Site icon Aude Bouquine

MON TOP 2021, LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Voici mon bilan lecture pour cette année 2021. Sur 137 livres lus cette année, j’ai choisi ceux qui rien qu’à l’évocation du titre font remonter les émotions. L’émotion ressentie est ce qui, pour moi, fait vivre le roman, permet de ne plus le lâcher, et de s’en souvenir longtemps. Lorsque vous visitez des lieux dans vos voyages, vous souvenez-vous longtemps de ce que vous avez ressenti, de votre sérénité, de votre joie d’être là ? Dans un roman, c’est exactement la même chose. Viennent ensuite l’histoire, le style, et tout un tas de petits détails qui font que vous gardez précieusement au fond de vous tous ces moyens d’évasion que des auteurs vous ont offerts. 

Cette année aura aussi été (encore !) une année d’échanges virtuels avec des personnes chères à mon cœur qui sont devenues essentielles. Parfois sans se connaître physiquement, nous prenons des nouvelles les uns des autres, discutons bouquins, nous donnons des conseils respectifs. Ainsi, je veux remercier Yvan, Nadia, Anne-Sophie et Christine : vous êtes devenues mes essentiels. Je n’oublie pas le duo de choc, nos conversations quasi quotidiennes, nos rires et nos moments de cœurs vidés : Caroline et Caroline. Notre trio les Caraude, essentiel aussi…

Mon blog a bien progressé, 20 % de vues et un peu plus de 10 % de visiteurs supplémentaires par rapport à l’année dernière. Merci aux fidèles et bienvenus aux nouveaux pour vos commentaires et vos partages (Camille, tu es formidable !)

Ce bilan ne concerne que les romans parus en 2021, mais je voudrais parler ici de l’immense coup de cœur ressenti pour « Poussière d’homme » de David Lelait-Helo, d’une beauté à couper le souffle. Après cette rétrospective des romans de littérature contemporaine, vous aurez dans les prochains jours mon bilan des romans parus en littérature de genre. 

Voilà les amis, rendez-vous en 2022 pour de nouvelles lectures. 

Ian Manook est la voix qui raconte l’histoire de ses grands-parents arméniens confrontés à un génocide, puis à une diaspora.
Si la barbarie et le sadisme font loi, meurtrissent les corps maltraités et les âmes épuisées, au cœur de cette cruauté des hommes, « L’oiseau bleu d’Erzeroum » persiste à voltiger, apportant avec lui l’espoir.
Une merveille littéraire essentielle ❤️

« Étienne était le leader, Nina le cœur et Adrien suivait sans jamais broncher. » Venez à la rencontre des « Trois » dont Valérie Perrin vous raconte l’histoire sur 30 ans. Construit comme un polar, sur deux temporalités, « Trois » symbolise la quintessence de l’amitié, tout en ouvrant les vannes de vos propres souvenirs d’adolescence. Un roman à ouvrir comme une boîte à trésors… Venez, « On se prend la main »…Énormissime coup de cœur !

TROIS, Valérie Perrin – Albin Michel, sortie le 31 mars 2021.

« Lorsque le dernier arbre » est aussi un immense coup de cœur.
Saga familiale et récit d’identité, Michael Christie ose le parallèle entre l’homme et l’arbre en partant de leurs racines, pour construire l’arbre généalogique et métaphorique de la famille Greenwood.Un roman magistral dont les ramifications tentaculaires dépassent les origines familiales pour photographier le monde à différentes époques.
Bouleversant, fascinant et intelligent.

Passionnant, envoûtant, intelligent « La traversée des temps », premier tome des « Paradis perdus » explore le rapport de l’homme à la nature sur… 8000 ans. À travers Noam, son personnage principal, Éric-Emmanuel Schmitt raconte la vie quotidienne au Néolithique, dans un petit village lacustre, tout en gardant un fil rouge vers notre époque. Car Noam, témoin de l’évolution de notre humanité ne peut pas mourir : il traverse les époques, met en lumière parallèles et constats, questionne le monde et sa progression. Ce roman me faisait peur sans que je sache vraiment pourquoi… Quelle erreur ! Commencé en audio, lu par l’auteur lui-même, j’ai été conquise immédiatement. C’est un véritable bijou, une perfection romanesque certes, mais aussi un moment de lecture riche en émotions et en réflexion.

LA TRAVERSÉE DES TEMPS – PARADIS PERDUS TOME 1, Éric-Emmanuel Schmitt – Albin Michel, sortie le 3 février 2021.

Au cœur de l’Argentine, Juan et son fils Gaspar sont en fuite.
« Notre part de nuit » est celle de Juan dont le corps est fatigué et l’âme torturée, celle de Gaspar qui ne comprend pas toujours les mots ou les attitudes de son père, mais sent qu’il est « différent. »
Roman choral de 760 pages, « Notre part de nuit » est d’une prodigieuse densité. Les personnages qui le peuplent sont lumineux, mais tourmentés, les endroits obscurs où l’on déambule sombres et inquiétants, dépassant largement ce qui peut se concevoir.
Telle la cicatrice d’une main gauche sur le bras gauche, l’Obscurité laisse son empreinte sur quiconque s’en approche trop près.
« Je me rappelle que tu m’as dit un jour que l’Obscurité n’entend pas, ne parle pas, c’est un Dieu sauvage ou trop lointain. »
Mariana Enriquez signe ici une œuvre magistrale, dépassant toutes mes espérances.
Un véritable chef-d’œuvre de cette rentrée littéraire, à ne rater sous aucun prétexte.

« Elles ont beaucoup en commun, l’astronomie et l’enfance. Toutes les deux sont des odyssées à travers des immensités. Toutes deux en quête de faits hors de portée. Toutes deux théorisent sauvagement et laissent les possibles se multiplier sans limites. Toutes deux sont rappelées à la modestie d’un mois à l’autre. Toutes deux fonctionnent sur l’ignorance. Toutes deux butent sur l’énigme du temps. Toutes deux repartent sans cesse de zéro. »
Voilà qui résume parfaitement le voyage que vous propose Richard Powers dans « Sidérations ».
Soyez prêts à affronter un redoutable raz de marée émotionnel…

« La vie rêvée des hommes » est l’histoire d’une rencontre : celle de Stanley et Paul, en 1944. Il aura suffi de quelques jours, et de quelques nuits pour que ces deux hommes s’aiment durant des décennies. À travers eux, François Roux explore des années de lutte pour la défense des droits homosexuels.Un roman bouleversant, tendre et cruel, profondément bienveillant, humaniste et empathique.L’amour n’a ni sexe, ni frontière, ni code, ni loi.

LA VIE RÊVÉE DES HOMMES, François Roux – Albin Michel, sortie le 2 Juin 2021.

« Ces orages-là » sont les plus imprévisibles. Ils viennent du cœur de nos entrailles, grondent lentement, s’abattent au hasard emportant tout sur leur passage.
« Ces orages-là » décortiquent les émotions, le passé, l’instant présent, le futur.
« Ces orages-là » sont gonflés de hasards qui se télescopent, de planètes qui s’alignent, d’opportunités qui se créent.
Portés par la plume singulière, précise et acérée de Sandrine Collette, « Ces orages-là » ont illuminé la rentrée littéraire de janvier.

Il n’y a pas de hasard… À Paris, la « Rue du rendez-vous » porte bien son nom…

Marcel 87 ans et Alice 25 ans se rencontrent grâce/à cause d’une pluie battante. Il s’en passe des choses les soirs de pluie…
Les souvenirs s’entrouvrent, la parole se libère, les confidences deviennent reines.
Sourires, tendresse et larmes pour le magnifique nouveau roman de Solène Bakowski.
Une rencontre improbable, accidentelle, mais essentielle. Ne ratez pas ce rendez-vous !

Le premier livre de Claire Lombardo « Tout le bonheur du monde » décrypte les liens fraternels autour d’un couple incroyablement uni.
À la fois roman-fleuve et saga familiale, le récit couvre 40 ans de la vie des Sorenson, entre rires et larmes, bonheurs et drames.
Une pure merveille à déguster !

L’odyssée humaine continue dans ce tome 2 « La porte du ciel » où Noam se retrouve au cœur de 3e millénaire avec J.C en Mésopotamie.
Après avoir affronté le Déluge, le voici plongé dans la cité de Babel.
Mêlant histoire biblique, mais aussi connaissances scientifiques, historiques, géographiques et réflexions philosophiques, Éric-Emmanuel Schmitt ouvre les portes du passé sans jamais cesser de faire le lien avec notre présent. Une suite passionnante que je ne peux que vous encourager à lire en gardant ceci à l’esprit (toujours d’actualité) :
« Il ne faut pas posséder plus, mais exister mieux. »

Témoigner, transmettre, trouver sa place, comprendre le passé pour mieux déchiffrer le présent.
« La carte postale » narre l’histoire de quatre générations d’hommes et de femmes issus d’une même famille : les Rabinovitch.
Anne Berest remonte le temps et l’histoire familiale en traversant époques, lieux et tranches de vie.
Un roman de transmission, fascinant et émouvant sur le lien intergénérationnel, et sur la persécution des juifs.
À lire absolument !

Magnifique découverte.
« – parce qu’il y a ceux qui méritent de crever et ceux qui le méritent, oui, mais un peu moins. La nuance est fine et fragile entre les très coupables, les coupables, les uns peu moins coupables et les pas trop coupables : la Justice, dans son immanence, saura faire le tri. »
« Ce qu’il nous faut de remords et d’espérance » remet la peine de mort au cœur des débats.
La force de frappe de Céline Lapertot réside dans le choix minutieux des mots qu’elle emploie, dans la rythmique de son phrasé, dans les anaphores qui martèlent son propos.
Ce récit est brillant, magistral et exceptionnel.

« Le bonheur l’emportera » raconte l’histoire d’une famille pendant une année entière. Mois par mois, trois voix pour trois voies : Joachim, Sophie et Maël.
Bonheurs et tragédies se télescopent sous une plume qui s’enflamme telle un brasier pour laisser toute la place aux émotions. 
La thématique ne doit être révélée SOUS AUCUN PRÉTEXTE pour ne pas gâcher le plaisir de lecture. Amélie reste ma chouchou!

LE BONHEUR L’EMPORTERA, Amélie Antoine – XO Éditions, sortie le 20 mai 2021.

« Rien n’avait été traditionnel avec elle. Rien n’avait été banal », ainsi s’exprime Lucas pour évoquer Raymonde, sa grand-mère dans les étoiles. « Grandir un peu » ouvre les vannes des souvenirs d’enfance, d’une intimité, d’un lien entre deux êtres qui se sont longtemps tenu la main.Julien Rampin signe ici un bijou de tendresse et d’émotions qui réveille nos âmes d’enfants.

GRANDIR UN PEU, Julien Rampin – Charleston, sortie le 9 mars 2021.

Un voyage vers l’Antarctique pour suivre des Sternes arctiques, dernière espèce encore vivante sur notre planète, ça vous tente ?
Charlotte McConaghy nous embarque dans un voyage inoubliable au cœur d’une terre blessée et d’une âme en recherche de paix intérieure.« Migrations » raconte le voyage de ces oiseaux exceptionnels, mais aussi celui d’un exode intime, d’une fuite introspective : celle de Franny.
Un roman de toute beauté même si « L’être humain est la pire des plaies pour ce monde. »

« Les Bordes » est le récit intime et intimiste d’une mère.
Tout en introspection, ce roman dévoile les émotions, les ambivalences, et les peurs liées à la maternité.
Aurélie Jeannin signe ici un roman puissant et profond qui ne peut que parler à nos cœurs de mères….

Sombre et sublime.
Deux adjectifs pour définir ce remarquable premier roman qu’est « Entre toutes les mères » de Ashley Audrain.
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la maternité sans oser le demander, avec en trame de fond, une petite fille mi-ange, mi-démon.
De l’émotion à l’état brut pour ce roman noir qui aborde avec sincérité la femme qui devient mère, les relations mère-fille, les questionnements, les sentiments et les pressentiments.
Du grand art que je recommande vivement.
De l’audace dans la thématique, du sublime dans la construction, de l’émotion pure dans l’écriture.
« Nos corps étrangers » de Carine Joaquim est une lecture qui fait cogiter, une expérience de relecture inédite, mais surtout une valse aux émotions.
Un fond profond, une plume bouleversante…

Manon morcelée, Manon fragmentée, Manon racontée par ses proches. 
À travers ces multitudes de voix qui relatent les évènements de son existence, c’est bien Manon qui parle, qui retranscrit pensées, mots, actes de ceux qui l’ont fréquentée durant les quelques mois de son adolescence. C’est encore la Manon du « futur » qui converse avec celle du passé pour mieux décrypter celle qu’elle est devenue et comment elle l’est devenue. 
Manon Fargetton, auteur de « Tout ce que dit Manon est vrai » décode l’adolescence, les relations avec les autres, les hommes qui attirent les jeunes filles dans leurs filets, mais dresse également le portrait d’une mère qui ne se détourne pas. 
Un roman puissant, une construction audacieuse, une écriture authentique et de l’émotion… beaucoup d’émotions. 
Une magnifique découverte de cette rentrée littéraire.

TOUT CE QUE DIT MANON EST VRAI, Manon Fargetton – Héloïse d’Ormesson, sortie le 19 août 2021.

« Une gifle » est la rencontre de « deux silences, de deux personnes marquées, et ce qu’ils peuvent en faire. »
Avec une dextérité étonnante, Marie Simon décrypte les souffrances de l’enfance collées sur l’ADN et imagine le couple formé par ces deux écorchés vifs.
Un roman touchant et déchirant qui fend l’âme et serre les tripes.
Aller à la barre d’outils