Aude Bouquine

Encore, toujours, tout le temps et partout …

Connaître la date exacte de sa mort… Voilà de quoi bouleverser une vie toute entière. C’est ce que vont découvrir Varya 13 ans, Daniel 11 ans, Klara 9 ans et Simon 7 ans en 1969. La fratrie Gold ressortira bouleversée de cet entretien avec une diseuse de bonne aventure qui va leur prédire la date exacte de leur décès. Sommes-nous maîtres de notre propre destin ou tout est-il écrit d’avance ? Tel est le sujet de ce roman… « La puissance des mots. Ils s’immisçaient sous les portes, par les trous de serrure. Ils s’accrochaient à l’intérieur des individus et rampaient à travers les générations. »

Dans un prologue détaillé, le lecteur fait la connaissance des quatre enfants dans le New York des années 60 et des parents Gold de confession juive, traditionalistes, religieux, une famille avec des valeurs. Déjouant les principes mêmes de l’éducation qui leur est donnée, les enfants Gold bravent l’interdit pour consulter cette mystérieuse voyante. Chacun ressortira du petit appartement avec la réponse qu’il était venu chercher, sans la révéler aux autres. Seul le lecteur disposera d’une information : Varya décédera à l’âge de 88 ans.

À partir de ce moment, rien n’est plus pareil. Ce lourd secret fait vaciller la fratrie et endommage sérieusement l’équilibre familial. Le roman se découpe alors en tranches de vie : celle de Simon, puis celle de Klara, suivie de celle de Daniel, pour se terminer par celle de Varya. Ces parties ont été pour moi d’intensité inégale. Pourtant, même si les tranches de vie se déroulent à des âges différents, le fil conducteur du roman est bien présent : la vie et le choix de vie que chacun fait.

Le principal thème abordé est bien sûr celui de la famille et, par extension, de la fratrie. Le rôle prépondérant des parents dans l’évolution des enfants, mais aussi le développement de l’histoire familiale qui fait partie de chacun. Vous y trouverez de très beaux passages sur la tendresse et l’affection que se portent ces frères et sœurs, mais aussi l’objet de leurs dissensions provoquées par l’angoissante révélation. En grandissant, les choix de chacun les séparent quelquefois sans qu’ils ne cessent jamais réellement de s’aimer. Élevés par les mêmes parents, avec les mêmes valeurs, il est savoureux de constater à quel point ils peuvent être différents, avoir des aspirations totalement opposées et des rêves singuliers. C’est un roman sur la différence, l’acceptation de cette différence et le respect d’autrui. C’est un récit nostalgique sur une complicité passée, de celle qui unit des enfants et que tous tentent de préserver malgré les aléas de la vie. Il n’est jamais aisé de poursuivre son rêve en ayant l’impression de faire vaciller l’équilibre de l’autre, mais c’est pourtant le droit de chacun de le poursuivre.

En connaissant la date de leur mort, chacun va adapter sa vie en fonction de cette information, pour déjouer les plans de la voyante ou au contraire les suivre. « La prophétie avait œuvré en elle tel un virus. Et elle avait vu le même phénomène se produire chez ses frères et sa sœur. » Il y a toujours ce doute qui flotte dans l’air, mais dans le doute, chacun souhaite vivre sa vie à sa manière. Quelle est la part de l’inconscient dans la prise de décision ? A-t-on un réel libre arbitre ? Avons-nous le pouvoir de changer notre destin ? Autant de questions que soulève ce roman, titillant ainsi nos neurones.

Le lecteur est ici le témoin d’une prophétie. Va-t-elle se réaliser ? Pour un ? Pour tous ? Quel est le destin de chacun de ces enfants, quels autres secrets cachent-ils à la face du monde ? J’ai trouvé particulièrement fascinant de suivre ces chemins de vie, à des âges différents, à des périodes de l’existence différentes, mais tous obsédés par la prophétie qui met « en relief la puissance de l’esprit humain, un adversaire d’une toute autre nature, et prouvait que les pensées avaient des ailes. »

 

 

2 réflexions sur “LES IMMORTALISTES, Chloé Benjamin – Editions Stéphane Marsan, sortie le 4 avril 2018

  1. Yvan dit :

    j’avais vraiment envie de lire ce livre à sa sortie, malheureusement ça ne c’est pas fait. Tu me le remets en mémoire et attise mes regrets 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Aude Bouquine dit :

      J’avais 1 an de retard aussi… et puis, belle découverte
      Décidément, j’aime bien ce que propose cet éditeur. Je vais creuser !

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :