Aude Bouquine

BLOG LITTÉRAIRE

En 2018, le réalisateur – scénariste – acteur – écrivain René Manzor avait osé écrire un thriller biblique qui prenait place en Palestine au 1er siècle. Cela n’a pas été sa seule folie : il a imaginé que Jésus avait un fils, David de Nazareth, témoin de l’agonie de son père sur la croix. De quoi titiller quelques esprits en revisitant les Saintes Écritures et proposer une plongée dans une autre réalité qui commencerait par « et si »… En 2020, le voilà qui ajoute une nouvelle corde à son arc : un coaching d’écriture. Cela ne l’empêche pas de sortir un nouveau roman en 2021 « À vif ». L’homme, protéiforme, a de l’énergie à revendre et des idées à la pelle. « À vif » décrit aussi bien l’état du corps humain après avoir subi l’épreuve du feu, que l’état psychologique de son enquêteur principal Novak Marrec. Obsédé par une précédente enquête sur une série de meurtres par immolation dont l’instigateur n’a jamais été arrêté, Novak se retrouve dans un hôpital psychiatrique. «Intelligent, cultivé et peu loquace, Novak était atteint de trouble obsessionnel délirant, une affection se caractérisant par la présence dans son esprit de fausses certitudes fermement ancrées. Dépassés par leurs hallucinations, les obsessionnels délirants sont comparables à des cocottes-minute prêtes à exploser : crise de panique, d’agressivité, suspicion envers les autres, paranoïa, trous de mémoire, perturbation de l’identité…»  Lorsqu’une nouvelle victime brûlée vive sur un bûcher en pleine forêt de Gévaugnac est retrouvée, l’enquêteur est persuadé que l’Immoleur a repris du service. Il devra faire équipe avec Julie Fraysse nouvellement nommée à sa place pour l’aider à appréhender le passé de cette affaire, mais aussi l’aider à la résoudre. 

Imaginez un village dans lequel vous avez grandi, dans lequel vous connaissez tout le monde et qui symbolise vos souvenirs d’enfance… Julie revient sur ses terres, un village qu’on dit maudit à cause de toutes les horreurs qui s’y sont déroulées et ces crimes atroces recommencent. Le duo Novak-Julie est certes atypique, mais les répliques qu’ils se donnent sont dignes de certains films policiers cultes. J’ai beaucoup pensé à ces portraits de flics emblématiques, à leurs yeux bleu turquoise qui « auraient pu faire fondre la banquise », leurs répliques de vieux bougon mal dégrossi et leurs méthodes pilotées par un tempérament de feu, à la limite de la légalité. Ce duo qui allie joutes verbales à l’ancienne et modernité de l’intrigue font le sel du roman et je dois bien avouer qu’on sourit beaucoup face à cette répartie truculente de Novak. Et pourtant, malgré son caractère impossible, il a une sensibilité à fleur de peau qui le rend très émouvant et une conscience aiguë des enjeux de son métier.

«Quand un flic ne parvient pas à arrêter un serial killer, confessa-t-il, c’est comme s’il devenait responsable des futurs meurtres commis.»

« À vif » met la lumière sur une enquête certes, mais également sur les émotions. D’abord celle des deux enquêteurs, celles de Novak exacerbées par son état psychiatrique, mais aussi celles des parents qui perdent un enfant. La description de cette douleur parentale est d’une extrême justesse et résonne jusqu’au fond de nos tripes. Dans ces instants précis, le lecteur oublie presque qu’il lit un thriller tant la psychologie est fine, précise, adéquate et pertinente. «La mort d’un enfant agit sur le couple comme un cancer. Elle détruit le ménage de l’intérieur. On commence par vivre le choc ensemble, mais l’absence, on la vit chacun pour soi. Tout, chez le conjoint, nous rappelle le bonheur avec notre enfant. Et on lui en veut pour ça.»

Pour terminer, je veux vous parler de la qualité de l’intrigue, essence même du thriller. Non seulement René Manzor a l’œil acéré du réalisateur, mais il a aussi une plume ciselée et l’esprit retors des grands écrivains du genre. J’ai aimé sa façon de jouer avec l’espace-temps, de si bien mélanger réalité et fiction qu’en refermant le livre, le lecteur ne sait plus très bien différencier ce qui s’est réellement passé et ce qui a été imaginé. Certaines fois, j’ai eu cette étrange sensation de me retrouver dans un épisode de « Xfiles » et son sempiternel slogan « La vérité est ailleurs ». J’ai aimé la façon dont l’auteur a ancré son récit dans une réalité bien précise, un village à la mauvaise réputation qui a cédé, en plus, à la montée des extrémismes en élisant un maire d’extrême droite. Quant à savoir pourquoi le tueur a utilisé le feu comme arme du crime, et quel est son mobile, vous devrez le découvrir par vous-même. Tout se mêle savamment : religion, politique, émotions, réalité, imagination, roman et œuvre cinématographique. Mais….«Nous vivons tous dans l’illusion d’un équilibre qui nous rassure, car reconnaître le contraire rendrait la vie impossible.»

Je remercie les éditions Calmann-Lévy de leur confiance.

Chronique de APOCRYPHE, René Manzor – Calmann-Lévy noir

3 réflexions sur “À VIF, René Manzor – Calmann-Lévy, sortie le 17 mars 2021.

  1. Son précédent était déjà formidable. Tu m’as convaincu de l’acheter. Merci Aude 😊

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils