Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

L’étonnante Tess Sharpe, auteur de « Mon territoire » publié cette année aux éditions Sonatine, a également écrit un autre roman paru en 2014 aux éditions Robert Laffont collection jeunes adultes. Tess Sharpe est née en Californie dans une cabane au fond des bois et cette naissance singulière prend un sens particulier à la lecture de ses romans où la nature est décrite de façon magistrale, comme un personnage à part entière. « Si loin de toi », estampillé roman pour jeunes adultes est pourtant un formidable roman à mettre entre toutes les mains, celles de vos adolescents en quête d’eux-mêmes, mais aussi celles d’adultes tant le sujet est prenant, nécessaire, et indispensable pour comprendre cette période de la vie où l’on est en construction de soi.

Sophie Winters a échappé à la mort deux fois. D’abord lors d’un tragique accident de la route qui la laisse lourdement handicapée, puis lors d’une nuit tragique où sa meilleure amie Mina a été sauvagement exécutée sous ses yeux. Comme dans « Mon territoire », l’auteur alterne des passages au temps présent et d’autres plus anciens au gré de ses souvenirs, avant l’accident de voiture ou avant la mort de Mina. Sa voix raconte cette relation si particulière avec Mina, les évènements qui ont amenés à un chamboulement complet de sa vie, sa douleur physique, et sa douleur morale.

À 14 ans, Sophie parvient à sortir vivante d’un accident de voiture. Si les deux autres occupants sont presque indemnes, elle est à peine vivante… Son corps est brisé. Elle subit plusieurs opérations lourdes, on insère des plaques de métal dans son corps, on la bourre d’antidouleurs. De cette période ne restera qu’une addiction terrible, obsessionnelle à l’oxycodone, puissant analgésique de la famille des opioïdes. S’ils sont d’abord prescrits par les médecins qui ne préviennent pas du risque de dépendance effroyable qu’ils provoquent, la sensation de planer en les consommant devient vite une raison de vivre et Sophie, maline, parvient à s’en procurer et en consomme plus que de raison. Cette plongée dans l’enfer de la dépendance proportionnelle à la souffrance physique, Tess Sharpe la raconte tellement bien qu’elle vous met les larmes aux yeux. Cette gamine que le destin n’a pas épargnée voit sa vie voler en éclat une seconde fois, lors d’une soirée dans laquelle sa meilleure amie est exécutée devant ses yeux. Elle raconte alors la descente aux enfers, ses relations avec ses parents qui deviennent insupportables, le manque de Mina, et surtout la quête de la vérité. Car Mina n’a pas été assassinée sans raison et son tueur court toujours. Le trouver devient une forme nécessaire de désintoxication vitale pour Sophie qui ne trouve que cette façon là de faire le deuil de cette amitié pour ne pas retomber dans l’enfer de la dépendance médicamenteuse.

Forte d’une plume douce, pudique et émouvante, Tess Sharpe raconte combien l’adolescence est une période charnière, surtout lorsque le destin ne l’épargne pas. Si Sophie apparaît dure, froide et détachée au début du roman, calfeutrée derrière un mur qu’elle a elle-même construit de toute pièce, le lecteur parvient à atteindre son âme au rythme de ses souvenirs dévoilés. L’idéalisme de la jeunesse et la volonté d’aller au bout de l’objectif qu’elle s’est fixé permettent petit à petit de faire tomber les barrières. Le suspense est parfaitement ajusté dans ce récit passé-présent où chaque page nous amène un peu plus vers la vérité.

Outre l’addiction aux opioïdes qui arrive plus vite qu’on ne le croit dans la vraie vie, Tess Sharpe aborde une autre thématique que je vous laisse le plaisir d’identifier… Quand le lecteur la découvre, le plaisir est décuplé tant la tendresse du propos fait du bien à l’âme. Mention spéciale pour la couverture, diablement bien choisie qui prend tout son sens à la fin du roman et qui vous arrache une larme tant le récit vous prend, jusqu’à la dernière ligne. Un roman réellement magique que je vous engage vraiment à découvrir, une plume sensible, empathique, d’une auteur qui a réel talent pour transmettre les émotions.

« La route est longue. Et elle n’a pas de fin, car on ne se remet jamais d’avoir perdu quelqu’un. Pas complètement. Pas quand cette personne faisait partie de vous. Pas quand l’aimer vous a brisé autant que ça vous a changé. »

Lien vers ma chronique « Mon territoire » de Tess Sharpe

7 réflexions sur “SI LOIN DE TOI, Tess Sharpe – Robert Laffont-jeunes adultes, sortie le 13 novembre 2014.

  1. Yvan dit :

    Ma libraire vient justement me dire que le livre était arrivé 😉. Je me réjouis à lire ta chronique

    Aimé par 1 personne

    1. Aude Bouquine dit :

      Tu l’as commandé ?? Très bonne idée !! Tu vas te régaler 😉

      J'aime

      1. Yvan dit :

        « Mon territoire » m’a tellement marqué, qu’il me fallait lire son autre roman

        Aimé par 1 personne

      2. Aude Bouquine dit :

        Tu vas retrouver sa patte 😉
        Et moi ça a réglé ma panne 😉

        J'aime

  2. Alors ça, c’est vraiment très tentant, surtout comme tu en parles !

    Aimé par 1 personne

  3. Je lis en ce moment « Mon territoire » de Tess Sharpe. Je suis presque à la fin, quel talent !

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :