Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Un gamin au regard saphir-bleu nuit hante ces pages… Pour quelques balboas, monnaie panaméenne, vous aurez la possibilité de vous plonger dans ses yeux, et de connaître, vous aussi, cet intense moment de délectation que j’ai éprouvé à la lecture de ce roman, quand, une fois refermé, il vous laisse orphelin d’émotions rares, pures, comme une soif impossible à étancher. Juin 1946, dans le bidonville de Lágrima, Felicia, celle qui « n’a jamais connu autre chose que la pauvreté de la décharge et du bidonville de Lágrima. Là sont ses origines » voit arriver ce garçon étrange aux yeux fabuleux et aux mains phénoménales. Si sa force est colossale, si ses yeux parlent pour lui, celui qu’on va vite surnommer « La Langosta » reste muet : jamais personne n’entendra le son de sa voix. Nul besoin de parler pour agir et tenter d’établir une certaine justice face à des actions scélérates, sadiques ou barbares. Les disparités sont immenses entre un peuple extrêmement pauvre habitant la basse ville, et un autre, très riche demeurant sur les hauteurs. L’essentiel est d’entendre les grondements de révolte, et les appels à plus de justice. Lire la suite

Chose promise, chose due ! Je continue sur la même logique que dans mon article précédent : tous les livres figurant ici ont été lus et adorés et sont dans ma bibliothèque. Je vous en donne la version poche, petit prix, pour que vous n’ayez aucune excuse pour ne pas offrir de livres à Noël. Nos auteurs du noir ont du talent et sous couvert d’histoires noires ou de meurtres en série, ils abordent très souvent des problématiques plus profondes, reflets de notre époque. J’aurais pu vous parler aussi de tous les livres qui sont dans ma Pal, achetés pour la plupart, mais cela aurait été vous flouer un peu… Comme je vous l’ai dit, et comme l’année dernière, décembre est le mois où je rattrape mon retard, chroniques à la clé ou pas. Passez de bonnes fêtes et n’oubliez pas de ?? LIRE ! Lire la suite

Comme chaque année, vous vous demandez sans doute quoi offrir à Noël. Vous connaissez mon mantra : offrez des livres ! Oui, même les plus récalcitrants peuvent parfois tomber dans la marmite ! Voici donc une petite sélection de romans presque tous parus en poche, estampillés littérature blanche (ah cette manie de devoir mettre les romans dans des cases), tous lus et tous adorés. Afin que vous n’ayez pas à chercher, je vous ai rajouté les 4e de couverture. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous aide pas 😉. Parfois, il suffit de trouver le bon bouquin pour remettre quelqu’un à la lecture, ou simplement lui faire plaisir. S’évader dans un livre, je n’ai pas encore trouvé mieux. Suivront ma sélection polars/thrillers/romans noirs, et si j’ai assez de cartouches, celle pour des livres jeunesse. C’est parti ! Lire la suite

Avant-dernier mois de l’année que je clos avec ma cent douzième lecture. Le mois de décembre sera exclusivement consacré aux livres achetés ou reçus que je n’ai pas eu le temps de lire et je vais donc laisser pousser mes envies et voir où elles me portent. Dix livres lus ce mois-ci, 9 dont je vous parle ici, 1 dont je vous parlerai en janvier. Le mois de novembre a été un excellent mois de lecture. Des livres que j’avais vraiment envie de découvrir, comme le dernier Chattam, de nouvelles plumes pour moi comme Paul Cleave ou Olivier Descosse, un premier roman pour Tess Sharpe, un roman qui divise pour le dernier Karine Giebel, un thriller sacrément bien ficelé pour le dernier Valentin Musso. Je vous remets également le lien vers les sorties 2020 en fin d’article, histoire de vous mettre l’eau à la bouche. Je vous souhaite à tous un mois de décembre cocooning, plaid et vin chaud, une pile à lire qui déborde et de beaux moments en famille et entre amis. Lire la suite

L’étonnante Tess Sharpe, auteur de « Mon territoire » publié cette année aux éditions Sonatine, a également écrit un autre roman paru en 2014 aux éditions Robert Laffont collection jeunes adultes. Tess Sharpe est née en Californie dans une cabane au fond des bois et cette naissance singulière prend un sens particulier à la lecture de ses romans où la nature est décrite de façon magistrale, comme un personnage à part entière. « Si loin de toi », estampillé roman pour jeunes adultes est pourtant un formidable roman à mettre entre toutes les mains, celles de vos adolescents en quête d’eux-mêmes, mais aussi celles d’adultes tant le sujet est prenant, nécessaire, et indispensable pour comprendre cette période de la vie où l’on est en construction de soi. Lire la suite

Ils sont rares ces auteurs qui parviennent à vous accrocher dès les premières pages, qui vous serrent les tripes, vous emprisonnent le cœur et ne vous lâchent plus, qui vous laissent exsangue, le souffle court et la tête à l’envers. L’année dernière, Karine Giebel défrayait la chronique avec « Toutes blessent la dernière tue » où elle traitait de l’esclavage moderne. Cette année, elle livre un roman plus intimiste où elle aborde la passion selon Giebel. Pas la petite amourette ou le coup au cœur qui illumine vos journées, non, la vague, violente, celle qui submerge tout, la raison, la loi, les convenances, sa propre santé mentale, mais aussi celle de l’autre. Cette passion-là, idéalisée, plus proche de l’obsession, tout le monde rêverait de la connaître une fois dans sa vie, sur le papier du moins… En refermant le livre, c’est moins sûr. Lire la suite

Marc Caron est un écrivain de thrillers que le succès a frappé assez inopinément. Son nouveau roman « Les affamés » défraie la chronique et tous les médias s’arrachent l’auteur à succès. S’il est « le boss du thriller à la française », sa vie privée ressemble à la chronique d’une mort annoncée. Sa femme Lucile ne peut plus le voir en peinture et son fils Arthur souffre de son manque de présence. Il faut dire qu’avec toutes les horreurs qu’il écrit, et le succès foudroyant soudain, Marc est devenu irascible, en proie à de nombreuses crises de colère provoquées par d’horribles cauchemars, d’étranges épisodes de somnambulisme dont il ne se souvient pas, qui hantent ses nuits et le rendent sujet à des crises d’angoisse. Un soir, Lucile lui annonce qu’elle le quitte et emmène leur fils avec elle. Le lendemain, le gamin a disparu. Marc est rapidement soupçonné d’enlèvement et va bientôt pouvoir toucher du doigt les horreurs qu’il narre dans ses romans. Et la fiction devient réalité…. Lire la suite

L’année 2019 se termine doucement… J’avais envie de partager avec vous les sorties déjà prévues pour 2020 et vous mettre un peu l’eau à la bouche (oui, je sais, je suis une vilaine tentatrice) histoire que vous sachiez ce qui vous attend. Cette liste n’est pas exhaustive : elle concerne les sorties déjà annoncées, mais je suis sûre que les éditeurs nous réservent encore quelques surprises de dernière minute. Certains secrets sont parfois bien gardés. Cet article sera un peu différent de ceux précédemment créés pour les sorties mensuelles. En effet, il y a peu de couvertures disponibles et pas beaucoup de 4e de couverture. Cela ne doit pas nous empêcher de commencer nos petites listes ni nous réjouir. C’est parti ! Lire la suite

Noah Harper travaille dans les services de police d’une petite ville imaginaire des États-Unis, Acacia Pines. « Dans cette partie du pays, la fin du monde pourrait avoir lieu, et à moins que quelqu’un annonce la nouvelle à Acacia Pines, aucun de nous ne le saurait. » Pour retrouver une petite file disparue, Alyssa, il ne néglige aucune piste…encore moins ses méthodes en matière d’interrogatoire. Si Alyssa est retrouvée, Noah est obligé de quitter la ville. Il y est devenu persona non grata et ses méthodes, disons musclées n’ont pas plu à tout le monde. Sauf que… quelques années plus tard, Alyssa disparaît à nouveau. Fort d’une promesse de protection faite à la petite qu’elle était alors, Noah revient dans cette ville qui l’a vu naître et le moins que l’on puisse dire c’est que certains de ses détracteurs l’attendent au tournant. Lire la suite

Galaad, 15 ans après « La Servante écarlate », écrit en 1985 par Margaret Atwood. Depuis le succès de la série, de nombreux fans ont demandé à l’auteur d’écrire la suite de ce roman devenu phare et incontournable, symbole d’une certaine régression des droits des femmes dans de nombreux pays. C’est chose faite avec « Les Testaments », pourtant bien différent de la suite que nous pouvions attendre. Lorsque les portes du fourgon se referment sur un personnage clé, c’est avec avidité que le lecteur-spectateur brûle d’en savoir plus sur sa destinée. Et pourtant, Margaret Atwood en a décidé autrement. Elle aborde cette suite, si l’on peut qualifier « Les Testaments » de suite, sous un angle très différent en osant un bond dans le temps de plusieurs années. Le régime de Galaad a survécu, mais comme beaucoup de régimes théocratiques (où le titulaire de la souveraineté est supposé être d’origine divine), il s’essouffle et est en passe de mourir lentement. De l’extérieur d’abord, par la lutte incessante d’autres pays à combattre ce régime, comme c’est le cas pour le Canada, mais surtout de l’intérieur, comme une création qui échapperait à ses créateurs. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :