Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Petit résumé pour ceux qui ne l’auraient pas lu même si je pense que la grande majorité a déjà un avis sur ce roman et se trouvent surtout en attente de la suite.

James Hawking vient d’arriver au Vietnam. Une balle dans la tête va rapidement le mettre hors circuit. Hospitalisé à l’hôpital militaire de Saigon, se remettant d’un mois passé dans le coma, James se met à faire des rêves effrayants qui le laissent exsangue à chaque réveil. De retour aux États-Unis, et sans médicaments, son état empire. Il est alors approché par un ancien frère d’armes pour participer à un projet top secret, conjointement mené par l’armée et les services secrets, basé en Alaska dans la station K27. Ce projet s’appelle « Les Limbes » et James devient alors un « Eveillé ».

Je ressors de cette lecture complètement rincée ! Le moins que l’on puisse dire c’est que l’imagination d’Olivier Bal est débordante, et franchement très angoissante. Si la première partie du roman pose le décor, la seconde va à 200 à l’heure, mélangeant le thriller au fantastique, la fantasmagorie à la terreur. Certains pourraient en prendre de la graine pour s’attaquer au genre de l’épouvante tant les 100 dernières pages vous laissent à bout de souffle.

La magie de ce livre réside, à mon sens, dans la création d’un univers. Sans vouloir faire de comparaison débile, à la manière de JK Rowling, l’auteur a su créer un monde rien qu’à lui, peuplé de rêves cauchemardesques, de lieux singuliers, et de créatures terrifiantes. L’essence même du texte, « que se passe-t-il quand nous dormons ? », explore brillamment les enjeux du sommeil et ce qui se passe dans notre subconscient au moment où l’on sombre. L’accroche est ambitieuse : imaginez que quelqu’un puisse envahir vos rêves. La démonstration hallucinante de réalisme. Moi qui bataille avec des problèmes de sommeil, je ne suis pas prête de retrouver la quiétude des nuits et il me faudra un peu de temps pour digérer cette plongée dans ce monde parallèle.

Le début a été ardu : guerre du Vietnam. J’ai eu peur parce que ce n’est pas mon goût de lecture. J’ai demandé conseil à d’autres lecteurs lors de nos apéros aux Quais du polar. Tous, ont été unanimes : passe le cap de cette satanée guerre ! Ensuite, tu verras, tu ne pourras plus décrocher. Force est de constater qu’ils avaient raison.

L’écriture est nerveuse, surtout en seconde partie de roman et extrêmement cinématographique. Un petit mélange d’Inception – d’Alien- de Walking dead. Autant dire qu’Olivier Bal m’a largement sortie de ma zone de confort, car je ne vais pas d’instinct vers le fantastique, pas non plus vers l’horreur, encore moins chez les zombies. Et pourtant, je dois bien avouer avoir pris beaucoup de plaisir à le lire, quelque peu estomaqué par ces fameuses 100 dernières pages tant le rythme est effréné. Pas vraiment possible de le lâcher, encore moins de respirer, car je me suis vraiment demandé comment James Hawkins allait s’en sortir.

Il faut dire que la thématique est fascinante et ce monde créé des limbes surprenant. L’hyper réalisme des descriptions fait que le lecteur s’y projette instantanément et qu’il reconnaît lui aussi les lieux à chaque endormissement du héros. Son écriture est très visuelle. Elle va pourtant à l’essentiel : pas de blabla de remplissage, des dialogues percutants, des scènes-chocs. J’y ai trouvé un excellent dosage entre réel et onirisme. Respiration du lecteur pendant les scènes de veille, torture par noyade du même lecteur durant les scènes de rêve.

On appréciera le côté scientifique du roman (là encore ce n’était pas gagné pour moi) et surtout le dosage qu’Olivier Bal en fait. Pas de termes pompeux, d’explications alambiquées pour bac +23, le strict nécessaire pour une bonne compréhension sans étalage de savoir. Il était ingénieux d’axer l’intrigue sur les dérives de toute recherche scientifique, l’absence d’éthique ou/et de déontologie. D’y ajouter un peu d’histoire des religions, de chamanisme, d’ésotérisme. De terminer avec du fantastique et de la terreur. La mayonnaise prend !

Cela donne la sensation qu’Oliver sait tout raconter, est à l’aise dans tous les domaines et personnellement, j’ai trouvé ce roman complètement abouti. Il clôt son sujet avec une fin ouverte et le nom du prochain roman : Le Maître des Limbes. Réjouissez-vous, il sort le 11 avril 2019 !

Le maitre des limbes

 

 

 

4 réflexions sur “LES LIMBES, Olivier Bal – De Saxus, sortie le 1 mars 2018

  1. Les Lectures de maud dit :

    Beaucoup aimé!! Hâte de me plonger dans la suite ☺

    J'aime

  2. Yvan dit :

    Faudra que je me penche sur son cas un jour 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Aude Bouquine dit :

      J’aimerai assez avoir ton avis !

      Aimé par 1 personne

  3. Yvan dit :

    Faudra que je me penche sur son cas un jour 😉

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :