Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

« Il était une fois 11 auteurs superbes qui avaient décidé de s’engager dans l’écriture d’un recueil. Auparavant, ils s’étaient cantonnés dans des travaux bien peu passionnants. (Écrire un roman sans contrainte prédéfinie c’est tellement monotone…) Alors moi, Yvan, j’ai mis des paillettes dans leurs vies. Accompagné de ma drôle de dame éditrice de son état, je les ai sortis de leurs habitudes pour les engager et je ne le regrette pas, car se sont vraiment de drôles d’auteurs ! » Ça vous rappelle quelque chose ? Nous avons connu Charlie et ses drôles de dames, aujourd’hui venez à la rencontre d’Yvan et de ses drôles d’auteurs. Des auteurs surprenants, étonnants, insolites. 

Après « Écouter le Noir » et « Regardez le Noir, », le maître d’ouvrage légèrement tortionnaire sur les bords impose une nouvelle contrainte dans sa quête un peu obsessionnelle des 5 sens : le toucher. Autour de lui, 11 auteurs ont décidé de relever le défi en laissant s’exprimer leur imagination débridée, assez révélatrice de leurs petites obsessions/névroses/idées fixes destinées à nous faire trembler. Chacun a décidé d’imaginer sa propre définition du toucher. Pour certains ce sera palper, entrer en contact physique, pour d’autres, atteindre un but, ou encore remuer, atteindre l’âme, blesser. 

Après la lecture du recueil, le lecteur est en phase avec Éric Cherrière : «Une impression, comme de toucher des ténèbres, que je n’avais jamais ressentie et que je n’ai jamais plus éprouvée par la suite au cours de ma carrière (…)». Ghislain Giberti exacerbe nos peurs «Les monstres sont nombreux, tapis dans les ombres.», Michaël Mention enfonce le clou : «Cette puanteur, ténèbres insidieuses si présentes qu’il pourrait les palper. Les toucher. Toucher le noir, là, tout autour.» Certaines nouvelles vont vers le thriller, d’autres sont plus de l’ordre du roman noir ou de l’approche psychologique, mais toutes réveillent les monstres tapis dans les synapses de nos cerveaux ou au fond de nos âmes.

Contrairement à l’écoute ou à la vue, le toucher représentait à mon sens un exercice bien plus difficile à explorer. J’étais donc très curieuse de découvrir comment les auteurs s’en étaient sortis. Je crois pouvoir dire que la mission qui leur a été confiée est plus que réussie. Chacun dans leur style, ils ont arpenté les chemins du noir sans jamais faillir, tout en faisant preuve d’une belle originalité. Comme pour les deux précédents opus, « Toucher le noir» nous entraîne dans une formidable aventure sensorielle. 

« Noir. Noir total. Noir infini, animé de gracieuses arabesques. Abîme magnétique, palpitant de mystère, si organique qu’il pourrait presque le toucher, la toucher, lui caresser la joue et l’enlacer comme au premier jour, ce qu’il fait tendrement. » (Michaël Mention)

Franck Thilliez et Laurent Scalese s’associent autour du palindrome « 8118 » pour nous offrir deux nouvelles traitées de manière inédite. Leur jubilation est perceptible et contagieuse ! 

Valentin Musso expérimente un dîner inédit et un « Retour de soirée » au dénouement jouissif.

Solène Bakowski nous présente « L’ange de la vallée » et creuse l’avidité humaine au rythme de sombres croyances.

Benoît Philippon nous imprime le M « Signé » de sa nouvelle sur la peau par l’intermédiaire d’une tatoueuse assez facétieuse.

Eric Cherrière donne tout son sens au mot vengeance dans « Mer carnage » une nouvelle à la thématique très actuelle.

Michaël Mention réveille notre claustrophobie en nous enfermant dans un ascenseur portant la mention « No smoking»

Danielle Thiéry nous entraîne au concours Chopin à Paris, salle Pleyel, compétition musicale où « Les doigts d’honneur » ne frappent pas seulement sur les claviers.

« L’ombre et la proie» de Ghislain Gilberti fait remonter des réminiscences d’un certain petit Chaperon rouge… 

Jacques Saussey arpente les couloirs d’une prison et brosse le portrait d’« Une main en or », un artiste au talent vertigineux.

Maud Mayeras nous escorte dans un mode de sorcellerie où « Zeru Zeru » fait loi et où avoir la peau blanche est une malédiction.

Ce que je trouve fascinant c’est qu’au jeu du blind test, chaque auteur reste fidèle à sa manière d’écrire, à son style et à sa marque de fabrique, sans verser dans la facilité : la plongée immersive dans les cinq sens de Michaël Mention, la noirceur de Ghislain Gilberti, l’écriture tripale de Maud Mayeras, l’obscurité et la lumière de Solène Bakowski, la thématique de la famille et du couple de Valentin Musso, l’humour (noir) de Benoît Philippon, les problématiques sociétales d’Éric Cherrière, les atmosphères travaillées de Jacques Saussey, le don du polar de Danielle Thiery, les jeux de stratégie et d’esprit du duo Thilliez/Scalese. 

Vous aurez compris quel plaisir j’ai eu à les retrouver chacun dans leur univers, le bonheur d’effleurer le sens de leurs textes, la délectation de palper leurs versions singulières du toucher.

« Toucher.Toucher le noir. Braver l’inconnu, traverser la nuit et accéder enfin à la lumière, la vérité ultime qui donnera tout son sens à l’existence. » (Michaël Mention)

ECOUTER LE NOIR, sous la direction de Yvan Fauth – Belfond, sortie le 16 mai 2019.

REGARDER LE NOIR, sous la direction d’Yvan Fauth – Belfond, sortie le 11 juin 2020.

3 réflexions sur “TOUCHER LE NOIR, sous la direction d’Yvan Fauth – Belfond, sortie le 3 juin 2021.

  1. Yvan dit :

    Tu sais combien ton avis est important ! Merci pour ton enthousiasme, merci pour les auteurs qui le méritent !
    Et j’ai bien rien avec ton intro 😁.
    Mille mercis !

  2. laplumedelulu dit :

    Mazette Aude. Quelle chronique 👏 J’aime bien l’idée qu’Yvan mette des paillettes dans nos vies. Merci à toi 🙏😘

  3. J’adore l’introduction ! Et je partage l’enthousiasme autour du recueil !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils