Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Août 415 après J.C, Hypathie mathématicienne et philosophe néoplatonicienne est sauvagement assassinée pour avoir refusé de se plier à la doctrine chrétienne. Ses écrits, par l’intermédiaire d’un livre, le codex, traverseront les siècles et seront confiés, sous le manteau, à d’autres esprits brillants capables de le nourrir. Juillet 2018 à Paris, Marie Duchesne étudiante en biologie intègre la police scientifique en stage et atterrit sur une première scène de crime défiant tout entendement, dans la grande boutique Hermès parisienne. La victime a été battue à mort, dépecée, et ses restes jetés au bûcher. Ce crime ressemble étrangement à celui d’Hypathie, et Marie, empreinte à de terribles cauchemars où elle se voit brûler vive, semble être le lien entre passé mystérieux et présent bien réel.

Petit résumé aussi concis que possible de ce roman, sans en dévoiler trop, pour vous donner envie de le lire sans craindre son côté « historico-philosophico-scientifique ». En effet, c’est cette partie-là, dans la 4e de couverture qui m’a rebutée et empêchée de découvrir bien plus tôt ce roman captivant. 415 Après J.C, pensez donc, j’en avais déjà des bourdonnements d’abeilles dans le cerveau. Le lecteur est parfois difficile à convaincre et ses réticences complexes à vaincre ! N’allez pas non plus chercher un quelconque avis en lisant les commentaires amazoniens, j’y ai lu un sacré tissu de conneries (excusez du peu) sur ce roman vraiment brillant. La comparaison avec Dan Brown vous entendrez, n’y croyez qu’à moitié. Ce garçon-là a l’intelligence en plus (pardon, Dan mais il y a un petit jeunot qui te colle sacrément aux basques et qui t’a dépassé dans les virages). J’y ai retrouvé plus de Ken Follet que de Dan Brown, dans l’aptitude de Fabrice Papillon à nous plonger dans l’Histoire (et même dans la Science) sans que cela soit assommant. Ce roman n’est pas un prétexte pour étaler sa science (ouf merci) ni un déversoir de faits historiques dont le commun des mortels (genre moi) ignore à peu près tout, prenant des claques à chaque page par martelage intempestif « regarde un peu comme tu es ignare. »

Ce roman, au titre cryptique dont l’auteur vous révélera petit à petit la signification, n’en reste pas moins un polar. S’il s’ouvre sur une période historique méconnue, il bascule très rapidement vers une enquête dont le départ est une scène de crime ignoble dans un endroit où tout n’est que « luxe, calme et volupté » : la boutique Hermès. Devant un cadavre démembré et fumant, le lecteur fait la connaissance de deux personnages clés de l’enquête, Marie jeune étudiante et Marc Brunier commandant de la Crim du 36 quai des Orfèvres en pleine mutation, un duo attachant qui fonctionne à merveille et dont vous aurez du mal à vous séparer.

Ce roman alterne passé et présent avec une remarquable sagacité selon un dosage minutieux et parfaitement maîtrisé. Les chapitres historiques se succèdent grâce à un solide fil conducteur qui permet de relancer l’intrigue et de propulser le lecteur dans un incroyable jeu de piste où chercher les éléments du passé dans le présent devient un plaisir qui ne se boude pas. Car oui, les traversées historiques sont passionnantes. Elles sont instructives sans être pédantes, et expliquent le propos sans le noyer. Pas d’étalage de connaissances ici, seulement un plaisir accru lorsque sont évoqués de grands personnages de l’Histoire tels que Platon, de Vinci, Voltaire ou Marie Curie parmi tant d’autres. Loin d’être ennuyeuse, la rencontre avec des personnages moins connus suscite au contraire un éveil de l’intérêt. Vous l’aurez compris, c’est passionnant, car instructif et bien amené. Outre le travail de recherche qui a dû être conséquent, les parties consacrées à l’enquête ne sont pas laissées à l’abandon, bien au contraire. Si Fabrice Papillon a créé des personnages attachants, dotés d’une profonde personnalité, contraires que tout oppose, mais terriblement complémentaires, il possède également la dextérité de s’attaquer aux détails précis d’une enquête de police sans tomber dans des erreurs de parcours fatales. Tout se tient, et ce fil conducteur du passé vient habilement rejoindre cette enquête où la Science gagne du terrain au fil de l’histoire.

Il fallait bien trouver un axe de réflexion plus philosophique pour torturer un lecteur déjà bien accroché ! Quoi de mieux que de l’amener à s’interroger sur les conséquences morales de l’avancée scientifique en matière de génétique ? En confrontant les points de vue, Fabrice Papillon nous livre des réflexions palpitantes sur la place des femmes dans la société et le rôle des hommes dans l’équation.

En effet, « Le dernier Hyver » est un polar historico-scientifique féministe qui délivre un joli message philosophique. La fin est à la hauteur du cheminement, admissible et argumentée dont les exemples construits et tangibles achèvent de vous convaincre.

C’est un premier roman et un coup de maître que je regrette de ne pas avoir découvert plus tôt. Un roman dense, profond qui mêle de nombreuses thématiques sans que cela soit lourd ou étouffant. L’intelligence d’un auteur érudit qui sait se mettre au niveau d’un lectorat moins spécialisé sans lui donner l’impression d’être débile… Je vais me faire taper sur les doigts si j’utilise le mot addictif, mais lire un roman de 624 pages en 2 jours, vous appelez ça comment ? Je ne peux que vous encourager à vous précipiter sur ce livre en vous disant que vous avez de la chance de ne pas encore l’avoir découvert. C’est une merveille !

7 réflexions sur “LE DERNIER HYVER, Fabrice Papillon – Belfond, sortie le 5 octobre 2017

  1. Yvan dit :

    Quel plaisir de lire un tel enthousiasme pour ce livre unique et inoubliable ! Tu vas en convaincre d’autres 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Aude Bouquine dit :

      J’espère bien !!! Sinon j’arrête tout 😉

      J'aime

  2. Je suis totalement convaincue et je le mets sur ma liste je ne connaissais pas du tout l’auteur. Merci

    J'aime

  3. Pareil, je découvre l’auteur ! Je te rejoins certains commentaires sur Amazon pour les livres m’exaspère au plus haut point. A croire qu’on n’a pas lu le même livre ^^ Je le note. Merci Aude 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Aude Bouquine dit :

      Avec joie ! Ce livre est formidable ! Un talent fou !!!

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :