Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Deux frères, le Grand et le Petit sont prisonniers au fond d’un puits. Jour après jour, ils tentent de survivre en se nourrissant de racines et de vers, en buvant l’eau qui s’écoule des murs. Lentement, ils dépérissent… La folie gagne le Petit, la maladie gagne le Grand. Et pourtant, malgré les illusions perdues, le désespoir, le corps qui lâche, la tête qui se perd dans des hallucinations, ils sont en vie. Que font-ils là ? Pourquoi ? Entrez dans le terrier du Grand et du petit et écoutez leur histoire…

Recommandé par Maud Mayeras dans le cadre de « Faisons hurler la culture », elle donnait une liste de 5 livres dont elle disait ceci « voilà des claques à lire ». Ce roman, tout petit (128 pages) se lit d’une traite, mais en apnée… Ne lisez pas la 4e de couverture, faites-moi confiance sur ce coup-là, je vous en ai dit bien assez. Préparez-vous à entrer dans une forme de terrier, prison sombre éclairée uniquement par le rythme des journées, humide ou étouffante puisque soumise aux changements climatiques, et d’y laisser votre âme avec celles des deux garçons.

Nous sommes ici au paroxysme de la fraternité, au zénith de l’amour pur, à l’apogée du sacrifice par conviction. Car ces deux frères ne sont pas seuls dans ce puits, mais vous le découvrirez assez tôt et au-delà de la faim, de la soif, de la crasse, et de la fièvre qui rongent petit à petit les esprits fébriles, l’imaginaire, lui, devient indomptable. Le Petit devient le symbole de ce que l’homme est capable de concevoir pour survivre. Quant au Grand, conscient que la force de son corps est le bras armé de la délivrance, il instille aussi la graine de la révolte dans les esprits.

« Ce puits est un utérus. Nous allons bientôt naître, toi et moi. Nos cris sont la douleur du monde qui accouche. » De cet enfermement naîtra la révolte. De cette prison accouchera une réelle envie de s’en sortir. De ce temps hors du temps germera l’idée de représailles. Car il faut en avoir subi beaucoup pour oser vouloir rendre les coups… 

« Le puits » prend la forme d’un conte qui aiguise notre humanité. Il déclenche une profonde empathie, exacerbe les émotions, fait choisir un camp : celui de ce qui est juste, pas celui de ce qui est bon. C’est aussi une formidable expérience sensorielle très justement diffusée au gré des pages. Un beau conte cruel…

Aurez-vous le courage d’y entrer pour découvrir le fin mot de l’histoire ?

3 réflexions sur “LE PUITS, Iván Repila – 10/18, sortie le 4 mai 2016.

  1. Yvan dit :

    Tu le sais, tu ne vas pas être surprise… Maud et Aude conseillent, je prends sans hésiter une seconde 😉

    1. Aude Bouquine dit :

      Je suis sure que tu vas aimer et que ça va te mettre le cœur à l’envers ❤️

      1. Yvan dit :

        ou le remettre à l’endroit 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils