Aude Bouquine

Blog littéraire

La maison dans les nuages de Nickolas Butler Bilan lecture novembre 2023

« La maison dans les nuages » raconte l’histoire de trois amis, Cole, Bart et Teddy associés dans une même entreprise de construction à Jackson, Wyoming. Cette entreprise modeste, True Triangle Construction vivote : elle s’en sort grâce à des chantiers plus ou moins importants. Ses trois actionnaires ne roulent pas sur l’or, et les fins de mois sont difficiles pour Teddy notamment, marié et père de quatre enfants. Un avenir plus radieux se profile lorsque Gretchen Connors, une richissime avocate, leur propose de reprendre le chantier de sa maison, car les travaux ont commencé, mais ont été interrompus par le constructeur précédent. Celle-ci se trouve sur une montagne, à fleur de falaise, à côté d’une source d’eau chaude. Un site unique, au cœur de la nature, pour un chantier unique… à terminer en quatre mois ! Même en travaillant comme des acharnés, tous les jours pendant le temps imparti, cette mission semble impossible. Et pourtant… les montants annoncés par Gretchen pour ce chantier vont faire penser la balance de son côté. 

Pourquoi cette maison est-elle construite dans un lieu aussi reculé ? Pour quelles raisons obscures sa construction doit-elle être achevée pour Noël ? « La maison dans les nuages » est construit comme un thriller, et selon l’expression américaine « a ticking clock », le tic-tac d’une horloge avec la notion de bombe prête à exploser. Et en effet, dès les premières pages, le lecteur sait que certaines choses vont mal tourner, car les trois personnages principaux consentent à participer à cette course contre le temps… S’ils poursuivent le chantier à partir du mois de septembre où l’été se retire tout doucement en leur offrant encore de belles journées, ils savent que la rudesse de l’hiver dans le Wyoming viendra les rattraper tôt ou tard. 

Nickolas Butler dresse ici le portrait saisissant et très réaliste de la classe moyenne américaine. Cole, Bart et Teddy savent que les délais sont irréalistes et irréalisables. Pourtant, ils acceptent l’offre financière de Gretchen qui ajoute à celle-ci une prime exceptionnelle pour un chantier fini dans les temps. C’est une occasion en or d’acheter une maison et de payer les frais de la vie courante de ses quatre filles pour Teddy, de mettre de l’argent de côté pour Bart qui sait qu’il ne pourra bientôt plus exercer ce métier à cause de la fragilité de ses genoux, de faire prospérer l’entreprise pour Cole. L’appât du gain a pris le pas sur la raison, et les a persuadés, au-delà du raisonnable, de la faisabilité de cette mission. 

La maison est une œuvre d’art de plusieurs millions de dollars, située dans un cadre idyllique (les descriptions qui en sont faites vous donnent presque envie d’aller vous retrancher dans cet endroit loin du monde), bercée par les nappes de brouillard qui la cueille au tout petit matin. Les plans de Gretchen, les matériaux utilisés, l’agencement des pièces imaginé en font incontestablement un paradis sur terre. Quel sera réellement le prix à payer pour True Triangle Construction et pour Gretchen ? 

« La maison dans les nuages » en français s’appelle « Godspeed » en anglais (signifie bonne chance). Pour une fois, il me semble que les deux titres collent parfaitement à l’histoire. Le titre français met en avant le personnage principal, c’est-à-dire la maison. Le titre anglais laisse percevoir ce qu’il faudra à chaque protagoniste, de sueur, de sang, d’énergie pour venir à bout de ce chantier pharaonique. Nickolas Butler s’est inspiré d’une histoire vraie comme base de ce roman. Et comme toutes les histoires vraies, il apparaît très clairement que l’appétit vorace, l’appât du gain savent motiver les esprits les plus réfractaires. La richesse écrasante de Gretchen met en lumière tout ce que les trois hommes n’ont pas et crèvent d’envie d’avoir (en plus de pouvoir payer leurs factures bien évidemment). Pourquoi n’en a-t-on jamais assez ? Pourquoi en vouloir toujours plus ?

Entre amitié et argent, l’auteur développe ici les galères que subit au quotidien la classe moyenne. Pourtant, les motivations de Gretchen finissent par émerger d’entre les nuages. Si elle fait partie de la classe dite supérieure, les passages qui lui sont consacrés sont tout à fait passionnants. Gretchen a passé son existence derrière un bureau, à travailler jour et nuit, sans jamais se laisser le temps de vivre. La confrontation de ces deux situations sociales est tout à fait pertinente pour qui connaît les disparités énormes qui fracturent le peuple américain. 

« La maison dans les nuages » est le résultat de plusieurs leçons de vie données aux différents personnages. À tout moment, chacun se retrouve libre de prendre la bonne décision, et la possibilité de changer d’avis se présente plusieurs fois. Pourtant, personne ne la saisit. D’abord, j’ai trouvé ce texte riche en enseignements sur notre manière de réagir face à l’argent, que l’on en ait beaucoup ou peu. Vouloir toujours plus engendre bien des dérives…Ensuite, l’amitié, la vraie, celle qui sort de tout jugement, y est magnifiquement décortiquée. La dualité logée en nous est très bien exploitée par l’auteur, même à travers le personnage de Gretchen. La façade que nous renvoyons au monde est bien différente des émotions qui nous habitent, et de la personne que l’on est réellement.Enfin, au-delà d’une photographie d’une Amérique profondément fracturée, il y a une morale qui hante cette maison dans les nuages… Qui détient réellement le pouvoir ? 

En conteur exceptionnel, Nickolas Butler réussit le tour de force de passionner son lecteur par la construction d’une maison, personnage principal, et des toutes les passions dont elle fait l’objet. Un tour de force sur lequel je n’aurais pas parié. Et pourtant, que de belles réflexions et de belles émotions dans ces lignes ! Certains mystères ne se révèlent que lors d’une belle éclaircie !

Publié aux éditions Stock le 17 mai 2023

Lien vers les éditions Stock

Romans engagés, mes coups de coeur à offrir

14 réflexions sur “La maison dans les nuages, Nickolas Butler

  1. laplumedelulu dit :

    Qu’elle est belle cette chronique. Merci à toi Aude 🙏😘

    1. Aude Bouquine dit :

      Merci pour ta fidélité 😘

      1. laplumedelulu dit :

        Mais tu n’as pas à me remercier, ça me semble normal. 😘

  2. Yvan dit :

    Voilà qui est intéressant !

    1. Aude Bouquine dit :

      Quand tu auras du temps, il t’attend 😉

  3. killing79 dit :

    Un grand livre comme tous les livres de cet auteur!

    1. Aude Bouquine dit :

      Quelle belle découverte ! Je me suis noté tous les autres ♥️

      1. killing79 dit :

        Le petit-fils, magnifique!

  4. hoho, ta chronique est trop belle pour passer à coté de ce bouquin !

    1. Aude Bouquine dit :

      Merci 🤩. Ce livre est magnifique ♥️

      1. Je l’ai noté ! hihi ;-P

  5. Je sens bien que ce n’est pas pour moi, mais je rejoins l’avis général : c’est une chronique magnifique !

    1. Aude Bouquine dit :

      Merci beaucoup ♥️

  6. Le genre de roman que j’apprécie beaucoup et je m’empresse de mettre dans ma liste d’envies !

Laisser un commentaire

En savoir plus sur Aude Bouquine

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture

%d
Aller à la barre d’outils