Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Déménager dans une grande maison et investir un atelier situé dans son grand jardin : voilà la grande idée de Stéphane pour « effacer les fautes commises et repartir sur de nouvelles bases. » Élisabeth se laisse séduire, Maëva l’adolescente du foyer fulmine. Élisabeth occupe cette dépendance au fond du jardin pour recommencer à peindre, seul moyen pour elle d’exprimer ses émotions. Stéphane accepte les contraintes de longues heures de transports en commun pour rejoindre son travail, Maëva entre dans un nouveau collège qu’elle déteste, comme chaque ado qui se respecte. Changer de lieu pour changer de vie…  Quelque chose qui s’apparente à un semblant de vie normale reprend son cours, mois par mois, trimestre scolaire après trimestre scolaire.

En surface, tout est lisse. En profondeur, les cœurs sont rugueux, les personnalités accablées, les esprits tourmentés. «Ce cirque n’était pas nouveau. Après le retour de Stéphane à la maison, quelques années auparavant, ils s’étaient accordés tacitement sur le rôle dévolu à chacun, et tous l’avaient joué à la perfection. Le gentil mari repenti. L’épouse digne. La jolie petite fille bien coiffée qui racontait ses journées d’école en se persuadant que ça intéressait vraiment quelqu’un. Et en coulisses, ça dégueulait dans la nuit, ça pleurait sous la couette, ça fuyait de tous les côtés. Rien n’avait plus jamais été étanche » Le vide croît chez Élisabeth, le souvenir excite Stéphane, la révolte gronde dans le cœur de Maëva. Toutes ces émotions bouillonnent dans un immense chaudron et le lecteur attend, tout en sachant que le moment viendra, où tout cela débordera. 

« Nos corps étrangers» a été une expérience de lecture inédite. C’est d’abord un roman qui séduit par la beauté de la plume. Carine Joaquim possède une écriture empathique, derrière chaque mot se cache une émotion qui frappe le lecteur. Derrière chaque thématique, la vulnérabilité des êtres s’échappe des pages pour parvenir jusqu’à nos âmes totalement ouvertes, accessibles, réceptacles des ébranlements qui s’abattent sur les protagonistes. «C’est dans l’improvisation, sans doute, que se cache le bonheur, dans ces moments infimes où la joie s’invite, d’autant plus précieuse que personne ne l’attendait.» Pourtant, aucune improvisation dans ce texte où chaque évènement a une raison d’être et sert un propos à venir.

J’ai été très perturbée par le nombre de thématiques abordées dans ce roman assez court, 233 pages. J’en ai noté huit, ce que je trouvais énorme. Je me suis demandée si Carine Joaquim aurait pu construire son roman différemment, sans trouver de réponse à mon questionnement. J’avais donc des réserves, mais aussi de nombreuses interrogations. J’ai eu la chance de discuter avec l’auteur, lui demandant de m’expliquer la genèse, ce qu’elle avait voulu exprimer en condamnant presque le lecteur à l’asphyxie. D’une part, elle a m’a ouvert les yeux sur ces thématiques, les reliant entre elles dans cette chose qu’on appelle la vie. Les évènements qui frappent les quatre personnages principaux sont simplement les affres du quotidien. Ils sont tous pris dans leurs vies, différentes selon les personnages, mais bien réelles, si bien que l’essentiel, le drame qui se joue, la tragédie qui se prépare devient invisible. Forte de ces explications, j’ai donc relu le roman, ce qui ne m’arrive jamais et je l’ai vu sous un angle totalement différent. J’ai saisi la mécanique, compris différemment les nombreuses ouvertures qui finalement convergent vers un seul but, compriment et étranglent peu à peu un seul personnage pour converger vers une fin qui laisse réellement le lecteur exsangue, abasourdi et assommé. Ceci me conforte grandement dans mon désir de toujours savoir comment un auteur a pensé son roman, quels étaient ses buts, comment il a envisagé le déroulement et surtout sur quels axes il a travaillé pour parvenir au résultat escompté. Je trouve cela éminemment passionnant et dans ce cas précis, cette discussion a considérablement éclairé ma pensée et délié le nœud que j’avais dans mon esprit.

Je ne peux révéler la thématique centrale de ce récit. Juste vous dire que c’est une thématique forte, tabou, incomprise. Que Carine Joaquim a ajouté sa pierre à l’édifice pour nous aider à comprendre le mécanisme qui se déploie petit à petit, l’état de sidération, l’incompréhension de la personne concernée, mais aussi celle des autres ! 

Ce roman intense vous broie, mais sans que vous le voyiez venir. Sous les silences, le détachement, les difficultés de vie personnelles finalement banales, la fin du récit vous assomme. J’ai aimé la façon dont Élisabeth reprend vie, elle qui « avait appris à poser un sourire sur son masque quotidien. », elle qui, au travers de la peinture laisse s’exprimer des émotions alors qu’elle « glissait petit à petit dans des vêtements trop amples, rapetissait, s’effaçait du monde avec le plus d’élégance possible. » Son art « c’était la vie qui revenait peupler ses paysages intérieurs. » C’est un beau personnage de femme qui semble invisible, mais dont la sève intérieure n’est pas encore gelée et qui renaît lentement à la vie.

Carine Joaquim a une façon exceptionnelle, qui vient des entrailles, de décrire les émotions et les ressentis, quel que soit le sexe ou l’âge des protagonistes. Les vibrations adolescentes sonnent extrêmement justes et les questionnements parentaux sont pertinents «Sa honte était immense, et en même temps une puissante colère grandissait en elle. Pourquoi les enfants devenaient-ils ces inconnus capables de choses inimaginables, dont elle devait ensuite répondre en tant que mère?» Les relations de couple qui se délitent, par rancune silencieuse, temps qui passe ou secrets inavouables sont dépeintes avec exactitude et précision. Le ton est juste, les mots sont judicieusement choisis et le phrasé est non seulement mélodieux, mais aussi saisissant. 

Ce roman est une belle ode aux femmes, aux incomprises, aux malmenées, à celles qui crèvent de l’intérieur à cause d’émotions trop intenses, à celles qui semblent invisibles, mais rayonnent, à celles qui n’y croyaient plus et qui pourtant renaissent. Carine Joaquim a la plume raffinée et poétique pour embraser son propos. Je lui souhaite beaucoup de succès avec ce livre, et les suivants. 

Merci à la Manufacture de livres pour sa confiance.

13 réflexions sur “NOS CORPS ETRANGERS, Carine Joaquim – La Manufacture de livres, sortie le 7 janvier 2021

  1. Yvan dit :

    Décidément, après Carobookine qui relit le nouveau Sandrine Collette pour mieux s’en imprégner, voilà que tu fais de même avec ce roman. Preuve qu’une lecture n’est jamais simple. Votre démarche et vos ressentis à rebonds sont intéressants !

    1. Aude Bouquine dit :

      Des lectures qui font cogiter… ça n’arrive pas si souvent de relire un livre et pourtant, ça ouvre vraiment de nouvelles perpectives quand on prend les choses sous un angle différent. Oui, c’est vraiment très intéressant;-)

      1. Yvan dit :

        Heureusement qu’il ne faisait pas 700 pages 😉. A voir si je me laisse tenter

  2. Ton retour me tente énormément.
    Tes mots forts, justes, pertinents, intriguant me disent que ce livre est fait pour moi envie d’autres choses de plonger dans la réalité, de sortir de ma zone de confort. Merci Aude

    1. Aude Bouquine dit :

      Ce roman est fait pour toi, j’en suis certaine !

  3. Tu soulèves quelque chose de fondamental, la motivation de l’auteur et l’esprit du lecteur qui doit aussi savoir s’impliquer et comprendre le mécanisme, ce que peu font finalement… une chronique très juste qui met en lumière beaucoup de choses sans rien dévoiler. 😉

    1. Aude Bouquine dit :

      Merci Katia. Je sais que toi aussi tu cherches au-delà des apparences, que tu fouilles, que tu creuses et que tu veux savoir, même ce qui n’est pas écrit 😉
      De plus en plus, je veux connaître la genèse des romans que je lis. Je trouve ça passionnant!

  4. Sandrine V. dit :

    Ce sera mon premier achat de 2021 😊

  5. mgchroniques dit :

    Tu m’as donné envie de le lire. Je t’en remercie ! Au passage : meilleurs voeux pour 2021 et belles chroniques à venir que je savoure toutes ! Amitiés. Margaux !

    1. Aude Bouquine dit :

      Très bonne année 2021 et surtout très bonnes lectures ❤️

      1. mgchroniques dit :

        Merci ma Belle. Je me fie à tes chroniques pas toutes j’avoue mais souvent ! Je t’embrasse bien fort ma belle amie. Prends soin de toi

  6. Je relis beaucoup les livres mais toujours avec un délais. Il y a toujours des choses que je découvre, que je n’avais pas vu à ma première lecture ou que je n’étais pas en position de voir. En tout cas merci pour cette belle chronique. Je me note le livre au passage !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils