Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Abbie se réveille dans un hôpital. L’homme qui se tient près d’elle dit être son mari.«Tim Scott était, ou serait bientôt, à l’intelligence artificielle ce que Bill Gates était aux ordinateurs, Steve Jobs aux smartphones et Elon Musk aux voitures électriques.» Ce petit génie de la « tech » avait une femme parfaite, artiste talentueuse, mère dévouée d’un petit garçon atteint d’une forme particulière d’autisme. Sauf que… Abbie est morte dans un accident de voiture 5 ans auparavant. Or, c’est bien elle qui se réveille dans ce lit d’hôpital. Comment est-ce possible ? Que s’est-il passé ? Qui est cette autre forme d’elle-même si fidèle à « l’originale » ? 

« La femme parfaite » est le troisième roman de JP Delaney. Après « La fille d’avant » dans lequel l’héroïne emménageait dans une maison ultra moderne et connectée, et « Mensonge » que j’avais cordialement détesté, l’auteur revient à ses premiers amours : l’avenir imaginé grâce à ou à cause de ces nouvelles technologies. Clairement, l’auteur a trouvé son style avec ce nouvel opus en abandonnant le roman psychologique pour se replonger dans une thématique qui lui sied parfaitement : une photographie très réaliste de notre futur proche. Je vous le dis d’emblée : je n’ai pas pu le lâcher tellement l’intrigue et les problématiques qu’elle soulève sont captivantes.

Ouvrez vos chakras et laissez-vous porter par une vision plus que réaliste de ce que les petits génies de la Silicon Valley sont taxés de nous concocter : on pourra ressusciter l’esprit de la personne aimée décédée et la doter d’un logiciel d’apprentissage aux émotions pour lui permettre d’évoluer. Après le chatbot, voici le shopbot, un robot qui a une apparence humaine et un cerveau tout ce qu’il y a de plus réel. Passionnant ! Dans ce roman, «Le A de IA ne veut plus dire “artificielle”. Il signifie “autonome.» De quoi vous faire trembler en imaginant qu’il sera possible de recréer un double de vous-même par un simple téléchargement, possible d’orchestrer une mise à jour de votre programme pour que vous puissiez progresser comme dans la vraie vie, ou d’insérer de nouvelles données telles que vos souvenirs. Ça vous effraie ? Dites-vous bien qu’ « On ne change pas l’avenir sans changer les règles.» Et ici JP Delaney s’en donne à cœur joie. 

La construction du roman oscille entre passé et présent. Abbie, telle qu’elle était lorsqu’elle est entrée dans la vie de Tim, leur histoire ensemble, leur mariage, la naissance de leur fils et le présent relaté par un « tu », qui n’est pas Abbie, mais lui ressemble comme deux gouttes d’eau. «Tu t’aperçois que ton corps a été conçu aussi minutieusement qu’une voiture de sport. À toi d’apprendre à le piloter.» Ce choix du « tu » très ingénieux met de la distance entre l’Abbie décédée et l’Abbie recréée sous les mains d’un savant un peu fou, incapable d’accepter sa mort. Cette thématique est diablement intéressante : a-t-on le droit de recréer quelqu’un simplement parce qu’il nous est impossible de vivre sans lui ? Même si le lecteur sait qu’Abbie n’est plus un être de chair et de sang, l’attachement est immédiat, l’empathie instantanée… la haine envers Tim colossale… De quel droit ? En ce sens, et pour ces raisons précises, le scénario fonctionne immédiatement. Il se noue une intimité singulière entre l’auteur et le lecteur, auteur qui prend son lecteur à partie, comme un témoin. 

JP Delaney ne s’arrête pas là, l’occasion est trop belle d’aborder d’autres thématiques : Les enjeux d’une start-up, la place de la femme dans ces entreprises et leurs statuts, l’intelligence artificielle bien évidemment, mais aussi, et c’est plus surprenant, une forme très particulière d’autisme appelée « syndrome de Heller » qui se manifeste par une détérioration des interactions sociales et de la communication chez les enfants de plus de 2 ans. En la personne de Danny, le fils d’Abbie et de Tom, l’auteur offre un supplément d’âme fort à propos dans cet univers axé sur les nouvelles technologies. Futur et présent, technologie avancée et maladie bien réelle, un équilibre parfait pour faire d’« une femme parfaite », un excellent roman certes divertissant, mais aussi  bien plus profond que je l’avais escompté. 

En résumé, j’ai pris un plaisir énorme à lire ce roman. Je l’ai trouvé passionnant, dépaysant, questionnant et vraiment prenant, détenteur d’une quête obsessionnelle : recréer ce qui n’est plus. 

Je remercie Anaïs serial lectrice pour son flair et les éditions Mazarine d’avoir accepté ma demande sur Netgalley.

#Lafemmeparfaite #NetGalleyFrance

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils