Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Noah Harper travaille dans les services de police d’une petite ville imaginaire des États-Unis, Acacia Pines. « Dans cette partie du pays, la fin du monde pourrait avoir lieu, et à moins que quelqu’un annonce la nouvelle à Acacia Pines, aucun de nous ne le saurait. » Pour retrouver une petite file disparue, Alyssa, il ne néglige aucune piste…encore moins ses méthodes en matière d’interrogatoire. Si Alyssa est retrouvée, Noah est obligé de quitter la ville. Il y est devenu persona non grata et ses méthodes, disons musclées n’ont pas plu à tout le monde. Sauf que… quelques années plus tard, Alyssa disparaît à nouveau. Fort d’une promesse de protection faite à la petite qu’elle était alors, Noah revient dans cette ville qui l’a vu naître et le moins que l’on puisse dire c’est que certains de ses détracteurs l’attendent au tournant.

D’abord, il me faut vous dire que ce roman dégage une formidable énergie ! Si la scène d’entrée vous scotche dans votre fauteuil, le retour de Noah à Acacia Pines va vous scotcher au mur. Ce roman est digne d’un film d’action, intrigue menée tambour battant, rythme effréné, course-poursuite et chasse à l’homme, scènes de bagarres épiques, un héros posé là qui en prend plein la tête et se relève toujours… Un peu léger me direz-vous… Ça ne suffit effectivement pas pour en faire un bon livre, assez bon en tout cas pour susciter un réel engouement.

Or, il a provoqué chez moi un réel engouement ! D’abord, par la création d’une atmosphère. Cette petite ville, un peu coupée du monde, à laquelle on accède par une seule route, retranchée dans les petits secrets de ses habitants contribue grandement à générer l’ambiance anxiogène que j’affectionne. Il y a cette idée qu’on ne peut pas s’échapper, et que d’une certaine manière Paul Cleave vous emprisonne dans son livre. Ensuite, l’auteur crée un personnage central un peu atypique en partant de plusieurs questionnements phares : la fin justifie-t-elle les moyens ? Quelle est la valeur de la parole donnée ? Doit-on absolument creuser derrière les apparences ? Noah est un idéaliste, soucieux des promesses faites, qui n’hésite pas à franchir la ligne rouge à de nombreuses reprises, qui prend des coups et en donne. Cela le rend extrêmement attachant.

Ce roman défile à toute vitesse, les rencontres de Noah donnent la cadence, ses bleus sont le pouls du récit. Il y a également une forme de renoncement à l’idée qu’on se fait de soi-même pour protéger le bonheur d’autrui qui m’a réellement touchée. « En me comportant en monstre, je lui ai donné la chance d’avoir une belle vie ».

Si l’auteur aborde des thématiques sociétales très actuelles, comme la violence faite aux femmes qu’il abordait dans une récente interview, il en est une autre qu’il nous réserve pour la fin de son roman. Croyez-moi, je ne l’ai pas vue venir et elle clôt cette enquête de manière bluffante.

Si le titre français montre à quelle vitesse, une vie peut se transformer en « Cauchemar », le titre anglais est bien plus révélateur de l’ambiance du roman. « Whatever it takes », sous-entend bien que la morale risque fort d’être piétinée à des fins qui semblent plus louables. Quoi qu’il en coûte, une parole est une parole. Bien rare de nos jours…

Cauchemar est mon premier roman de Paul Cleave. Je n’ai donc aucun point de comparaison par rapport aux précédents. Je n’en ai pas réellement besoin pour me donner envie d’en savoir plus et découvrir cette plume dynamique, ou d’autres thématiques abordées par l’auteur. Une fabuleuse découverte que je vous engage vraiment à découvrir aussi. Pour moi « Whatever it takes » sonne comme une promesse de beaux moments de lecture à venir !

 Je remercie les éditions Sonatine et Netgalley pour leur confiance.

#Cauchemar #NetGalleyFrance

Interview de Paul Cleave par Yvan, blog EmOtions

6 réflexions sur “CAUCHEMAR, Paul Cleave – Sonatine, sortie le 7 novembre 2019.

  1. Yvan dit :

    Ah que ça me fait plaisir de lire ton enthousiasme ! Te voilà Cleave addict. Ça ne se soigne pas 😉

    Aimé par 2 personnes

    1. Aude Bouquine dit :

      On dirait bien… la bonne nouvelle c’est que j’ai du rattrapage à faire 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Yvan dit :

        Ce mec est un génie, tu t’en rendra compte au fil de tes lectures 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Je devrais me mettre au rattrapage aussi, j’en ai quelques-uns en stock dans ma PAL !

        Aimé par 1 personne

  2. Je suis en train de le lire, j’approche d’ailleurs de la fin et j’adore !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :