Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Marsac est chef de groupe au 36 quai des Orfèvres « Une adresse mythique pour une vie usante, et un métier de chien, qui le dévore avec application. » Une nuit, sa nouvelle recrue Lise Brugguer l’appelle pour lui demander de venir à son secours. C’est touchée d’une balle dans le dos qu’il l’a retrouve au pied d’un escalier, dans un immeuble inconnu, à côté du cadavre d’un homme mort, abattu d’une balle en pleine tête. En attendant les secours, dans un dernier souffle, elle le supplie de s’occuper de sa fille Liv, 3 ans dont elle n’avait jamais parlé à personne. Pour la première fois, Marsac se voit contraint de mentir à son équipe et de mener une enquête qui commence par de lourds secrets.

J’avais découvert la plume d’Elsa Roch en février 2019 en lisant son roman « Oublier nos promesses. » J’avais alors été subjuguée par cette fascinante capacité à mettre tant de lumière dans un récit noir. Dans ce nouvel opus, Elsa Roch fait montre d’une poésie exacerbée dans ce récit tendre et suffocant qui touche au domaine de l’intime, de l’enfance et de l’adolescence d’une gamine qui s’est tue. Les ogres, surtout présents dans les contes pour enfants, existent dans la vraie vie, et lorsqu’ils prennent forme humaine, au sein d’un foyer, c’est tout un équilibre en construction qui vacille. « L’amour, cette belle excuse, cette chimère qui mène au pire » fait parfois entrer le loup dans la bergerie.

On reproche parfois aux auteurs du noir d’être trop explicites dans la description des violences subies par leurs héros. Des scènes trop détaillées, trop réalistes, trop visuelles donnent souvent au lecteur des hauts le cœur. Vous ne trouverez pas ces scènes-là ici. Néanmoins, la violence psychologique peut être bien plus cruelle et Elsa Roch psy de formation va nous en faire une formidable démonstration. Si « Sous les murmures d’amour se cachent parfois de belles saloperies », la vie cache aussi de beaux salopards ordinaires : votre voisin de pallier, votre patron, votre collègue de vie associative, votre frère…. C’est précisément de ces personnes ordinaires que l’auteur nous parle, celles qui se cachent sous des masques d’honorabilité.

Avant de vous parler des deux personnages emblématiques de ce roman, je voudrais m’exprimer sur le rôle de la mère très présent dans ce texte, celle que l’on a eue et celle que l’on s’efforce d’être. « Certaines mères n’ont de maternel que le titre. Rangez-la dans cette case. » dit Brugguer à propos de sa mère. Elsa Roch oppose la mère défaillante (ici celle de Lise) et la mère en devenir. À l’heure où, de retour dans ma région natale, celle où vit ma propre mère, je continue de m’interroger sans cesse sur l’importance de ce rôle clé, phare, essentiel dans notre construction. Elle est pour moi le commencement de toutes ces défaillances humaines lorsqu’elle ne joue pas son rôle de protectrice ou de confidente et qu’elle fait montre de silence devant des actes odieux. Je suis touchée en plein cœur dans la façon inspirée que l’auteur a de les opposer et d’en faire une leçon de vie.

Ce roman révèle les secrets d’une famille défaillante, boiteuse et chancelante, à la fois dans la vie de Lise Brugguer, mais d’une certaine façon aussi, dans celle de Marsac. C’est la façon dont elles boitent qui est différente. « Il y a quelque chose de pourri au royaume des secrets de famille, et les plus lourds, dans cette insistance à les cacher à n’importe quel prix, s’emparent des rênes de nos destins, maîtres impitoyables et silencieux. »

Marsac et Lise Brugguer étaient donc faits pour se rencontrer, se comprendre et s’épauler. Amaury Marsac vit avec le fantôme de sa sœur disparue. Son souvenir le hante, la culpabilité le dévore, l’absence de deuil officiel demeure une plaie béante. C’est à travers le personnage de Marsac qu’Elsa Roch ausculte les failles de l’être humain et fait naître une profonde sensibilité chez cet homme abonné aux -ides ( homicides, infanticides, etc..) Lorsque Marsac rencontre Liv, son cœur s’ouvre. « Cette fille lui déchire ce qui lui reste de cœur. C’est bien la dernière chose à laquelle il s’attendait. » Liv, petite fille aux yeux aurifères pas comme les autres, « (…) son visage d’ange serein se balance d’avant en arrière, sans un mot (…) Ses mains voltigent parfois dans l’air. On dirait deux papillons qui s’envolent. » sera baptisée Miss Butterfly. Marsac, « lui qui, certains matins comme celui-ci, aimerait bénéficier d’une existence alternative, où parfois il existerait, et parfois pas. » devient le protecteur, le père de cœur de cet amour de 3 ans qu’il faut protéger.

Préparez-vous ! Cette rencontre, ces liens, cette relation est l’une des plus bouleversante qu’il m’ait été donné de lire. Au-delà du fil conducteur de l’intrigue policière, c’est ce tête-à-tête, magnifique, poignant qui sublime le roman et la façon dont Elsa Roch la raconte fait le reste. Cette plume poétique, vibrante, empreinte d’émotions virevolte à travers les pages, et nous permet, à nous lecteur, d’en être le témoin privilégié. « Contre toute attente et en dépit de ses effroyables silences, Liv les attire dans un monde meilleur, celui de la différence, mais aussi de la candeur, des cœurs qui palpitent plus fort à son contact, de l’envie qu’elle fait naître de se surpasser. Oui, cette enfant est aussi un bonheur. » Cette petite fille, certainement atteinte de troubles autistiques est une magicienne qui rassemble et ouvre le cœur des hommes qui l’approche. Raimbault, bras droit de Marsac en est le second touché. « Pour lui, les heures avec Liv ont laissé leurs traces. Submergé par un désastreux sentiment d’impuissance, il ne sait plus s’il faut essayer d’entrer dans son monde, à elle, ou tenter de l’amener, elle, dans le leur. Ses certitudes se sont évanouies dans le regard d’une petite fille de trois ans. Elle le bouleverse, lui, le flic rodé aux vertiges du mal et de la mort… »

 Le quotidien d’une vie de flic, la difficulté d’un métier impossible à quitter le soir venu « Une autre nuit s’achève au milieu des hurlements des sirènes de police et des véhicules d’urgence, son ciel de plomb zébré par des éclairs bleutés qui n’en finissent pas de mettre en lumière la dévastation du monde. », s’oppose aux mantras de Miss Butterfly « MamanAmour, PapaLàHaut, JulietteChérie, AmauryDouceur, MarcRainbow ». La beauté du texte, la pureté de cette relation bouleversante fera naître quelques papillons dans votre ventre, et des émotions cristallines à toucher les étoiles.

Elsa Roch prouve une fois encore, par une maîtrise de style irréprochable, que l’on peut raconter des choses noires avec beauté et grâce littéraire sans s’enfermer dans pléthore de descriptions crues. Elle marque vos pensées au fer rouge et l’on se souvient finalement que de la pureté de cette rencontre entre un homme blessé et une petite fée qui fait danser les papillons.

2 réflexions sur “LE BAISER DE L’OGRE, Elsa Roch – Calmann-Lévy, sortie le 9 octobre 2019

  1. Yvan dit :

    Pureté, l’un de tes mots de fin est tellement juste

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :