Aude Bouquine

Encore, toujours, tout le temps et partout …

Faut-il persister à coller les écrivains dans des cases ? Littérature blanche, littérature noire, littérature populaire, littérature dite noble ? Peut-on envisager que la plume d’un auteur évolue, se densifie, devienne plus pertinente, plus affûtée, plus profonde ? Doit-on forcément associer un nom à un style ou à une réputation et par ricochet systématiquement le suivre ou au contraire le fuir ? Dans une interview donnée sur RTL, Guillaume Musso affirme qu’il ne règle pas ses comptes avec ses détracteurs. En achevant son roman, je pense tout le contraire et j’ai envie de crier « Tu en as mis du temps Guillaume !!! Il était grand temps de claquer quelques beignets. » Lire la suite

Lors d’une intervention de police, Noémie prend une balle de fusil en pleine tête qui lui détruit tout le côté droit du visage. Marquée à jamais, par sa cicatrice, et par le regard des autres, elle est progressivement lâchée par l’homme qui partage sa vie, mais aussi par sa hiérarchie qui décide de l’éloigner de son service en l’envoyant au fin fond de l’Aveyron. Loin de Paris et de ses tumultes, affiliée à une mission de placard, elle doit réapprendre à vivre et tenter de s’approprier une nouvelle équipe. Contre toute attente, son arrivée va faire ressurgir le passé de cette petite ville qui relâche un corps âgé de plus de 20 ans…. Lire la suite

Le mois de mars a été un fabuleux mois de lecture !! Comme vous le savez sans doute, la nouvelle mode est à l’abolition des mots en -if : plus de jouissif, ni d’addictif, ni d’orgasmique. Pas non plus d’adjectifs en -ant, tripant, badant, divertissant, distrayant. On enlève également les coups de poing dans la tronche, dans le ventre, et autres parties génitales…. Reste à trouver un truc intelligent à dire à chaque lecture quand les auteurs le font si bien et qu’on n’aurait qu’à écrire : « lisez le bouquin », point. Comme l’a très bien dit Séverine Lenté du groupe « Il est bien ce livre », nous voulons maintenant du DOA : densité, originalité et atmosphère. Ça tombe bien parce que dans la plupart de mes lectures de mars, j’ai trouvé tout ça ! Lire la suite

Moïra Chevalier travaille dans le domaine des nouvelles technologies. À ce titre, elle est débauchée par la société Ming Incorporated pour développer DEUS, logiciel d’intelligence artificielle dans le but de lui donner plus d’affect. Elle s’expatrie à Hong Kong et pénètre dans les coulisses de ce pionnier géant du numérique. Très vite, des décès d’employés du centre viennent ternir l’engouement des débuts… Une atmosphère de doute et de suspicion flotte alors sur cette ville gouvernée par des algorithmes. Lire la suite

Attendez-vous à un déferlement de chroniques sur le dernier livre de Cédric Sire. Son arrivée chez Métropolis, toute nouvelle maison d’édition annonce une programmation à faire pâlir certaines autres en recherche active de nouvelles têtes d’affiche. Pour un premier coup, c’est un coup de maître : ce roman est impossible à lâcher une fois ouvert. C’est vierge de toute attente que j’ai donc attaqué ce thriller, n’ayant jamais lu aucun livre de l’auteur avant celui-ci. Je ne vais donc pas vous parler de l’évolution de son écriture ni des raisons du changement de son patronyme, puisque je ne le connais pas. Lire la suite

Ce pourrait être un conte philosophique humaniste, un tract pamphlétaire, un programme politique, une dissertation sur la légitimité de l’être humain, une fable pour enfants appelant à l’égalité, une diatribe sur le bien et le mal, une satire sur la propension à juger, un brûlot sur l’hypocrisie, un réquisitoire pour ou contre la violence. Lire la suite

 

Nos auteurs de noir semblent de plus en plus inspirés par le monde qui les entoure : celui-ci devient matière à réflexions, et soulève des problématiques avec lesquelles nous devons vivre tous les jours. Ils ne se contentent plus de seulement raconter l’histoire d’une enquête, mais ils construisent une enquête autour de faits de société. Laurent Scalèse est de ceux-là, imprégné par nos institutions et notre collectivité, déterminé à en dénoncer les travers, mais aussi à pointer du doigt les axes d’amélioration. En 320 pages, il décortique les affres, parfois avec gravité, parfois avec humour. Avec une certaine tendresse aussi. Il a ce don d’observation de ses congénères et possède ce don d’évoquer toute forme de sujets, à sa sauce, pour que chacun puisse y trouver son compte. Lire la suite

« Un jour comme les autres » est l’histoire d’une disparition. De ces disparitions semblables à une virée dans un bureau de tabac pour acheter des cigarettes en oubliant de revenir…. Une journée presque ordinaire, identique à toutes les autres qui se termine par l’absence. Eric Deguide est professeur de droit, mais c’est aussi un homme engagé. Fervent défenseur des droits de l’Homme, contre l’extrémisme de toute sorte, soucieux du respect de la Loi, il publie également des articles électro-choc dans le journal belge    « Le soir ». De quoi se faire quelques ennemis…  de quoi expliquer peut-être sa disparition. Emily, sa compagne l’attend. Passionnée par la numérologie et les nombres, elle parvient à se persuader que son mari rentrera dans 423 jours, car, comme Jean-Paul Kauffmann qui a été fait prisonnier à Beyrouth durant 1037 jours, Éric a déjà effectué 614 jours en pseudo-captivité. Lire la suite

Mathilde est terrassée. Étienne, son « presque » mari, celui avec lequel elle projetait de faire des enfants, la quitte… Pour une femme qui l’avait elle-même quitté. Incapable de ne pas se remémorer ce temps passé avec elle, transcendé par leurs souvenirs communs, il cède à la tentation des retrouvailles. Mathilde terrassée voit tout son univers s’écrouler. Sa vie de couple, mais aussi son travail d’enseignante de lettres qu’elle perd brutalement. Incapable de poursuivre sa vie seule, elle est recueillie pas sa sœur Agathe, son mari Frédéric et leur fille Lili. Lire la suite

Après un mois de mars très dense en termes de sorties littéraires, vous pensiez sans doute pouvoir retrouver un semblant de vie sociale au mois d’avril…. Encore raté ! Certains romans très attendus vont encore nous isoler du monde, mais nous permettre de plonger avec délice dans un autre temps : celui de la lecture ! Voici ma sélection toute personnelle : 14 livres qui suscitent mon intérêt et devraient me permettre d’en rajouter quelques-uns si besoin. C’est parti !

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :