la plus excitante que j’ai faite en littérature depuis longtemps.”
Kazuo Ishiguro, Prix Nobel de littérature

Peuplées d’adolescentes rebelles, d’étranges sorcières, de fantômes à la dérive et de femmes affamées, les douze histoires qui composent ce recueil manient avec brio les codes de l’horreur, tout en apportant au genre une voix radicalement moderne et poétique. Si elle fait preuve d’une grande tendresse envers ses personnages, souvent féminins, des êtres qui souffrent, qui ont peur, qui sont opprimés, Mariana Enriquez scrute les abîmes les plus profonds de l’âme humaine, explorant de son écriture à l’extraordinaire pouvoir évocateur les voies les plus souterraines de la sexualité, du fanatisme, des obsessions.

 

Sortie 13 janvier

Le poste-frontière du col de Roca Pelada est perché au-dessus de toutes les villes de la planète et de presque toutes les espèces vivantes, pour y accéder il est plus facile de descendre d’un nuage que de grimper la cordillère. Entre orages magnétiques et pluies de météorites, avec pour tout horizon le désert qui mène aux volcans et aux geysers, face à face, deux garnisons se surveillent. Un jour, le commandant de l’un des postes est remplacé, à la surprise générale.

Des paysages sauvages et sans limites, des dialogues et des situations aussi surréalistes qu’hilarants et une puissante réflexion sur les grands détours de l’existence aux côtés d’un lieutenant solitaire, d’un sergent impertinent, d’une escouade de caporaux venus des tropiques, malades mais très polis, de mineurs faits de pierre et d’os, d’un vieux sorcier et même d’un puma.

Un Désert des Tartares fascinant, drôle et décalé, où la géographie indomptée d’un toit du monde impose ses lois. Unique et intemporel.

 

Sortie 13 janvier

Quatre amis d’enfance. Une randonnée au cœur de ce que l’Islande a de plus sauvage. Un huis-clos d’où surgissent trahisons et secrets. Réussiront-ils tous à survivre à cette nuit ?

Ils pensaient se retrouver le temps de quelques jours paisibles. Une simple chasse à la perdrix dans les hauts plateaux de l’est de l’Islande… Mais le voyage tourne au cauchemar. Une tempête de neige violente et inattendue s’abat sur eux et les oblige à se réfugier dans un pavillon de chasse abandonné. À l’intérieur, une découverte macabre changera à jamais le cours de leur existence – et de leur amitié. C’est le début d’une longue nuit, où les quatre amis voient ressurgir ce qu’ils ont de pire en chacun d’eux.

 

Sortie 18 janvier 

 

Sortie 19 janvier

 » Comment ce monde incolore avait-il eu la cruauté, l’impertinence, la folie, de faire naître en son sein un garçon en couleurs ? « 

Qui peut dire ce qu’il s’est vraiment passé cette nuit où Paul-Marie, employé de mairie bien sous tous rapports, a recueilli chez lui Enzo, jeune adulte atteint de déficience intellectuelle ? Dans ce village reculé de Provence où les préjugés sont rois et où l’on condamne toute forme de différence, la vérité importe peu. Et Paul-Marie est contraint de se cacher dans le grenier de Claude, sa mère, pour échapper à la vindicte populaire.

 

Sortie 19 janvier

« Notre part d’ombre est intime, brutal et tendre. C’est un roman écrit avec les tripes et le coeur. Les personnages de Halperin sont pleins d’humanité, même s’ils se déçoivent les uns les autres, même s’ils sont confrontés à l’indicible. Alors qu’elles rejoignent leur mère pour l’aider à déménager, Nessa et Tanya comprennent que celle-ci est victime des violences de son compagnon. Réveillant des secrets longtemps enfouis, cette découverte rebat aussitôt les cartes des dynamiques familiales et bouleverse les rôles établis. Alors que Tanya, qui est avocate, pousse sa mère à porter plainte, Nessa est prise dans des sentiments contradictoires, voulant plaire à sa mère, ne pas vexer son beau-père, et apaiser la situation. Dans une narration habile entre le passé et le présent, ce roman est un portrait magnétique et sans faille du lien entre soeurs, une exploration tranchante de l’héritage de la violence, et de la façon dont le traumatisme se répercute sur les générations.

 

Sortie 19 janvier

Invalide. C’est le mot qu’il a choisi pour qualifier son corps qui se dérobe. Une foutue maladie grignote ses muscles, mais certainement pas son esprit incisif et son humour corrosif, qu’il a érigés en rempart contre la pitié, le mépris et l’embarras. Puis un jour, on lui propose un essai clinique prometteur. La guérison devient un horizon. Se dépouiller des souffrances, envoyer valser son fauteuil et se tenir à hauteur d’homme. Dire merde à ceux qui le condamnent d’un regard. Tout est à réinventer. Et qu’importe le prix à payer, il ne reculera plus.
Désespérément drôle, sans concession, Marche ou rêve est le roman décomplexé d’un combat contre les négations forcées du corps. Ferdinand Laignier-Colonna frappe fort et démontre par le verbe une pugnacité sidérante.

 

19 réflexions sur “SORTIES JANVIER 2023

  1. Warlop dit :

    D’abord merci pour tout et plus encore. J’espère que 2023 sera virtuelle.
    Tentée par quelques uns mais je reste sur la réserve de cette rentrée littéraire un peu particulière, de ce monde du livre que je ne comprends Plus trop. De ce manque de communication, des travers de bloggeurs, de cette course permanente, de la qualité de livres sorties. 2023 prend un nouveau tournant. Je ne citerai que Ellory absolument et les Gallmeister. Pour les autres on en reparlera 😉 mais avant d’acheter j’attendrai Certains retours de bloggeurs ou bookstagrammers …surs

  2. Yvan dit :

    Et dire que j’ai noté un certain nombre d’autre livres, en plus de cette liste déjà aussi alléchante que monstrueuse… Le nombre de sorties de janvier est fou, trop sans doute… Mais on a de belle lectures en perspective, c’est un moteur puissant 🙂

    1. Aude Bouquine dit :

      Oui, trop de sorties. Il va falloir faire des choix. Je compte sur toi 😉

      1. Yvan dit :

        on compte sur nous mutuellement 🙂

      2. Aude Bouquine dit :

        Aussi oui 🙌

    2. Violaine dit :

      Bonjour Aude
      J’attends avec impatience celui de Caroline Dorka Fenech, c’est à peu près tout…

      1. Aude Bouquine dit :

        Moi aussi depuis le jury livre de poche 😉

  3. Violaine dit :

    Peut-être celui d’Amelie Antoine aussi 😉

    1. Aude Bouquine dit :

      Tu peux y aller, c’est noir noir noir, mais très bon.

  4. Rebecca dit :

    Une belle rentrée qui s’annonce. Merci pour cette liste alléchante. La littérature nous ouvre bien des horizons ✨

    1. Aude Bouquine dit :

      C’est très très varié, je pense que chacun peut trouver son bonheur en janvier.

  5. sevelivresque dit :

    Il y a de belles sorties de prévues. Merci pour le partage

    1. Aude Bouquine dit :

      Avec grand plaisir

  6. Agnès Laballe dit :

    Merci pour ce partage, vos articles sont toujours une grande source de choix pour mes futures lectures. Je lis vos avis comme on mange un bonbon, je me délecte ! D’autant plus que vos lectures sont de genres suffisamment diversifiés pour que j’y trouve toujours mon bonheur. Et je note d’ores et déjà « Dans les murmures de la forêt ravie ».
    Au plaisir de vous lire en 2023.
    Je vous souhaite de jolies fêtes de fin d’année !

    1. Aude Bouquine dit :

      Merci beaucoup, c’est adorable. Je suis extrêmement touchée. Je vous souhaite de très belles fêtes également. Prenez soin de vous

  7. laplumedelulu dit :

    Merci Aude pour ta sélection. 😍 Y’a quelqu’un qui veut un rein en échange ?

    1. Aude Bouquine dit :

      Tu veux que j’organise une cagnotte Leetchi ? 😁

      1. laplumedelulu dit :

        Ça ne marchera pas 🤣
        J’ai noté celui d’Amélie Antoine, celui de RJ. De toute façon, tu vas m’en rajouter à chaque chronique. Et Yvan qui va en rajouter une couche. Allez y, faites vous plaisir.
        Bonnes vacances à toi Aude, ainsi qu’à ta famille. On se retrouve l’année prochaine. 😘🎄

  8. Bon ben ma liste d’envies vient d’augmenter de façon considérable ! 😁

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils