Site icon Aude Bouquine

 L’ARMEE D’EDWARD, Christophe Agnus – Robert Laffont, sortie le 10 février 2022.

Je vous le dis d’entrée de jeu « L’armée d’Edward » est LE thriller de l’année. Plus impressionnant encore, c’est LE PREMIER ROMAN de Christophe Agnus. Quel est donc cet ovni entré dans le monde de la littérature de genre ce 10 février 2022 ? Pourquoi en entendons-nous si peu parler ? Allo Allo, les libraires ? Allo Allo les lecteurs ? Si vous voulez qu’on reste copains, il va falloir lire ce roman ! (oui, maintenant je menace, je suis moi aussi sous l’influence d’Omen). En quelques mots, voici le pitch : Une armée secrète, organisation nébuleuse monte un coup d’une gigantesque ampleur. Les actions préparées le sont de longue date, minutieusement, avec d’infinies précautions, vérifiant chaque détail, planifiant tous les scénarios de ce qui pourrait mal tourner en trouvant pour chacun, un plan B. Cette organisation voit grand, enlever des personnalités emblématiques à renommée internationale, voit juste, punir ceux qui ont trempés dans des magouilles, se sont enrichis en contribuant à contourner les lois faisant ainsi fi des dommages causés à la planète. Rien n’est impossible, ni trop risqué pour que le plan fonctionne. Un président en fonction qui disparaît sous les yeux de son service de sécurité, et vingt personnalités, issues de tous les milieux et du monde entier envolés en l’espace de quelques secondes. 

« L’armée d’Edward » est un techno thriller à forte inclinaison écologique. L’avenir de la planète en est le centre, la prise de conscience collective le but. Entre les deux, le roman déploie ses ailes sur les moyens d’y arriver. L’auteur ne lésine ni sur les idées, ni sur des scènes clés, ni sur ses personnages. Une imagination colossale qui m’a procuré une jubilation intense, des rires aussi, estomaquée par l’audace, les effets visuels et les joutes verbales imaginés par l’auteur. 

Puisque le président américain est la cible de ce groupuscule, il faut que je vous parle de l’œil acéré de Christophe Agnus sur la politique américaine et plus généralement sur la société américaine dans différents domaines, tels que la culture, ou encore la géographie. Certaines scènes, d’anthologie, qu’elles soient axées sur le président kidnappé ou sur le vice-président obligé d’entrer de plain-pied dans la fonction provoquent de francs éclats de rire. Le président Mick Faeker dirige les États-Unis après Trump, et après Biden. Il faut bien comprendre que dans le système éducatif américain, quels que soient les domaines, se concentre d’abord sur… l’Amérique. La géographie et l’histoire d’autres nations sont très peu enseignées. Évidemment, cela crée des « lacunes », même dans les hautes sphères. Les deux présidents dépeints ici reflètent parfaitement le manque de connaissance de l’Autre, l’absence de culture et, disons-le carrément, une certaine bêtise intellectuelle due à l’ignorance. Que j’ai ri !! Ri des méconnaissances par exemple sur les musulmans, ri de la plume acidulée de l’auteur lorsqu’il raconte les jérémiades du nouveau président entré en piste par obligation, ri des échanges lors des conseils de sécurité et de certaines propositions de solution envisagées. Christophe Agnus a formidablement bien réussi cette partie, riche, cocasse et tellement fidèle à ce que je pense après avoir vécu six années dans ce pays. 

Parallèlement, il y a ce groupe de militants, justiciers du monde, lanceurs d’alertes qui monte des enlèvements dignes des meilleurs James Bond. Armés des dernières technologie de pointe, ils sont tous terriblement attachants et unis, car tous le savent, il n’y a pas de retour en arrière possible, tous les services secrets du monde entier sont à leurs trousses. Personnellement, cela m’a fait du bien d’être témoin de cette union qui fait la force, tous regroupés autour d’une cause commune, où chacun a un rôle clé à jouer. Ils se soutiennent, et vous savez quoi ? Au-delà du respect mutuel, ils ont une très grande tendresse les uns pour les autres. Ça ne vous fait pas rêver ça ? Moi, si.

« L’armée d’Edward » a été un plaisir de lecture incroyable, sans temps morts, sans ennui, en immersion totale, digne des films à grand spectacle. Pas manichéen, pas donneur de leçon, pas moralisateur : le lecteur et sa conscience seulement. Une vingtaine de jours sont déroulés ici, entre manœuvres de ces hackers et devenir des kidnappés. Une planète entière suspendue aux actualités, devant ce qui s’apparente à ce que nous connaissons tous de près ou de loin : une gigantesque télé-réalité, un live permanent. Une mise en abîme d’une future crise écologique mondiale, et surtout un état des lieux très lucide du monde politique et de sa propension à ignorer délibérément les nombreux enjeux climatiques, donc écologiques auxquels nous devrons faire face. J’y ai trouvé beaucoup de profondeur dans les propos, en plus de l’action (que demander de plus ?) et l’engagement total d’un auteur : engagement de divertissement, engagement sur les scènes d’actions, engagement sur la forme et sur le fond. Il n’y a pas ici de show pour le show, mais une belle présentation de la situation actuelle et des enjeux ET une histoire qui sert une problématique de société. Ce roman est vraiment formidable à tous points de vue, un pur régal du début à la fin. Je voudrais le voir partout, qu’on en parle partout et que nous soyons nombreux à le défendre. Un premier roman d’une telle qualité mérite vraiment une belle visibilité. Bravo, Christophe, c’est écrit de main de maître et sacrément bien écrit ! Quel pied !

Aller à la barre d’outils