Aude Bouquine

Encore, toujours, tout le temps et partout …

Alix Flament est journaliste. Elle a interviewé Eloane Frezet durant 2 ans, coupable d’avoir tué plusieurs personnes, femmes, hommes et enfants selon des motivations restant extrêmement obscures. Condamnée à la prison à vie, accablée par le livre d’Alix et certains  témoignages dont celui de son mari, elle s’échappe. Elle avait promis de se venger. « Quand je sortirai, tu seras la première prévenue. » Son premier coup de téléphone sera donc pour Alix. Les cadavres s’amoncellent et la chasse reprend.

Chez Taurnada, on aime les écrivains féminines (oui autrices ça ne passe toujours pas dans mon langage, je trouve ce mot très laid) qui tabassent… Encore plus lorsqu’elles mettent en scènes des psychopathes féminines ! Ca change nettement de l’imaginaire collectif du mâle serial killer et les perspectives d’imaginer qu’une femme aussi peut être aussi dérangée qu’un mec apporte une petite touche d’effroi supplémentaire.

J’ai eu très peur au début de ce roman, désarmée par un timing qui me semblait beaucoup trop rapide. Je trouvais que pour une nana qui sort de prison, Eloane était une speedy Gonzalez du crime, sachant que théoriquement, elle devait avoir autre chose à penser, comme fuir, que faire mitonner un boeuf bourguignon. C’était sans compter le talent de Gaëlle Perrin-Guillet qui nous a mitonné une intrigue aux petits oignons, un truc que je n’avais encore jamais lu ailleurs. Elle nous a organisé un véritable jeu de piste qui se solde par un mobile grandiose! Alors oui, ce roman est très noir et les descriptions de certaines scènes de crime peuvent vous soulever un peu l’estomac mais le talent de l’auteur réside aussi dans les détails qu’elle y met pour rendre ces scènes totalement crédibles : la scène de crime, c’est le lecteur qui la découvre. Le cadavre git littéralement sous ses yeux et aucun détail ne lui échappe.

J’ai adoré le personne d’Eloane que j’ai trouvé fascinant. Je sais, c’est mal d’avoir de l’admiration pour une psychopathe, c’est politiquement très incorrect. D’abord, elle est sacrément intelligente, elle a un peu plus que 2 de QI. Elle est déterminée et ne laisse pas grand choses au hasard. Et surtout, elle est amoureuse !! Une femme amoureuse c’est un volcan en éruption permanente et ça détruit tout sur son passage pour une simple promesse faite. J’aime cette idée que rien ne compte plus que la parole donnée et que forte de cette parole une vie entière se résume au respect de ce serment.

Mon seul regret réside dans la longueur du roman. C’est trop court ! On en voudrait encore ! Et en même temps, provoquer tant d’émotions en si peu de pages révèle un sacré talent. Gaëlle Perrin-Guillet maitrise les codes du roman noir et c’est avec plaisir que je suivrai ses prochaines publications. D’ailleurs, est-il possible d’avoir un tel visage d’ange et d’écrire des monstruosités pareilles ?

Je remercie Joël des éditions Taurnada pour sa confiance sans cesse renouvelée.

6 réflexions sur “HAUT LE CHOEUR, Gaëlle Perrin-Guillet – Taurnada, sortie le 14 mars 2019

  1. J’ai adoré cette lecture et je retrouve exactement mon ressenti dans ta chronique.

    J'aime

  2. Les Lectures de maud dit :

    Très beau retour 🤩

    J'aime

  3. Je ne connaissais pas cette autrice, merci 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Lord Arsenik dit :

    Très belle surprise ce roman. Comme souvent avec Taurnada, et tout particulièrement cette collection.

    Aimé par 1 personne

    1. Aude Bouquine dit :

      J’ai vu que tu avais lu celui à paraître le 16 mai 😉

      J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :