Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

C’est volontairement que j’associe la trombine de Patrick Bauwen et la couverture de son dernier livre « La nuit de l’ogre ».
Donc, ce garçon là, avec son visage d’ange et son sourire à faire pâlir même les plus récalcitrants a écrit ce bouquin !
Autant dire tout de suite que la plume de Patrick Bauwen devient de plus en plus incisive, de plus en plus percutante et qu’il va falloir compter avec lui désormais quand on citera les grands noms du polar français.
Pour ceux qui l’ignorent, il est aussi médecin urgentiste à ses heures perdues.
C’est bien connu, bosser aux urgences relève du passe-temps, ça laisse beaucoup de temps pour écrire 😉
J’en déduis donc qu’il ne dort jamais. Sachant qu’il me faut déjà un temps infini pour « pondre » une chronique, je vous raconte pas un bouquin… Mais lui le fait, et on dirait bien qu’il le fait avec une facilité déconcertante tant son récit est fluide.
On retrouve des personnages de son précédent thriller « Le jour du chien »: Audrey Valenti l’ex JAP, Chris Novak le médecin qui passe vraiment plus de temps à enquêter qu’à pratiquer la médecine et à qui il arrive toujours des histoires de fous.

De quoi ça parle ?
Chris Novak médecin urgentiste termine sa garde à l’hôpital et prend en stop une jeune femme blessée qui s’échappe à la première occasion en laissant derrière elle son sac qui contient une tête. Suit une enquête redoutable qui nous amène dans les méandres underground mais aussi au coeur de pratiques méconnues.

Il y a de vraies belles réussites dans ce livre :
– La dualité chevalier blanc / cavalier noir, l’un étant incarné par le médecin à la blouse blanche, l’autre par l’homme au chapeau melon,
– La personnification de la mort : la faucheuse symbolisée par l’homme un chapeau melon provoque quelques angoisses lorsqu’elle apparait.
– La profondeur des personnages : particulièrement Chris Novak, héros imparfait profitant de sa situation au sein d’un hôpital pour abuser de toute drogue mise à sa disposition lui permettant de supporter son quotidien et de pallier à ses angoisses. Loin d’être lisse et linéaire, il est de ces hommes que l’on a envie d’aimer pour les aider à aller mieux. Difficile en tout cas de ne pas coller la tête de Patrick Bauwen sur celle de Chris Novak. Moi, c’est exactement comme ça que je l’imagine !
– Le rythme de l’intrigue qui va à 100 à l’heure. C’est sûr que le lecteur n’a pas vraiment le temps de sentir le moisi, ça dépote !

J’ajoute que Patrick Bauwen n’est pas tombé dans la facilité concernant la résolution de son intrigue. J’attendais des choses qui ne sont pas arrivées et c’est bien qu’elles ne soient pas arrivées.
La fin est franchement réussie : j’aime vraiment cette sensation insidieuse qui laisse présager qu’on ne connait jamais tout à fait l’Autre. Elle donne de superbes promesses d’un nouvel opus à venir.
Encore de belles heures sans sommeil pour l’auteur, mais pour le lecteur aussi !

Une belle réussite pour un thriller alliant parfaitement les détails scientifiques, l’enquête policière, la psychologie des personnages, le réalisme percutant évident de par le métier de l’auteur.
Je recommande d’acheter le livre juste pour le voir sourire …
mais aussi parce qu’il est très très bon !!! Chapeau docteur !

 

%d blogueurs aiment cette page :